L’heure est aux com­mé­mo­ra­tions du grand in­cen­die

Trois jours de fête vont com­mé­mo­rer l’in­cen­die, il y a 300 ans

20 Minutes (Nantes) - - NEWS - Ju­lie Ur­bach

Les ter­rasses vont se trans­for­mer en es­ta­mi­nets, des échoppes vous fe­ront ou­blier le tram­way, et aux pas­sants se mê­le­ront jon­gleurs, cra­cheurs de feu, mu­si­ciens, ou autres trou­ba­dours, en cos­tume d’époque. A par­tir de ce ven­dre­di et pour trois jours, le Bouf­fay fait un bond dans le pas­sé pour com­mé­mo­rer l’in­cen­die qui a ra­va­gé la place il y a 300 ans. Un map­ping re­tra­çant l’évé­ne­ment se­ra no­tam­ment pro­je­té sur les fa­çades.

Les pre­miers im­meubles

« A cette époque, le quar­tier ne com­por­tait que des mai­sons à pans de bois, ra­conte Jean-Paul Gour­me­lon, vice-pré­sident de la com­mune libre du Bouf­fay, qui or­ga­nise l’évé­ne­ment. Il y avait plu­sieurs échoppes au­tour de la place et le 17 fé­vrier 1718 au soir, le feu a pris dans l’une d’entre elles, un per­ru­quier. » Toutes les bou­tiques de la halle ont été dé­truites, et l’hô­tel des Mon­naies a été épar­gné de jus­tesse. Cet in­cen­die, qui a pro­vo­qué la créa­tion du pre­mier corps de pom­piers, a aus­si mar­qué un tour­nant dans l’ur­ba­nisme de la ville. Les mai­sons de l’époque mé­dié­vale (il en reste quelques-unes rue Bos­suet ou rue Beau­re­gard) vont dis­pa­raître pe­tit à pe­tit et se­ront rem­pla­cées par des im­meubles en pierre de taille, dont la ma­jo­ri­té est tou­jours vi­sible en centre-ville.

Les ter­rasses de la place vont se trans­for­mer en es­ta­mi­nets du XVIIIe siècle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.