Der­rière leur écran, ils font la pluie et le beau temps

AP­PLI­CA­TION Cinq Azu­réens animent une pla­te­forme consa­crée à la mé­téo

20 Minutes (Nice) - - Nice - Cannes - Ma­thilde Fré­nois

Chaque sa­me­di, An­to­ny Bru­nain re­çoit tou­jours la même ques­tion, une di­zaine de fois : « Quel temps fe­ra-t-il pour mon ma­riage ? » « Les gens me de­mandent aus­si s’il pleu­vra entre 14 h 15 et 15 h 20 le 26 sep­tembre », sou­rit-il. A toutes ces in­ter­ro­ga­tions trop pré­cises, An­to­ny Bru­nain ne peut ré­pondre. S’il n’est pas de­vin, cet ha­bi­tant de la Tur­bie anime, avec quatre autres Azu­réens, la page Fa­ce­book et l’appli Nice Mé­téo consa­crées aux pré­vi­sions mé­téo­ro­lo­giques sur la Côte d’Azur.

« En temps réel »

« On s’est ren­du compte que l’in­for­ma­tion sur le temps était trop vaste et pas as­sez pré­cise », ex­plique ce pas­sion­né de mé­téo­ro­lo­gie et chas­seur d’orages, éga­le­ment in­fir­mier et pom­pier vo­lon­taire. Alors, de­puis 2014 pour Fa­ce­book et 2015 pour l’ap­pli­ca­tion, la pla­te­forme livre à ses abon­nés un bul­le­tin mé­téo chaque jour et, sur­tout, des no­ti­fi­ca­tions en cas de vi­gi­lance et d’alerte jaune, orange ou rouge. « On in­forme les gens en tant réel et on dé­crypte les si­tua­tions mé­téo­ro­lo­giques pour les rendre plus simples. Mais on n’est pas mé­téo­ro­logues, tient à pré­ci­ser An­to­ny Bru­nain. On se doit d’être pru­dents, nous ne sommes que des pas­sion­nés ama­teurs. » De­puis deux ans, la pla­te­forme est sui­vie par plus de 20000 abon­nés dont 70 % de femmes. « La mé­téo concerne les gens et fait par­tie de leur quo­ti­dien. D’elle dé­pend la ma­nière de s’ha­biller, nos tran­sports ou la pru­dence dans la jour­née. » La « pru­dence », c’est sa prio­ri­té. An­to­ny invite à être vi­gi­lant à chaque alerte, même jaune.

L’appli compte 20000 uti­li­sa­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.