C’est la chute fi­nale pour Cas­si­ni

Après treize an­nées en or­bite au­tour de Sa­turne, la sonde amé­ri­caine vit ses der­niers ins­tants

20 Minutes (Nice) - - Actualité - Fa­brice Pou­li­quen

Bye-bye Cas­si­ni. Ce ven­dre­di, à 12h31 heure de Pa­ris, la sonde spa­tiale amé­ri­caine pé­né­tre­ra dans les hautes couches de l’at­mo­sphère de Sa­turne, pour s’y dés­in­té­grer quelques mi­nutes plus tard. Le point fi­nal d’un voyage hors norme com­men­cé vingt ans plus tôt. Au dé­col­lage, en 1997, la sonde spa­tiale s’em­bar­quait pour un voyage de onze an­nées. Sept pour ar­ri­ver jus­qu’à Sa­turne et quatre à tour­ner au­tour de la pla­nète aux an­neaux et de ses lunes. « Mais, pas­sé ce dé­lai, Cas­si­ni était tou­jours en forme, la mis­sion a donc pu être pro­lon­gée », in­dique Olivier San­guy, de la Ci­té de l’espace à Tou­louse. Parce que, aus­si, elle en va­lait plei­ne­ment la peine d’un point de vue scien­tifque.

Dé­cou­vertes éton­nantes

Se­lon un dé­compte de la Na­sa, la mis­sion Cas­si­ni-Huy­giens (du nom du pe­tit en­gin spa­tial qu’elle trans­por­tait) a dé­jà don­né lieu à 3948 pu­bli­ca­tions scien­ti­fiques et a ré­vo­lu­tion­né les connais­sances sur Sa­turne. « En se po­sant sur Ti­tan, le plus grand sa­tel­lite de Sa­turne, le mo­dule Huy­gens a ré­vé­lé des pay­sages éton­nants, proches de ceux que l’on connaît sur Terre, ex­plique l’as­tro­phy­si­cien Bru­no Be­zard, de l’Ob­ser­va­toire de Pa­ris. Des im­menses champs de dunes vers l’équa­teur et les tro­piques, des lacs et des mers de mé­thane, ou en­core des chaînes de mon­tagnes. Pour au­tant, et c’est ce qui est fas­ci­nant, les ac­teurs chi­miques ne sont pas du tout les mêmes. Sur Ti­tan, le mé­thane li­quide, par exemple, joue le même rôle que l’eau sur Terre. » La sonde a aus­si pu ob­ser­ver En­ce­lade, un sa­tel­lite plus pe­tit, lui, qui pos­sè­de­rait « presque tous les in­gré­dients né­ces­saires à la vie », si­gna­lait en avril la Na­sa. Quant à Sa­turne même, « on sup­pose un lien de pa­ren­té entre ses an­neaux, com­po­sés à 98 % de par­ti­cules de glace, et ses sa­tel­lites, les pre­miers ayant en­gen­dré les se­conds, ra­conte Sandrine Guer­let, as­tro­phy­si­cienne au La­bo­ra­toire de mé­téo­ro­lo­gie dy­na­mique. Mais ce­la pour­rait aus­si mar­cher en sens in­verse, puisque les an­neaux pour­raient trou­ver leur ori­gine dans la dés­in­té­gra­tion d’an­ciens sa­tel­lites ou de co­mètes. » L’un des grands mys­tères reste jus­te­ment l’ori­gine des an­neaux de Sa­turne. En plon­geant au plus près de la pla­nète, Cas­si­ni pour­rait ap­por­ter des élé­ments de ré­ponses. Un der­nier ca­deau et une sor­tie ho­no­rable pour la sonde ar­ri­vée à court de car­bu­rant.

LIVE

Le plon­geon de la sonde Cas­si­ni

Image de syn­thèse mon­trant Cas­si­ni ap­pro­cher des an­neaux de Sa­turne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.