Dans les cou­lisses du Fes­ti­val de San Re­mo

La fi­nale du Fes­ti­val de San Re­mo a dé­si­gné les can­di­dats ita­liens à l’Eu­ro­vi­sion, sa­me­di

20 Minutes (Nice) - - La Une - De notre en­voyé spé­cial à San Re­mo (Ita­lie), Fa­bien Ran­danne

Tous les ans, c’est la même chose. Les Ita­liens s’in­fligent une soi­rée ma­ra­thon qui com­mence un peu avant 21 h pour fi­nir à une heure qu’ils ignorent. De quoi parle-t-on? De la fi­nale du Fes­ti­val de San Re­mo, un concours de chan­sons ita­liennes qui s’est dé­rou­lé sa­me­di. L’en­jeu ? La gloire d’avoir ga­gné ce ren­dez-vous my­thique de la va­rié­té trans­al­pine et le droit de dé­fendre les chances ita­liennes à l’Eu­ro­vi­sion, en mai. Dans la salle de presse du théâtre Aris­ton où se dé­roule l’évé­ne­ment, plu­sieurs cen­taines de jour­na­listes étaient réunis. Té­lé­com­mande en main, les jour­na­listes votent pour leurs chan­sons pré­fé­rées (leurs suf­frages comptent pour 30 % dans le ré­sul­tat fi­nal, contre 50 % pour le pu­blic et 20 % pour un ju­ry d’ex­perts). De (très) longues mi­nutes plus tard – car en plus du temps lais­sé pour vo­ter, il a fal­lu re­mettre une ri­bam­belle de prix, de ce­lui de la cri­tique à ce­lui de la meilleure com­po­si­tion ou du meilleur in­ter­prète –, le mo­ment de ré­vé­ler le clas­se­ment est ve­nu. Gro­gne­ments et huées dans la salle de presse à l’an­nonce de cer­tains noms que d’au­cuns au­raient es­pé­rés mieux po­si­tion­nés. Il a en­suite fal­lu re­vo­ter par­mi les trois chan­sons plé­bis­ci­tées et, vers 1h20 du ma­tin, le duo Er­mal Me­ta et Fa­bri­zio Mo­ro a été dé­cla­ré vain­queur de cette 68e édi­tion, de­vant le groupe Lo Sta­to So­ciale et An­na­li­sa.

Fré­né­tiques bras d’hon­neur

A la té­lé­vi­sion, c’est une pluie de confet­tis. Dans la salle de presse, une jour­na­liste adresse, sou­rire aux lèvres, de fré­né­tiques bras d’hon­neur à un col­lègue as­sis der­rière elle. Un cham­brage qui illustre la gué­guerre au su­jet de « Non mi avete fat­to niente », la chan­son d’Er­mal Me­ta et Fa­bri­zio Mo­ro. Leur co­au­teur, An­drea Fe­bo, a réuti­li­sé une par­tie d’un autre de ses mor­ceaux en 2016. Les dé­trac­teurs ont crié à l’au­to­pla­giat, les dé­fen­seurs à la li­ber­té de créa­tion. Et les mé­dias se sont ré­ga­lés de la po­lé­mique. « On a été bles­sé, on s’est sen­ti at­ta­qué in­jus­te­ment, glisse en confé­rence de presse Er­mal Me­ta. Mais cette vic­toire n’est pas vrai­ment une re­vanche, ça ne sert à rien de gar­der de la ran­coeur. » Il af­firme éga­le­ment que Fa­bri­zio Mo­ro et lui iront vo­lon­tiers re­pré­sen­ter l’Ita­lie en fi­nale de l’Eu­ro­vi­sion le 12 mai à Lis­bonne (Por­tu­gal). Reste à sa­voir s’ils concour­ront avec « Non mi avete fat­to niente » ou si cette his­toire d’au­to­pla­giat ira à l’en­contre du rè­gle­ment.

Le duo vain­queur Er­mal Me­ta (à g.) et Fa­bri­zio Mo­ro, au théâtre Aris­ton.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.