Des dé­pu­tés LREM poussent les portes d’un centre de ré­ten­tion ad­mi­nis­tra­tive

Avant de lé­gi­fé­rer, des par­le­men­taires ont vi­si­té des centres de ré­ten­tion ad­mi­nis­tra­tives

20 Minutes (Nice) - - La Une - Laure Co­met­ti * Le pré­nom a été chan­gé.

Des dé­pu­tés « hors les murs » de l’As­sem­blée. Lun­di, une tren­taine de par­le­men­taires de tous bords po­li­tiques se sont ren­dus dans des centres de ré­ten­tion ad­mi­nis­tra­tive (CRA). A une se­maine de la pré­sen­ta­tion du pro­jet de loi asile et im­mi­gra­tion, ils ont uti­li­sé leur droit de vi­site des lieux de pri­va­tion de li­ber­té afin de « voir la réa­li­té avant de lé­gi­fé­rer », a ex­pli­qué Emi­lie Cha­las. Cette dé­pu­tée LREM et trois autres mar­cheurs (Laë­ti­tia Avia, Pau­la For­te­za et Pa­côme Ru­pin) étaient, eux, au CRA de Vin­cennes (Val-deMarne). Ce der­nier peut ac­cueillir en­vi­ron 170 hommes ré­par­tis dans trois uni­tés, pour une du­rée li­mi­tée à qua­rante-cinq jours par la loi, et à l’is­sue de la­quelle les étran­gers sont re­lâ­chés ou ex­pul­sés du ter­ri­toire fran­çais.

« Etre hu­main »

« Pen­sez-vous qu’al­lon­ger le dé­lai de ré­ten­tion aug­men­te­rait le taux de re­con­duite? » a de­man­dé Pa­côme Ru­pin au com­man­dant Bru­no Ma­rey. C’est ce que pré­voit le pro­jet de loi, se­lon une ver­sion du texte qui a fui­té cou­rant jan­vier. « Je n’en suis pas sûr », lui a-t-il ré­pon­du, sou­li­gnant que, « vu l’état des in­fra­struc­tures, oc­cu­pées en moyenne à 85 %, voire 100 %, dou­bler la du­rée de ré­ten­tion n’est pas sans risques, pour nous [300 fonc­tion­naires de po­lice se re­laient sur ce site], comme pour les re­te­nus, chez qui ce­la peut gé­né­rer plus du stress et des ten­sions ». Dans la salle com­mune où une tren­taine d’hommes tuent le temps tan­dis qu’un té­lé­vi­seur crache de la mu­sique, les par­le­men­taires ont dis­cu­té avec des re­te­nus de leurs condi­tions de ré­ten­tion et de leur par­cours. « Je tra­vaille en France de­puis 2006, a ra­con­té Pa­kou*, un Ma­lien ar­rê­té lors d’un contrôle de po­lice à la gare du Nord. Je n’ai ja­mais rien fait de mal, pas de vol, pas de ba­garre. » Re­te­nu de­puis vingt-deux jours à Vin­cennes, il a as­su­ré qu’il ten­te­rait de re­ve­nir en France s’il était fi­na­le­ment ex­pul­sé au Ma­li, où il « n’a plus de fa­mille ». Un autre a fait état de ten­ta­tives de sui­cide dans l’éta­blis­se­ment. « Il faut faire preuve de beau­coup d’hu­ma­ni­té dans ce débat », a es­ti­mé Laë­ti­tia Avia en quit­tant le centre. « Il va fal­loir re­cher­cher des so­lu­tions équi­li­brées », a-t-elle re­pris, voyant des pistes pour de fu­turs dé­bats sur la « ré­gu­la­ri­sa­tion de cer­tains étran­gers » et le « vi­sa bio­mé­trique ». Les dé­pu­tés doivent res­ti­tuer leurs ob­ser­va­tions lors d’une réunion de la com­mis­sion des lois, mercre­di.

Les dé­pu­tés LREM Pa­côme Ru­pin, Laë­ti­tia Avia, Emi­lie Cha­las et Pau­la For­te­za au CRA de Vin­cennes, lun­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.