Le col­lec­tif Pain Sur­prises fait la­bel

La bande de potes s’est im­po­sée sur la scène élec­tro avec ses soi­rées ori­gi­nales

20 Minutes (Paris) - - Culture - Ma­thilde Grou­lard

Le la­bel Pain Sur­prises porte bien son nom. Avec lui, on ne sait ja­mais sur quoi on va tom­ber. Ima­gi­nez que vous vous ren­dez dans une chambre d’hô­tel… pour as­sis­ter à un concert in­ti­miste. Ou qu’on vous in­vite à ap­plau­dir un ar­tiste en live tout en res­tant al­lon­gé... C’est ce genre d’évé­ne­ments que pro­pose ce col­lec­tif aux mé­lo­manes et fans d’ex­pé­riences mu­si­cales in­so­lites. Ven­dre­di 21 avril, par exemple, le crew fê­tait son an­ni­ver­saire à l’Aqua­rium de Pa­ris. On en est res­tés mé­du­sés (ho ho). Sur les deux scènes mon­tées de­vant les (vrais) re­quins et les si­rènes (d’un soir), les ar­tistes étaient comme des pois­sons dans l’eau (hi hi). L’at­mo­sphère, la ré­so­nance et les lu­mières de l’Aqua­rium exa­cer­baient le cô­té cos­mique des per­for­mances. Une autre salle était équi­pée de tran­sats pour bul­ler (ha ha) de­vant les pois­sons. « Pain Sur­prises a été an­non­cé en 2011 par une sé­rie de soi­rées or­ga­ni­sées par toute une bande de co­pains », ra­conte Etienne Pi­ket­ty, l’un des créa­teurs du col­lec­tif. Le concept était simple, mais in­no­vant dans une pé­riode où le monde de la fête pa­ri­sien était un peu triste. Les soi­rées s’or­ga­ni­saient dans un lieu vo­lon­tai­re­ment in­con­nu du 8e ar­ron­dis­se­ment où « tout pou­vait ar­ri­ver ». Le son des an­nées 1980 Line up gar­dée se­crète jus­qu’au der­nier mo­ment, hap­pe­nings… Les soi­rées, tou­jours full, ont su conqué­rir un pu­blic de plus en plus vaste. En 2016, 4000 convives se sont am­bian­cés au Wan­der­lust, un bar et club en plein air sur le quai d’Aus­ter­litz, à Pa­ris. D’or­ga­ni­sa­teur de soi­rées, Pain Sur­prises est de­ve­nu la­bel en 2013. Son pre­mier groupe, Jab­ber­wo­cky, a tout de suite ren­con­tré un grand suc­cès. Leurs disques se sont ven­dus comme… des pe­tits pains (ok, on ar­rête). Le la­bel pro­duit au­jourd’hui six autres ar­tistes : Petit Prince (qui vous de­man­de­ra de vous al­lon­ger si vous le croi­sez), Ba­sile di Mans­ki (avec le­quel vous pour­rez pas­ser un mo­ment in­time pen­dant quelques di­zaines de mi­nutes dans une chambre d’hô­tel), Jacques, Grand So­leil, Isa­belle et UTO. « Tous nos ar­tistes sont très sin­gu­liers, un peu fou­fous », re­prend Etienne Pi­ket­ty. Le son, lui, os­cille entre les cô­tés fu­tu­riste et ré­tro. « Les an­nées 1980 étaient une pé­riode très in­no­vante. Au­jourd’hui, on ré­ac­tua­lise les genres en per­ma­nence, on re­cycle les styles… Com­ment in­ven­ter un truc aus­si fou que le syn­thé­ti­seur ? », se de­mande le créa­teur de Pain Sur­prises.

Ba­sile di Mans­ki est l’un des sept ar­tistes pro­duits par Pain Sur­prises.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.