Hu­lot évi­te­ra-t-il le court-jus ?

Le mi­nistre a pré­sen­té ses pro­po­si­tions en fa­veur de la sau­ve­garde de la pla­nète

20 Minutes (Paris) - - Actualité - Ni­co­las Raf­fin

Ni­co­las Hu­lot voit très grand. Le mi­nistre de la Tran­si­tion éco­lo­gique et so­li­daire a mul­ti­plié les an­nonces, jeu­di, lors de la pré­sen­ta­tion de son plan cli­mat. Si plu­sieurs ONG et dé­fen­seurs de la pla­nète re­con­naissent des gestes po­si­tifs, ils re­grettent le flou de plu­sieurs pro­po­si­tions.

Nu­cléaire. « On s’at­ten­dait à une vraie feuille de route, pour l’ins­tant, on ne l’a pas », dé­plore Ju­lien Bayou, por­te­pa­role du par­ti éco­lo­giste. Le mi­nistre a bien confir­mé l’ob­jec­tif – fixé par la loi – de ra­me­ner la part du nu­cléaire à 50 % dans la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té en 2025… sans don­ner plus de pré­ci­sions. Car ce­la sup­pose de fer­mer plu­sieurs cen­trales nu­cléaires. Et l’exemple de Fes­sen­heim (Al­sace) n’a pas de quoi ras­su­rer les dé­fen­seurs des éner­gies re­nou­ve­lables. Fran­çois Hol­lande avait pro­mis sa fer­me­ture avant fin 2016 : après plu­sieurs re­bon­dis­se­ments, la cen­trale al­sa­cienne fonc­tion­ne­ra en­core jus­qu’en 2019… au moins. Pascal Can­fin, di­rec­teur gé­né­ral du WWF France, voit, lui, le verre à moi­tié plein : « Je me fé­li­cite sur­tout que ce plan ne parle pas de construire de nou­velles cen­trales. »

Car­bu­rants. Ni­co­las Hu­lot veut aus­si, d’ici à 2040, « mettre fin à la vente des voi­tures qui émettent des gaz à ef­fet de serre » (mo­dèles avec mo­teur es­sence ou die­sel). « On n’est plus dans les ob­jec­tifs théo­riques », es­time Pascal Can­fin. Ce­la n’em­pêche pas le Ré­seau ac­tion-cli­mat France (RAC-F) de de­man­der au gou­ver­ne­ment « d’adop­ter des so­lu­tions ef­fi­caces et im­mé­diates (…), comme l’ap­pui au dé­ve­lop­pe­ment des trans­ports en com­mun ou l’aide aux mo­bi­li­tés dites “ac­tives”, telles que le vé­lo ».

Fi­nan­ce­ment. Ces ac­tions de­mandent un bud­get im­por­tant, dont une par­tie pour­rait pro­ve­nir de la taxe sur les tran­sac­tions fi­nan­cières (TTF), en dé­bat de­puis des an­nées à l’échelle eu­ro­péenne. Or, Ni­co­las Hu­lot n’y a pas fait la moindre al­lu­sion. « On est très in­quiets, ex­plique Cy­rielle Den Har­tigh, res­pon­sable des ques­tions ali­men­taires et agri­coles du RAC. Pour l’ins­tant, il n’y a même pas une in­ten­tion d’avan­cer sur ce dos­sier. Pour­tant, on a be­soin de la TTF pour être cré­dibles à l’échelle in­ter­na­tio­nale et mon­trer aux pays du Sud que l’on peut faire des ef­forts. »

Agri­cul­ture. « Le sec­teur agroa­li­men­taire est res­pon­sable d’un tiers des émis­sions de gaz à ef­fet de serre en France, rap­pelle Cy­rielle Den Har­tigh. Il y a un cer­tain nombre de su­jets conflic­tuels qu’il faut mettre sur la table, no­tam­ment la baisse de la consom­ma­tion de viande, qui est es­sen­tielle si on veut faire bou­ger les choses. » « Ni­co­las Hu­lot rentre dans le dur », conclut Ju­lien Bayou.

Le plan cli­mat va dans le bon sens, mais reste flou, es­timent les ONG.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.