La mé­moire de Johnny en­tre­te­nue à La Ma­de­leine

Le pre­mier of­fice en mé­moire du ro­ckeur a été don­né à La Ma­de­leine mar­di

20 Minutes (Paris) - - La Une - Ro­main Les­cu­rieux

M idi trente ta­pantes, les pre­mières notes de « Ma­rie » jouées à l’orgue em­plissent La Ma­de­leine. Mar­di, un mois après les ob­sèques de Johnny Hal­ly­day cé­lé­brées dans cette église du 8e ar­ron­dis­se­ment de­vant des mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs, une messe s’y est dé­rou­lée en pré­sence d’une cen­taine de fans du ro­cker. Le père Bru­no Ho­raist a en ef­fet dé­ci­dé de cé­lé­brer chaque 9 du mois un of­fice en mé­moire du chan­teur dé­cé­dé le 5 dé­cembre à 74 ans des suites d’un cancer. Et ce du­rant un an, « pour per­mettre de faire son deuil ». « Il y avait tel­le­ment de per­sonnes qui ve­naient dans l’église que j’ai trou­vé dom­mage de leur pro­po­ser uni­que­ment de si­gner un livre », explique-t-il à 20 Mi­nutes. « Nous sommes nom­breux ce ma­tin pour prier Johnny et tous ceux que nous ai­mons », com­mence le cu­ré alors que les der­nières per­sonnes prennent place. Croyantes ou non­croyantes. C’est le cas de Joël, 63 ans, sweat grif­fé « Smet », ve­nu spé­cia­le­ment de Tours afin de se re­cueillir dans la « der­nière de­meure de Johnny ». A dé­faut d’un autre en­droit.

Lieu de pè­le­ri­nage

« On nous l’a en­le­vé. Saint-Barth [où le chan­teur a été en­ter­ré], c’est un kid­nap­ping. Sa terre à lui, c’est Pa­ris », par­vient-il à lâ­cher entre deux san­glots. Même sen­ti­ment chez Christie. « Je n’ai pas pu ve­nir pour les ob­sèques et je ne pense pas al­ler à SaintBarth, donc cette messe est idéale, et La Ma­de­leine se­ra notre lieu de re­cueille­ment et de pè­le­ri­nage, af­firme la sexa­gé­naire. Même quand je passe de­vant, je pense à lui. » Vers 12h45, les notes de « Que je t’aime » re­ten­tissent et les pre­mières pièces sont sorties pour la quête. Joël lâche 10 € : « Ça sou­lage. Il faut faire n’im­porte quoi pour re­trou­ver ce­lui qu’on a per­du. » Peu après 13 h, une file d’at­tente se forme à l’ac­cueil pour ache­ter une carte. Au rec­to : une pho­to des ob­sèques du 9 dé­cembre, au ver­so la prière de Mère Te­re­sa, lue ce jour­là par l’ac­trice San­drine Ki­ber­lain. Im­pos­sible de connaître le mon­tant to­tal de la quête et des ventes de pro­duits dé­ri­vés. Un brin aga­cé, le père Bru­no Ho­raist rap­pelle qu’il n’y a pas de quoi en pro­fi­ter : « L’église n’est pas riche, il y a beau­coup de frais dans une église, mais le prix de la quête ne cou­vri­ra pas les frais de fonc­tion­ne­ment de La Ma­de­leine. » Alex, lui, dis­tri­bue gra­tui­te­ment des badges à l’ef­fi­gie de la rock star. « Je ne suis pas là pour me faire de l’ar­gent, c’est juste que je ne sais pas com­ment dire mer­ci à Johnny. S’il me voit faire ça, il se­ra content. »

Les fans du chan­teur pour­ront se re­cueillir chaque mois pen­dant un an.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.