Un ré­seau de té­lé­phones cryp­tés in­fil­tré par la gen­dar­me­rie

20 Minutes (Paris) - - ACTUALITÉ - Thi­baut Che­vil­lard

Son nom : En­croC­hat. Un té­lé­phone cryp­té hy­per­sé­cu­ri­sé, ga­ran­tis­sant un ano­ny­mat com­plet à ses uti­li­sa­teurs. L’ap­pa­reil, ven­du 1000 € sur le mar­ché noir, a été adop­té un peu par­tout dans le monde par des or­ga­ni­sa­tions cri­mi­nelles. Mais, dans la nuit du 12 au 13 juin, le ré­seau a été «in­fil­tré illé­ga­le­ment» par des «en­ti­tés gou­ver­ne­men­tales». Les gen­darmes ont réa­li­sé «cette prouesse tech­no­lo­gique», ex­plique la co­lo­nelle Fa­bienne Lo­pez, cheffe du centre de lutte contre les cri­mi­na­li­tés nu­mé­riques. Un ex­ploit réa­li­sé après plu­sieurs mois de tra­vail dans les la­bo­ra­toires de l’Ins­ti­tut de re­cherche cri­mi­nelle de la gen­dar­me­rie na­tio­nale (IRCGN), à Pon­toise (Val-d’Oise).

L’en­quête n’est pas fi­nie

Pour com­prendre le fonc­tion­ne­ment de ces ap­pa­reils, les tech­ni­ciens de l’IRCGN ont me­né des tra­vaux de re­cherche fi­nan­cés en par­tie par des fonds eu­ro­péens. En avril, sous l’égide d’Eu­ro­just, une équipe d’en­quê­teurs est consti­tuée avec les po­li­ciers néer­lan­dais qui s’in­té­ressent aus­si à ces ap­pa­reils uti­li­sés par 10000 per­sonnes dans leur pays. En France, «les ou­tils mis en place ont per­mis de dé­tec­ter des struc­tures cri­mi­nelles de très haut ni­veau», in­dique Ca­role Etienne, pro­cu­reure de la Ré­pu­blique de Lille. Une in­for­ma­tion ju­di­ciaire a été ou­verte en mai. « Il s’agit de mettre au jour les membres de cette or­ga­ni­sa­tion », conclut Fa­bienne Lo­pez. Dans le monde, au moins 50 000 ap­pa­reils En­croC­hat étaient uti­li­sés.

Le Gal Le­couffe, qui di­rige la branche ju­di­ciaire de la gen­dar­me­rie, jeu­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.