Les mé­de­cins ne vou­dront plus cra­cher sur la sa­live

L’ana­lyse de ce fluide per­met­tra de po­ser des diag­nos­tics

20 Minutes (Rennes) - - Actualité - Syl­vie Riou Milliot

Bien­ve­nue là où tout com­men­ce­rait, avec quelques gouttes de ce fluide in­co­lore et un peu col­lant, la sa­live. Chaque jour, six glandes si­tuées dans le bas des joues, der­rière les oreilles et sous la langue en sé­crètent près d’un litre. Ou­bliez les prises de sang et ima­gi­nez un monde où les den­tistes et les mé­de­cins, pour po­ser leurs diag­nos­tics, de­man­de­raient à leurs pa­tients de tout sim­ple­ment cra­cho­ter afin de réa­li­ser des tests. Ré­cem­ment réu­nis aux Pays-Bas lors d’un sym­po­sium in­ter­na­tio­nal, les scien­ti­fiques sont nom­breux à par­ta­ger le cre­do du « in sa­li­va ve­ri­tas ». Les plus ré­centes recherches visent le diag­nos­tic pré­coce d’une longue liste de pa­tho­lo­gies : ma­la­dies de la gen­cive (pa­ro­don­tite), ca­ries mais, sur­tout, can­cers (ORL, pan­créas, pou­mon... ), sans ou­blier l’in­fec­tion au vi­rus Zika et même l’au­tisme. « Consi­dé­rée il y a dix ans comme un dé­chet, la sa­live est au­jourd’hui en­fin per­çue comme un vé­ri­table fluide bio­lo­gique », ré­sume le Pr Ch­ris­tophe Hirtz, bio­chi­miste à l’uni­ver­si­té de Mont­pel­lier. Ses avan­tages sont nom­breux : elle est no­tam­ment fa­cile d’ac­cès, peu coû­teuse, ra­pi­de­ment ana­ly­sable, non coa­gu­lable et, évi­dem­ment, idéale pour tous ceux qui perdent connais­sance à la vue d’une ai­guille.

Après le si­da, Alz­hei­mer ?

Au point de­puis plu­sieurs an­nées, des tests dé­tec­tant la pré­sence du vi­rus du si­da ou des drogues sont dé­jà sur le mar­ché. Mais ce que les cher­cheurs veulent mettre au point, ce sont des tests fiables qui dé­tec­te­raient des bio­mar­queurs spé­ci­fiques pour cha­cune des dif­fé­rentes ma­la­dies. Exemple avec le pro­gramme Sa­livAlz, conduit à Mont­pel­lier et co­or­don­né par le Pr Hirtz, qui en­vi­sage à terme la dé­tec­tion pré­coce de la ma­la­die d’Alz­hei­mer avec la pre­mière banque sa­li­vaire na­tio­nale, dé­jà riche d’en­vi­ron 300 pré­lè­ve­ments.

Re­trou­vez l’in­té­gra­li­té du dos­sier dans le nu­mé­ro de juillet de Sciences et Ave­nir, en kiosques ce jeu­di.

Les cher­cheurs sont en bonne voie pour dé­ve­lop­per des tests fiables.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.