Un Bri­tan­nique prêt à faire ga­gner Pa­ris 2024

Avec le Bri­tan­nique dans son staff, la can­di­da­ture pa­ri­sienne dis­pose d’un sé­rieux atout

20 Minutes (Rennes) - - La Une - Ni­co­las Ca­mus

C’est une op­por­tu­ni­té unique. Pa­ris 2024 va pou­voir par­ler à tous les membres du CIO et à toutes les Fé­dé­ra­tions in­ter­na­tio­nales en même temps. Ça se pas­se­ra mar­di, à Lau­sanne (Suisse), et c’est le der­nier grand ren­dez-vous avant le vote dé­ci­sif de Li­ma (Pé­rou), le 13 sep­tembre. C’est l’oc­ca­sion de bos­ser le re­la­tion­nel en cou­lisses. Bat­tu à ce pe­tit jeu pour 2012, Pa­ris dis­pose, d’un atout ma­jeur, en la per­sonne du Bri­tan­nique Mike Lee qui avait contri­bué à sa dé­faite.. Beau­coup de choses ont été dites sur « Mon­sieur mau­vais coups », comme les Fran­çais l’avaient sur­nom­mé. On ra­conte que cet an­cien at­ta­ché de presse de To­ny Blair, im­pli­qué dans les can­di­da­tures ga­gnantes de Rio 2016 ou de Pyeongc­hang 2018, sait tout sur tout le monde, grâce à ses puis­sants ré­seaux et aux mi­nu­tieuses en­quêtes de son agence Ve­ro Com­mu­ni­ca­tions. « Je ne fais pas de lob­bying, ça ne fait pas par­tie de mon ex­per­tise, ex­plique Mike Lee. Je connais des gens au sein du CIO, mais mon job n’est pas d’al­ler les voir et de leur dire de vo­ter pour Pa­ris. »

« Pour ar­ri­ver à vos fins, vous de­vez pen­ser stra­té­gie. »

Mike Lee

Quel est son rôle, alors, dans la can­di­da­ture pa­ri­sienne? « C’est d’ap­por­ter des conseils sur la cam­pagne, tra­vailler avec les mé­dias, dé­taille-t-il. En ré­su­mé, c’est tout ce qui concerne la com et la stra­té­gie. » L’homme est doué. « Nul ne sau­rait contester son ex­per­tise du mou­ve­ment olym­pique. Sa plus-va­lue est in­con­tes­table et in­con­tes­tée », es­time Jean-Ch­ris­tophe Rolland, seul Fran­çais à pré­si­der une grande Fé­dé­ra­tion in­ter­na­tio­nale, celle d’avi­ron. La rai­son de vivre de Mike Lee, c’est de faire ga­gner les gens qui l’en­gagent. « Par­fois, j’ai le sen­ti­ment d’être le jouet de sa ma­noeuvre et de son dé­sir de ga­gner », avait dit un jour dans L’Equipe Ber­nard La­pas­set, l’homme qui l’a convain­cu de ve­nir ai­der Pa­ris. Lui ré­pond qu’il fait juste par­tie d’une équipe, d’un pro­jet. « Je sais comment me­ner à une vic­toire, dit-il. Pour ar­ri­ver à vos fins, vous de­vez pen­ser stra­té­gie, vous ne pou­vez pas vous per­mettre de prendre jour après jour. » Si Pa­ris at­teint son ob­jec­tif, il ne fau­dra pas dire que c’est grâce à lui. « Les consultants, les conseillers, ce ne sont pas eux qui font ga­gner un vote, as­sure le Bri­tan­nique. C’est le co­mi­té de can­di­da­ture et ses lea­ders. » Im­pa­rable.

Pour les JO de 2012, Mike Lee (à dr.) avait fait ga­gner la can­di­da­ture an­glaise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.