Deux ans après l’in­gé­rence russe, des élec­tions sous haute sur­veillance

20 Minutes (Rennes) - - ACTUALITÉ - De notre cor­res­pon­dant en Ca­li­for­nie, Phi­lippe Ber­ry

Les le­çons de 2016 ont-elles été tirées ? C’est la grande ques­tion avant les mid­terms de ce mar­di aux Etats-Unis. Après la cam­pagne d’in­gé­rence mas­sive me­née par la Rus­sie lors de l’élec­tion de Do­nald Trump, les au­to­ri­tés sont en alerte, et les géants du Web ont pris les de­vants face à la dés­in­for­ma­tion et à la pro­pa­gande.

Après 2016, cer­tains Etats vi­sés par des cy­be­rat­taques russes, comme la Vir­gi­nie, ont choi­si de re­ve­nir à un sys­tème élec­tro­nique lais­sant une trace pa­pier, ce qui fa­ci­lite les vé­ri­fi­ca­tions. Le vrai risque se si­tue au ni­veau des listes élec­to­rales, qui sont, elles, sou­vent connec­tées à In­ter­net pour per­mettre aux élec­teurs de mettre à jour leurs in­for­ma­tions. En Géor­gie, une er­reur hu­maine a ex­po­sé les don­nées de six mil­lions de per­sonnes cette an­née, et il suf­fit de réus­sir à chan­ger un bu­reau de vote as­si­gné à l’élec­teur pour l’em­pê­cher de vo­ter. Face à ces in­cer­ti­tudes, 40 % des Amé­ri­cains n’ont pas confiance dans le sys­tème élec­to­ral, ce qui pour­rait re­mettre en cause la lé­gi­ti­mi­té d’un scru­tin ser­ré. Afin de lut­ter contre les «fake news», Fa­ce­book et Twit­ter ont fer­mé des mil­liers de pages gé­rées par des trolls ba­sés en Rus­sie et en Iran, et ils au­ront des équipes mo­bi­li­sées toute la jour­née de ce mar­di.

Une ma­chine à vo­ter en Ca­ro­line du Nord, di­manche 4 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.