Equi­pés pour s’en­jailler

20 Minutes (Strasbourg) - - GRAND STRASBOURG - Bru­no Pous­sard

Vous êtes étu­diants et vous ar­ri­vez juste à Stras­bourg ? Ha­bi­tuez-vous à dire bon­soir à des « chu­teurs » et fran­chir des sas pour ren­trer en club. Les doubles portes et les por­tiers di­plo­mates ne sont pas nou­veaux, mais ils se sont presque gé­né­ra­li­sés au cours de la der­nière dé­cen­nie, pour ten­ter de lut­ter au mieux contre les nui­sances so­nores, sous l’im­pul­sion du maire Ro­land Ries (PS), élu en 2008, qui avait fait de la re­lance de la vie noc­turne un réel axe de cam­pagne.

Echanges construc­tifs

Ju­gée plu­tôt ac­tive mais long­temps peu connue, la nuit stras­bour­geoise dis­pose d’une offre qui tend à se di­ver­si­fier. Née en 2015 sur un « gros manque » pour son gé­rant, La Kul­ture, re­paire de mu­sique élec­tro­nique al­ter­na­tive rue des Ba­te­liers, fait par­tie des pe­tits der­niers. En amont, An­toine Pe­ral­di a, entre autres ga­lères, dû an­ti­ci­per le bruit avec sas, fu­moir ou li­mi­teurs acous­tiques in­té­grés à ses tra­vaux, en plus de deux por­tiers. En contre­par­tie : des conseils et des in­ter­lo­cu­teurs de la ville de Stras­bourg, qui a lan­cé un tra­vail de dia­logue avec plu­sieurs ac­teurs au­tour d’une charte et d’une com­mis­sion de la vie noc­turne en 2009 (lire l’en­ca­dré). Membre de cette der­nière, Jacques Cho­men­towk­si, du Co­co Lo­bo, ré­agit : « On a une des villes les plus calmes de France même s’il y a tou­jours quelques in­ci­vi­li­tés dans les rues. » Stras­bourg fut aus­si des pre­mières à ver­ba­li­ser les nui­sances. Pour au­tant, la co­ha­bi­ta­tion avec quelques ha­bi­tants du centre-ville n’a rien de simple. Afin d’éta­blir le dia­logue avec ses voi­sins, An­toine Pe­ral­di leur a trans­mis ses co­or­don­nées. « L’idée, c’est d’être co­ol et car­ré, les gê­ner le moins pos­sible », ren­ché­rit Ni­co­las Fab­bian, pa­tron du Fat Black Pus­sy­cat. Pour­tant, mal­gré les adap­ta­tions, des pa­trons ont re­çu cour­riers ano­nymes ou mails de me­naces. Ad­joint au maire char­gé de l’ani­ma­tion de la charte de la nuit, Ma­thieu Cahn re­con­naît : « C’est une ques­tion dé­li­cate et com­plexe, la sen­si­bi­li­té de cha­cun n’est pas du tout la même. »

Les bars et boîtes font tout pour évi­ter les dé­bor­de­ments dans la rue.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.