« Ce­la évite l’en­vo­lée des prix »

20 Minutes (Strasbourg) - - INVESTIR - Sol­veig Ro­ger Eu­vé Di­rec­trice de Pri­mo­nial, ges­tion­naire in­dé­pen­dant de pa­tri­moine

Pour quelles rai­sons la loi Pi­nel a-t-elle été mise en place ? Pour l’Etat, c’est une fa­çon de sou­te­nir la construc­tion en in­ci­tant les par­ti­cu­liers à in­ves­tir dans la pierre et à faire des dé­penses que lui ne fe­ra pas. Comme les loyers sont pla­fon­nés, ce­la évite l’en­vo­lée des prix. Quant au pla­fond de re­ve­nus des lo­ca­taires, ce­la per­met à une frange de la po­pu­la­tion de se lo­ger. Ce­la désen­gorge un peu les de­mandes de lo­ca­tion dans les lo­ge­ments so­ciaux. Quel in­té­rêt pour les par­ti­cu­liers ? C’est vrai­ment une fa­çon de se consti­tuer un pa­tri­moine et d’en dé­duire une par­tie de ses im­pôts. En plus de ce­la, c’est un in­ves­tis­se­ment qui échappe à cer­taines contraintes. Les lo­ge­ments sont neufs donc en bon état, peu éner­gi­vores et avec des charges plus faibles. On pour­rait se dire que douze ans de lo­ca­tion c’est contrai­gnant, mais un cré­dit se fait gé­né­ra­le­ment sur au moins quinze ans… Quels avan­tages tirent les villes concer­nées par le dis­po­si­tif ? La com­mune re­nou­velle son parc im­mo­bi­lier et at­tire une nou­velle po­pu­la­tion qui va vivre, con­som­mer et payer des im­pôts chez elle. Ce dis­po­si­tif peut vé­ri­ta­ble­ment chan­ger le vi­sage d’une ville. Pro­pos re­cueillis par M. F.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.