Le Ra­cing tient sa re­cette ma­gique pour les pe­nal­tys

De nou­veau en réus­site à An­gers, sa­me­di, les Al­sa­ciens ont trans­for­mé leur sep­tième pe­nal­ty

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - Bru­no Pous­sard

« Je choi­sis avant en es­sayant de pla­cer le bal­lon du mieux pos­sible en­suite » Di­mi­tri Lié­nard, mi­lieu

À l’en­traî­ne­ment, mer­cre­di, l’op­po­si­tion s’est ter­mi­née sur une séance de pé­nos. Un simple moyen de se dé­par­ta­ger. Pas un tra­vail spé­ci­fique. Là n’est pas le secret du 100 % stras­bour­geois sur pe­nal­ty cette sai­son en Ligue 1, à l’heure de re­ce­voir SaintE­tienne, sa­me­di à la Mei­nau (20 h).

Sur sept ten­ta­tives, les Al­sa­ciens en ont réus­si sept, gla­nant huit points de­puis leur re­tour dans l’élite. Der­nier en date, à An­gers (1-1). Où Jo­nas Mar­tin n’a pas trem­blé pour éga­li­ser à la 71e. Avec sé­ré­ni­té, en at­ten­dant au maxi­mum pour en­voyer son tir de l’autre cô­té du gar­dien an­ge­vin. L’in­té­res­sé ne veut pas don­ner sa re­cette. Mais il confie : « Il faut dé­jà se concen­trer, pen­ser po­si­tif. Puis beau­coup de dé­ter­mi­na­tion et confiance en son pied. » Sur ses quatre buts de la sai­son, Jo­nas Mar­tin a mis trois pé­nos, où il a par­fois été plus dé­ci­sif que dans le jeu. Pour les conver­tir, cha­cun a sa stra­té­gie. Des joueurs optent d’en­trée pour un cô­té, d’autres at­tendent. Au Ra­cing, Di­mi­tri Lié­nard en a conver­ti un en dé­but de sai­son : « De plus en plus de joueurs re­gardent le gar­dien et changent de cô­té en fonc­tion de ce qu’il fait. D’autres choi­sissent avant, en es­sayant de pla­cer le bal­lon du mieux pos­sible en for­çant un peu. Pour que ça soit im­pa­rable, même si le gar­dien est du bon cô­té. » Pas de sur­prise, c’est son choix à lui. Quitte pour­tant à prendre des risques. « L’im­por­tant, c’est d’avoir quel­qu’un sûr de lui, de son geste tech­nique, en confiance, lu­cide et calme », tranche leur coach Thier­ry Lau­rey. A Stras­bourg, il n’y a ain­si pas de hié­rar­chie, ni de « pe­nal­ty­gate ». Au fil de la sai­son, Ken­ny La­la a pris ses res­pon­sa­bi­li­tés au mo­ment où Di­mi­tri Lié­nard n’était plus for­cé­ment dans l’équipe. Et de­puis la bles­sure du la­té­ral, Jo­nas Mar­tin tient dé­sor­mais la barre. « Ils règlent le pro­blème entre eux », es­time coach Lau­rey qui a, dans ce do­maine, « des gar­çons qui ont confiance en eux ». Pas si anec­do­tique dans la course aux points pour le main­tien. Contre Saint-Etienne en 16es de Coupe de la Ligue en oc­tobre, Stras­bourg s’était d’ailleurs qua­li­fié grâce à un cinq sur cinq aux pé­nos. Lau­rey conclut : « On ra­te­ra bien un jour, mais ce n’est pas pour au­tant qu’on en­ver­ra au bagne ce­lui qui ra­te­ra. »

Sur ses quatre buts mar­qués, Jo­nas Mar­tin a réus­si trois pe­nal­ties.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.