L’en­ne­mi du pe­tit dé­jeu­ner

Le sucre en ex­cès, mais aus­si le pain de mie ou les cé­réales peuvent se ré­vé­ler né­fastes pour la san­té. Il est ce­pen­dant pos­sible de s’ali­men­ter de fa­çon plus équi­li­brée.

20 Minutes (Strasbourg) - - LA UNE - Anis­sa Bou­me­diene

Pré­sen­té dès le plus jeune âge comme le re­pas le plus im­por­tant de la jour­née, le pe­tit dé­jeu­ner est aus­si com­po­sé d’ali­ments né­fastes pour la san­té. C’est ce que rap­pelle

60 Mil­lions de consom­ma­teurs. Jeu­di, la re­vue a mis en garde contre tous « ces ali­ments qui nous em­poi­sonnent ». Cé­réales souf­flées four­rées au goût cho­co­lat-noi­sette, lait cho­co­la­té, tar­tines de pain de mie ou brioche avec pâte à tar­ti­ner… Quelques pro­duits phares ra­vissent le pa­lais des en­fants, des ados (mais aus­si ce­lui des adultes). C’est ou­blier leurs mau­vaises qua­li­tés nu­tri­tion­nelles et leur haute te­neur en sucre. « Ces ali­ments pro­voquent un pic de gly­cé­mie, per­turbent l’in­su­line et gé­nèrent des frin­gales », ex­plique An­gé­lique Houl­bert, dié­té­ti­cien­ne­nu­tri­tion­niste et co­au­teure du livre

Le bon choix pour vos en­fants (éd. Thierry Souc­car). De plus, « le sucre ap­pelle le sucre », pré­cise Laurent Che­val­lier, mé­de­cin nu­tri­tion­niste en ma­ter­ni­té et au­teur de L’In­dul­gence

dans l’as­siette (éd. Fayard). Or, une fois l’ap­pé­tence ins­tal­lée chez l’en­fant, le cercle vi­cieux peut me­ner à des ma­la­dies mé­ta­bo­liques (par exemple, le dia­bète de type 2), voire d’autres plus rares. Face à ce risque, de nom­breux pa­rents re­mettent à plat leurs ha­bi­tudes ali­men­taires. Pour contrer les pro­duits ul­tra-trans­for­més, le fait-mai­son est une bonne op­tion. « De­puis quelques mois, on fait des crêpes par­fu­mées à l’eau de fleur d’oran­ger, té­moigne Ra­chel, ma­man de deux en­fants. Je sais ce qu’il y a de­dans, c’est plus na­tu­rel, sans ad­di­tif, et c’est bon. » Pour ré­duire la te­neur en sucre et la sa­veur su­crée du pe­tit dé­jeu­ner, « on peut rem­pla­cer la confi­ture par de la com­pote de fruits sans sucres ajou­tés », conseille Laurent Che­val­lier. On peut aus­si cou­per les jus de fruits avec de l’eau, choi­sir des poudres de ca­cao n’ex­cé­dant pas 50 g de sucre pour 100 g de pro­duit... ou pas­ser à la ver­sion sa­lée du re­pas ma­ti­nal. A l’an­glo­saxonne ou à l’al­le­mande, avec des oeufs, du fro­mage, de la char­cu­te­rie. Tou­te­fois, « cer­tains ad­di­tifs pré­sents dans les jam­bons in­dus­triels sont toxiques, et fa­vo­ri­se­raient le can­cer du cô­lon», aver­tit le Dr Che­val­lier. Comme quoi, le sucre n’est pas le seul à mettre son grain de sel dans notre vie.

« Ces ali­ments per­turbent l’in­su­line et gé­nèrent des frin­gales. » An­gé­lique Houl­bert, nu­tri­tion­niste

Le sucre n’est vrai­ment pas l’ami du pe­tit dé­jeu­ner (des pe­tits et des grands).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.