Politique

20 Minutes (Strasbourg) - - ACTUALITÉ -

L’une des dé­lé­guées na­tio­nales de l’as­so­cia­tion ATD Quart Monde, Isa­belle Bouyer, se fé­li­cite, en par­tie, des me­sures du plan pau­vre­té pré­sen­tées jeu­di.

Em­ma­nuel Ma­cron n’a pas dé­voi­lé un « plan cha­ri­té », mais un plan per­met­tant, à ses yeux, de « sor­tir de la pau­vre­té ». Pour­quoi fau­drait-il le croire au­jourd’hui ? Peut-être parce que c’est la pre­mière fois qu’un res­pon­sable politique parle d’éra­di­quer la pau­vre­té. D’ha­bi­tude, les élus pro­posent de ré­duire la pau­vre­té. Cer­tains vont même jus­qu’à chif­frer à -20 % ou -30 % la baisse qu’ils visent. Le président, lui, a clai­re­ment par­lé de sup­pres­sion. A ATD Quart Monde, c’est notre rai­son d’être. De quel oeil voyez-vous le re­ve­nu uni­ver­sel d’ac­ti­vi­té an­non­cé jeu­di ? On ai­me­rait qu’il s’ac­com­pagne d’une re­va­lo­ri­sa­tion. Ça a été le cas pour l’al­lo­ca­tion adulte han­di­ca­pé (AAH), pas pour le RSA, qui s’élève à 486 €. Se­lon nos es­ti­ma­tions, il fau­drait qu’il at­teigne 800 ou 850 € pour per­mettre aux gens de re­trou­ver de l’ac­ti­vi­té.

Un re­ve­nu que le président pour­rait ac­cor­der en échange de cer­tains « de­voirs »…

Je pense qu’il s’adres­sait aux rares bé­né­fi­ciaires du RSA qui se sa­tis­font des 486 € pour vivre et ne cherchent pas de tra­vail. Nous, on pense aux autres. C’est à l’Etat d’of­frir les condi­tions pour que cha­cun trouve une ac­ti­vi­té. C’est l’Etat qui a le plus de de­voirs.

Le plan contre la pau­vre­té sa­tis­fait l’as­so­cia­tion ATD Quart Monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.