Jean-Marc Gé­né­reux passe aux four­neaux

Le dan­seur par­ti­cipe à l’émis­sion « Le meilleur pâ­tis­sier », sur M6, mer­cre­di

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - Propos recueillis par Fa­bien Ran­danne

Des en­tre­chats aux en­tre­mets… Jean-Marc Gé­né­reux se lance, mer­cre­di soir, dans la com­pé­ti­tion du « Meilleur pâ­tis­sier spé­cial cé­lé­bri­tés » sur M6. Aux cô­tés d’Hé­lène Sé­ga­ra, Ca­mille Cerf, Ariane Bro­dier et Vincent Mos­ca­to, le juge hy­per­ac­tif de « Danse avec les stars » ten­te­ra de sé­duire les pa­pilles de Mer­cotte et Cy­ril Li­gnac.

On ne vous ima­gine pas for­cé­ment der­rière les four­neaux. Vous y êtes à l’aise ?

Je ne m’y ima­gi­nais pas, moi non plus ! Quand on m’a pro­po­sé de faire l’émis­sion, je me suis dit que ça ren­drait ma ma­man très heu­reuse de me voir me frot­ter à ce mé­tier. J’aime les dé­fis ! Quand je m’en­gage dans quelque chose, j’y vais à fond et, vous al­lez voir, ça va être drôle.

Vous vous êtes dé­cou­vert un don pour la pâ­tis­se­rie ?

« Mer­cotte, c’est comme la prof de fran­çais qui connaît toutes les règles. »

Je me suis sur­pris à faire des choses co­mes­tibles. J’étais en­tou­ré de per­sonnes in­croyables, et les autres concur­rents sont des co­pains. C’était une com­pé­ti­tion ami­cale, on s’en­trai­dait, et j’en avais bien be­soin !

Il pa­raît que vous aviez un pe­tit peu peur de Mer­cotte…

« Un pe­tit peu », c’est peu dire. Les deux me fai­saient peur. Cy­ril Li­gnac est une poin­ture in­croyable et Mer­cotte, c’est comme la prof de fran­çais qui connaît toutes les règles d’or­tho­graphe, de gram­maire et de syn­taxe : tu as en­vie de l’écou­ter plu­tôt que d’ar­gu­men­ter sur son sa­voir.

Comment vous êtes-vous pré­pa­ré ?

J’ai eu un mois et, quand j’ai com­men­cé, j’ai réalisé que je ne connais­sais rien, que je par­tais de zé­ro. La pâ­tis­se­rie, c’est un peu de la chi­mie. Il y a beau­coup de place pour l’ima­gi­na­tion, mais la confec­tion d’une re­cette ne peut pas va­rier d’un io­ta, si­non ça risque d’être trop cuit, trop amer…

Vous avez ap­por­té une touche qué­bé­coise à vos re­cettes ?

La pre­mière épreuve était sur le thème de l’en­fance. La mienne, je l’ai vé­cue au Qué­bec. On est donc al­lé dans les saveurs qui me touchent et me rap­pellent les moments joyeux, où je re­gar­dais ma mère faire des pâ­tis­se­ries, quand je pas­sais le doigt dans le bol.

Pour par­ti­ci­per à l’émis­sion, le Qué­bé­cois s’est pré­pa­ré pen­dant un mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.