« Pe­tit à pe­tit », la fa­mille d’exi­lés s’est in­té­grée

Une fa­mille de Sy­riens est re­par­tie de zé­ro il y a deux ans

20 Minutes (Toulouse) - - LA UNE - De notre en­voyée spé­ciale à Joi­gny (Yonne), Hé­lène Ser­gent

«Il y a des dates que vous n’ou­bliez pas », lancent Ri­mah et Ad­nan Ali. Ce couple de jour­na­listes sy­riens ré­fu­giés en France avec leurs deux en­fants se sou­vient avec pré­ci­sion du 9 sep­tembre 2015, date de leur ar­ri­vée à Pa­ris. Après trois an­nées d’exil en Tur­quie, la fa­mille est ap­pro­chée par Re­por­ters sans fron­tières pour in­té­grer le pro­gramme d’ac­cueil éla­bo­ré par la France avec le Haut Com­mis­sa­riat aux ré­fu­giés de l’ONU. A l’époque, seule une poi­gnée de maires se sont por­tés vo­lon­taires pour hé­ber­ger les 500 ré­fu­giés ac­cep­tés par l’Etat. Ber­nard Mo­raine (DVG), l’édile de Joi­gny, en fait par­tie. Deux ans après, la fa­mille Ali s’est in­té­grée, « pe­tit à pe­tit », dans la vie de cette com­mune qui longe les bords de l’Yonne. « Nous vi­vons l’in­té­gra­tion comme un nou­veau dé­fi », confie le père, Ad­nan. Après cinq mois dans un studio exi­gu du centre d’ac­cueil de de­man­deurs d’asile, la fa­mille em­mé­nage dans un lo­ge­ment so­cial. De­puis, tout est al­lé très vite à en croire Ri­mah, la ma­man : « Nos en­fants sont sco­la­ri­sés, ils parlent bien le fran­çais. Mjd est membre du club de foot de Joi­gny. » La si­tua­tion pro­fes­sion­nelle du couple est plus dé­li­cate : « Mal­gré notre pro­fil ara­bo­phone, c’est dif­fi­cile d’in­té­grer un mé­dia sans maî­tri­ser mieux le fran­çais. » Mais ils s’ac­crochent et sa­luent « l’ac­cueil » dont ils ont bé­né­fi­cié. Un ac­cueil qui n’était pas ga­gné d’avance. Ra­va­gée par la ré­vi­sion générale des po­li­tiques pu­bliques, la ville a per­du « sa ma­ter­ni­té, sa ré­serve mi­li­taire, ses deux tri­bu­naux ». Si la prise en charge de ré­fu­giés pa­raît évi­dente au maire, il com­mu­nique peu sur la mesure au­près des ad­mi­nis­trés. Les mé­dias lo­caux, eux, s’em­parent du su­jet, ce qui lui vaut des « flots d’in­sultes » sur les ré­seaux so­ciaux. « L’Etat et la ré­gion fi­nancent une grande par­tie des dé­penses et des as­so­cia­tions ac­com­pagnent des familles. Ici, on ne gagne pas les élec­tions avec ce genre de po­li­tique, mais j’ai op­té pour le cô­té op­ti­miste des choses. »

« Ici, on ne gagne pas les élec­tions avec ce genre de po­li­tique. » Ber­nard Mo­raine, maire de Joi­gny

Après trois ans d’exil en Tur­quie, Ri­mah, Ad­nan et leurs deux en­fants sont ar­ri­vés en France en sep­tembre 2015.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.