L’ado­rable lé­gè­re­té de l’être

« Den­si­ty », de Le­wis Trond­heim, pa­raît mer­cre­di

20 Minutes (Toulouse) - - CULTURE - Oli­vier Mim­ran

On sait que Le­wis Trond­heim a une ima­gi­na­tion dé­bor­dante, mais on se de­mande où il va cher­cher une telle énergie. Cette an­née, le Grand Prix du fes­ti­val de la BD d’An­gou­lême 2006 a co­si­gné les huit épi­sodes d’une sé­rie de SF col­lec­tive et res­sus­ci­té La­pi­not, son hé­ros fétiche. Et voi­là qu’il pu­blie, ce mer­cre­di, le pre­mier vo­lume de « Den­si­ty » (édi­tions Del­court), une sé­rie d’an­ti­ci­pa­tion des­si­née par Stan & Vince. A 20 Mi­nutes, on a a-do-ré. Dans cette oeuvre tré­pi­dante, Ch­loé, le per­son­nage cen­tral, a le pou­voir de vo­ler en mo­di­fiant sa den­si­té mo­lé­cu­laire. « Je me suis de­man­dé ce qui se pas­se­rait si on pou­vait mo­di­fier sa den­si­té, ex­plique Le­wis Trond­heim. Lo­gi­que­ment, avec une den­si­té très lourde, il se­rait im­pos­sible de bou­ger ; et avec une très lé­gère, on se­rait in­ca­pable d’at­tra­per quoi que ce soit. » Le co­fon­da­teur de la maison d’édi­tion L’As­so­cia­tion ex­ploite ce pa­ra­doxe à mer­veille : « J’aime bien l’idée d’ad­joindre à un su­per-pou­voir une sorte de dé­faut, de kryp­to­nite. Dans cet al­bum, l’hé­roïne doit sau­ver la pla­nète avec ces simples élé­ments mo­di­fi­ca­teurs, ce qui per­met quan­ti­té de re­tour­ne­ments de si­tua­tion. »

Dia­logues pleins d’hu­mour

Même s’il re­gorge d’ac­tion, ce pre­mier vo­lume est avant tout une mise en bouche. Ch­loé dé­couvre ses nou­veaux pou­voirs « et es­saie de les maî­tri­ser, sou­ligne l’auteur. Son frère es­saie tant bien que mal de l’en­traî­ner, mais on se rend compte qu’elle n’a a prio­ri pas l’étoffe d’une hé­roïne. D’ailleurs, ce su­per-pou­voir ne lui était même pas des­ti­né à l’ori­gine. Mais elle va bien de­voir faire avec. » Al­ter­nant les scènes d’ac­tion et les sé­quences dia­lo­guées pleines d’hu­mour – la marque de fa­brique du sieur Trond­heim –, « Den­si­ty » bé­né­fi­cie du ta­lent gra­phique des com­pères Stan & Vince, dont la sou­plesse du trait confère une vie in­croyable au ré­cit. Pré­vue pour comp­ter trois vo­lumes, qui sor­ti­ront à une fré­quence se­mes­trielle, la sé­rie n’est pas sans rap­pe­ler Le Passe-mu­raille, une nou­velle de Mar­cel Ay­mé dans la­quelle le hé­ros avait la fa­cul­té de tra­ver­ser les murs. Le­wis Trond­heim ne nie pas s’en être ins­pi­ré, « mais sur­tout de la ver­sion fil­mée avec Bour­vil [réa­li­sée par Jean Boyer, en 1951]. En­fant, j’avais beau­coup ai­mé, même si j’avais été cho­qué qu’il n’y ait pas de “happy end” ». « Den­si­ty » en au­ra-t-elle une ? On ne le dé­cou­vri­ra pas avant un an. L’at­tente risque d’être longue.

Ch­loé a le pou­voir de vo­ler en mo­di­fiant sa den­si­té mo­lé­cu­laire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.