Les fonc­tion­naires vent de­bout contre Ma­cron

Tous les syn­di­cats du sec­teur ap­pellent à la grève ce mar­di

20 Minutes (Toulouse) - - ACTUALITÉ - Ni­co­las Raf­fin

«Si­tua­tion dif­fi­cile », « ras-le­bol », « in­quié­tude »… De­puis une se­maine, les mes­sages re­çus par 20 Mi­nutes tra­duisent le ma­laise des fonc­tion­naires qui ma­ni­festent ce mar­di dans toute la France. Pour la pre­mière fois de­puis dix ans que tous les syn­di­cats de la fonc­tion pu­blique ap­pellent à la grève.

La mo­bi­li­sa­tion sert à rap­pe­ler le rôle es­sen­tiel des 5,4 mil­lions d’agents pu­blics fran­çais.

Les mo­tifs de mé­con­ten­te­ment sont lé­gion, à com­men­cer par le manque d’ef­fec­tifs. Em­ma­nuel Ma­cron a pro­mis de sup­pri­mer 120000 postes de fonc­tion­naires d’ici à 2022 : 50 000 fonc­tion­naires ne se­raient pas rem­pla­cés dans la fonc­tion pu­blique d’Etat, 70000 dans la fonc­tion pu­blique ter­ri­to­riale. Pa­ral­lè­le­ment, il avait pré­vu 10000 re­cru­te­ments de po­li­ciers et de gen­darmes et 12000 em­bauches de pro­fes­seurs des écoles pour les zones prio­ri­taires. Autre source de ma­laise, le point d’in­dice, qui dé­fi­nit le ni­veau de ré­mu­né­ra­tions des fonc­tion­naires. Outre son gel, le pro­gramme d’Em­ma­nuel Ma­cron en­tend mettre fin « à l’évo­lu­tion uni­forme des ré­mu­né­ra­tions de toutes les fonc­tions pu­bliques afin de mieux prendre en compte les spé­ci­fi­ci­tés de cha­cune ». Une ligne rouge pour de nom­breux syn­di­cats qui re­doutent une pré­ca­ri­sa­tion des agents dé­jà peu ré­mu­né­rés. En­fin, les té­moi­gnages re­cueillis ré­vèlent une vraie souf­france en rai­son des pré­ju­gés liés aux fonc­tion­naires. Pour beau­coup, la mo­bi­li­sa­tion de ce mar­di est un moyen de rap­pe­ler le rôle es­sen­tiel des 5,4 mil­lions d’agents pu­blics en France.

Bor­deaux, en jan­vier 2005, ma­ni­fes­ta­tion pour la dé­fense du ser­vice pu­blic.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.