«Eme­ry a su res­pec­ter mon rêve»

20 Minutes - - SPORTS -

Pas de re­gret pour Da­mien Ott. Mal­gré la dé­faite contre le PSG, mer­cre­di en Coupe de France, l’en­traî­neur de l’US Avranches gar­de­ra un sou­ve­nir par­ti­cu­lier de ce quart de fi­nale. Après la ren­contre, on vous a vu dis­cu­ter avec Eme­ry qui vous a dé­di­ca­cé un livre sur lui… Juste après le match, je lui ai de­man­dé s’il pou­vait si­gner mon livre. Il m’a ré­pon­du fa­vo­ra­ble­ment. Il a aus­si pris le temps d’échan­ger avec moi une di­zaine de mi­nutes, sur le banc, sans le moindre bruit am­biant. Le fait qu’il s’in­té­resse à moi pen­dant dix mi­nutes, c’est la marque des grands per­son­nages. Il au­ra mon es­time à tout ja­mais. Vous étiez dé­jà fan de lui ? Je cherche à m’ins­pi­rer de ce qui se fait au haut ni­veau. Eme­ry fait par­tie de mes ré­fé­rences. Etre ca­pable d’en­trer en contact avec une per­sonne comme lui, c’est énorme. J’aime le fait qu’il pro­pose plus de ver­ti­ca­li­té dans le jeu pa­ri­sien, qu’il ré­duise les in­ter­mé­diaires entre la pré­pa­ra­tion du jeu et la fi­ni­tion. Ça fait quoi, de cô­toyer Unai Eme­ry ? C’est im­pres­sion­nant de pou­voir cô­toyer une ré­fé­rence du haut ni­veau du foot­ball mon­dial. Ce qui est fa­bu­leux dans l’his­toire, c’est son ac­ces­si­bi­li­té après le match. Il est d’une gen­tillesse énorme. Il faut sur­tout re­te­nir ça. C’est un en­traî­neur qui a su res­pec­ter mon rêve de pou­voir le ren­con­trer. Et ça, ça n’a pas de prix. Propos recueillis par Vincent Marche

Da­mien Ott, le coach d’Avranches.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.