Un rap­port ouvre la voie à un pro­cès

20 Minutes - - GRAND PARIS - Ca­ro­line Po­li­ti

« Bouf­fée dé­li­rante ai­guë », « dé­lire per­sé­cu­tif », « trouble men­tal alié­nant ». Le soir du meurtre de Sa­rah Ha­li­mi, le 4 avril, le prin­ci­pal sus­pect, Ko­bi­li Trao­ré, souf­frait d’une al­té­ra­tion de son dis­cer­ne­ment, a in­di­qué dans son rap­port l’ex­pert psy­chiatre. La sexa­gé­naire, juive or­tho­doxe, a été rouée de coups, puis dé­fe­nes­trée de­puis son ap­par­te­ment du 11e ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris. Dans ses conclu­sions, ré­vé­lées par Le Fi­ga­ro et que 20 Mi­nutes a pu consul­ter, le Dr Da­niel Za­gu­ry pré­cise néan­moins que le ju­ge­ment de Ko­bi­li Trao­ré ne peut être « consi­dé­ré comme ayant été abo­li ». Sa consom­ma­tion « vo­lon­taire et ré­gu­lière » de can­na­bis, qui a eu pour ef­fet d’ac­croître les bouf­fées dé­li­rantes, le rend par­tiel­le­ment res­pon­sable de son acte. Cette dis­tinc­tion rend pos­sible un pro­cès de­vant une cour d’as­sises. Ce qui ne sa­tis­fait qu’en par­tie la fa­mille de la vic­time, qui consi­dère que Sa­rah Ha­li­mi a été tuée en rai­son de ses convic­tions re­li­gieuses.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.