« Le Silk Way a un

4x4 Magazine - - Rallye-raid - Phi­lippe Carles, pho­tos Red Bull, X-Raid, Silk­way.

Fred Le­quien, di­rec­teur ad­joint, et Luc Al­phand, am­bas­sa­deur spor­tif de l'épreuve, re­viennent pour nous sur le Silk Way Ral­ly 2016, qui re­liait pour la pre­mière fois Mos­cou à Pé­kin.

Quel bi­lan ti­rez-vous de cette « pre­mière » entre Mos­cou et Pé­kin ? Fré­dé­ric Le­quien : Or­ga­ni­ser un ral­lye-raid en ligne de plus de 10 000 km, qui tra­verse trois pays im­menses, de­mande beau­coup de coor­di­na­tion et de tra­vail entre des équipes de cultures dif­fé­rentes. Or tout s'est bien pas­sé, nous avons eu toutes les au­to­ri­sa­tions né­ces­saires, no­tam­ment pour fa­ci­li­ter le pas­sage des fron­tières, où on nous pré­di­sait le pire. En réa­li­té les concur­rents n'ont ja­mais at­ten­du plus de dix mi­nutes pour pas­ser d'un pays à un autre... Evi­dem­ment une telle épreuve de­mande beau­coup d'éner­gie pour les équipes d'or­ga­ni­sa­tion, qui sont sur la brèche vingt-quatre heures sur vingt-quatre ; ce­la en­traîne quelques pro­blèmes, mais pour une pre­mière édi­tion, le bi­lan est po­si­tif. Luc Al­phand : Nous avons pro­po­sé des étapes longues, sans neu­tra­li­sa­tion, avec beau­coup de na­vi­ga­tion, des ter­rains va­riés, ain­si que des pay­sages fa­bu­leux. Cer­tains pi­lotes et cer­taines équipes d'as­sis­tance n'étaient plus ha­bi­tués à des jour­nées aus­si dif­fi­ciles, mais c'était comme ce­la lorsque le Da­kar par­cou­rait l'Afrique. Per­son­nel­le­ment, j'ai « ou­vert » trois étapes, et j'en ai par­cou­ru d'autres en vé­hi­cu­lant des pho­to­graphes et des jour­na­listes. Et j'ai bien vu que c'était de gros mor- ceaux. J'ai tou­jours mi­li­té pour que les ral­lyes-raids soient durs...

Et sur le plan de la course, êtes­vous sa­tis­faits ? F.L. : Notre mo­dèle éco­no­mique fait que le « quan­ti­ta­tif », c'est-à-dire une grosse masse de concur­rents, n'est pas né­ces­saire. Nous avons néan­moins été com­blés avec près de cent dix au­tos et une tren­taine de ca­mions au dé­part. Sur le plan qua­li­ta­tif, nous sommes très fiers d'avoir eu l'équipe Peu­geot et d'avoir vu rou­ler Sé­bas­tien Loeb. Il y a eu une très belle ba­taille au sein du team di­ri­gé par Bru­no Fa­min, le­quel n'a ja­mais don­né de consignes de course. Les pi­lotes Mi­ni,Al-Ra­j­hi et

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.