Ap­pre­nez fa­ci­le­ment “l’ef­fet de le­vier” avec les War­rants

Action Future - - Pédagogie - Sa­ma­ron Lor­shei­der Spé­cia­liste pro­duits de Bourse chez UniC­re­dit

In­ves­tir avec les war­rants c’est avant tout in­ves­tir avec un ef­fet de le­vier. Les war­rants sont ré­ac­tifs aux mou­ve­ments du mar­ché. Pro­por­tion­nel­le­ment, la va­leur d’un war­rant évo­lue plus ra­pi­de­ment que celle de son sous-ja­cent. C’est l’ef­fet de le­vier ca­rac­té­ris­tique des war­rants. Avec plus de 5,5 mil­liards d’eu­ros échan­gés en Bourse de Pa­ris en 2015 et plus de 1,8 mil­lion de tran­sac­tions, le mar­ché des pro­duits de Bourse confirme son dy­na­misme au­près des in­ves­tis­seurs in­di­vi­duel. Les war­rants em­blé­ma­tiques dès le dé­but de ce mar­ché se sont taillés la part du lion avec près de 500.000 tran­sac­tions, de­vant les Tur­bos, et les Le­ve­rage et short. L’an­née bour­sière 2015, avec deux se­mestres très dif­fé­rents, a en ef­fet été pro­pice à l’uti­li­sa­tion des so­lu­tions d’in­ves­tis­se­ment à le­vier pour les­quels la pre­mière règle consiste à li­mi­ter le ca­pi­tal in­ves­ti pour ne ris­quer en Bourse qu’un ca­pi­tal li­mi­té. Rap­pe­lons en ef­fet que les War­rants sont des titres co­tés en Bourse qui per­mettent grâce à leur ef­fet de le­vier de mettre en place des stra­té­gies de tra­ding à court terme. Ils peuvent am­pli­fier par 2, 5, 10, voire plus, à la hausse comme à la baisse, les va­ria­tions des ac­tions ou in­dices bour­siers aux­quels ils se ré­fèrent. L’ef­fet de le­vier per­met d’am­pli­fier aus­si bien les mou­ve­ments du sous-ja­cent qui sont fa­vo­rables à l’in­ves­tis­seur que ceux qui lui sont dé­fa­vo­rables. Il s’agit d’ins­tru­ments adap­tés à des stra­té­gies court et moyen terme, pour in­ves­tir sur va­ria­tions (à la hausse ou à la baisse) sur un ac­tif fi­nan­cier ap­pe­lé le « sous-ja­cent ». Ce sous-ja­cent peut être une ac­tion, un in­dice, une de­vise ou tout autre ac­tif co­té en Bourse. Le prix des war­rants dé­pend du prix du sous-ja­cent, mais aus­si d’autres va­riables comme la vo­la­ti­li­té du sous-ja­cent et la du­rée de vie res­tante jus­qu’à l’échéance. Pour par­ti­ci­per à la hausse d’un sous­ja­cent, ou à la baisse d’un sous-ja­cent une simple opé­ra­tion en Bourse suf­fit : ache­ter un war­rant call pour une stra-

té­gie haus­sière, ou un war­rant put pour une stra­té­gie bais­sière. Grace à l’ef­fet de le­vier, le mon­tant in­ves­ti en war­rants évo­lue­ra d’une fa­çon plus dy­na­mique par rap­port à l’In­ves­tis­se­ment dans le sous-ja­cent di­rect. Ain­si, l’in­ves­tis­se­ment en war­rants per­met de li­mi­ter le ca­pi­tal in­ves­ti tout en par­ti­ci­pant aux va­ria­tions de va­leur du sous-ja­cent. Les war­rants sont donc un moyen d’adap­ter le mon­tant in­ves­ti en fonc­tion du propre pro­fil de risque, et in­té­grer un « stop-loss » qui se tra­duit par le prix ini­tia­le­ment payé pour le war­rant. In­ves­tir avec les war­rants c’est in­ves­tir sur le mou­ve­ment du sous-ja­cent.

In­ves­tir sur la hausse du mar­ché avec les War­rant Call

Un titre co­té en Bourse qui per­met de se po­si­tion­ner sur la hausse du sous­ja­cent. Il confère le droit d’ache­ter le sous-ja­cent à un prix dé­ter­mi­né et avant une date dé­ter­mi­née. L’in­ves­tis­seur va bé­né­fi­cier de l’ef­fet de le­vier en cas de hausse du sous-ja­cent mais se­ra ex­po­sé à un risque ac­cru de perte de la prime ini­tiale en cas de baisse du sous-ja­cent. Ils s’adaptent à des scé­na­rios haus­siers. Exemple du rem­bour­se­ment à ma­tu­ri­té : La prime de dé­part pour ache­ter ce war­rant call est de 3€. Le Prix d’Exer­cice est de 60€. Le ni­veau du sous-ja­cent au dé­part est de 60€. Pour réa­li­ser un gain il faut que le ni­veau du sous-ja­cent à ma­tu­ri­té soit su­pé­rieur au prix d’exer­cice mais com­pense éga­le­ment la prime ini­tia­le­ment payée, il s’agit du seuil de ren­ta­bi­li­té (60€ + 3€). • Si le sous-ja­cent clô­ture à 70€ à ma­tu­ri­té, l’in­ves­tis­seur re­çoit 10€. Il a payé une prime de 3€, son gain est donc de 7€. La per­for­mance du sous-ja­cent est de +17% mais le gain par rap­port à la prime in­ves­tie est de +133% (ef­fet de le­vier). • Si le sous-ja­cent clô­ture à 62€ à ma­tu­ri­té, l’in­ves­tis­seur re­çoit 2€. Il a payé une prime de 3€, sa perte est donc de 1€. La per­for­mance du sous- ja­cent est de +3% mais la perte par rap­port à la prime in­ves­tie est de -33% (ef­fet de le­vier). • Si le sous-ja­cent clô­ture à 55€ à ma­tu­ri­té, l’in­ves­tis­seur a per­du la prime ini­tiale (3€). La per­for­mance du sous­ja­cent est de -8% mais la perte par rap­port à la prime in­ves­tie est de -100% (ef­fet de le­vier). L’in­ves­tis­seur su­bit une perte en ca­pi­tal.

Se pro­té­ger ou prendre une ten­dance bais­sière avec les war­rants put

Un titre co­té en Bourse qui s’ap­pré­cie à la baisse du sous-ja­cent. Il confère le droit de vendre le sous-ja­cent à un prix dé­ter­mi­né et avant une date dé­ter­mi­née. L’in­ves­tis­seur va bé­né­fi­cier de l’ef­fet de le­vier en cas de baisse du sous-ja­cent mais se­ra ex­po­sé à un risque ac­cru de perte de la prime ini­tiale en cas de hausse du sous-ja­cent. Ils s’adaptent à des scé­na­rios bais­siers. Exemple du rem­bour­se­ment à ma­tu­ri­té : La prime de dé­part pour ache­ter ce war­rant put est de 3€. Le prix d’exer­cice est de 60€. Le ni­veau du sous-ja­cent au dé­part est de 60€. Pour réa­li­ser un gain il faut que le ni­veau du sous-ja­cent à ma­tu­ri­té soit in­fé­rieur au prix d’exer­cice mais com­pense éga­le­ment la prime ini­tia­le­ment payée, il s’agit du seuil de ren­ta­bi­li­té (60€ - 3€). • Si le sous-ja­cent clô­ture à 50€ à ma­tu­ri­té, l’in­ves­tis­seur re­çoit 10€. Il a payé une prime de 3€, son gain est donc de 7€. La per­for­mance du sous-ja­cent est de -17% mais le gain par rap­port à la prime in­ves­tie est de +133% (ef­fet de le­vier). • Si le sous-ja­cent clô­ture à 58€ à ma­tu­ri­té, l’in­ves­tis­seur re­çoit 2€. Il a payé une prime de 3€, sa perte est donc de 1€. La per­for­mance du sous­ja­cent est de -3% mais la perte par rap­port à la prime in­ves­tie est de - 33% (ef­fet de le­vier). • Si le sous-ja­cent clô­ture à 65€ à ma­tu­ri­té, l’in­ves­tis­seur a per­du la prime ini­tiale (3€). La per­for­mance du sous­ja­cent est de +8% mais la perte par rap­port à la prime in­ves­tie est de -100% (ef­fet de le­vier). L’in­ves­tis­seur su­bit une perte en ca­pi­tal.

Le mou­ve­ment des mar­chés comme source de ren­de­ment

Sur les gra­phiques, nous voyons com­ment évo­lue la va­leur in­trin­sèque d’un war­rant en fonc­tion du prix du sous­ja­cent. Cette va­leur cor­res­pond à la va­leur du war­rant à échéance. Mais un war­ran­tiste n’est pas obli­gé de te­nir le war­rant en por­te­feuille jus­qu’à la ma­tu­ri­té, la va­leur d’un war­rant évo- lue chaque jour et ain­si, chaque jour des po­ten­tiels de réa­li­ser son scé­na­rio ! Sou­vent, il est même pré­fé­rable de re­vendre un war­rant une fois que l’ob­jec­tif d’in­ves­tis­se­ment a été at­teint. Du­rant la vie d’un war­rant, sa va­leur se base non seule­ment sur le prix du sous­ja­cent, mais éga­le­ment sur la pro­ba­bi­li­té avec la­quelle la va­leur du war­rant se­ra po­si­tive à l’échéance. Il y a donc deux fac­teurs im­por­tants à prendre en compte : la vo­la­ti­li­té du sous-ja­cent, et le temps res­tant jus­qu’à la ma­tu­ri­té.

L’ef­fet de la vo­la­ti­li­té

La vo­la­ti­li­té im­pli­cite d’un ac­tif fi­nan­cier es­time l’im­por­tance et la fré­quence des va­ria­tions de son prix. Cette me­sure est uti­li­sée pour ex­pri­mer l’am­pli­tude des mou­ve­ments du sous-ja­cent d’un war­rant. En gé­né­ral, une aug­men­ta­tion de la vo­la­ti­li­té se tra­duit par une va­leur plus éle­vée du war­rant, que ce soit un war­rant call ou un war­rant put. Par consé­quent, une baisse de la vo­la­ti­li­té di­mi­nue en gé­né­ral la va­leur du war­rant. L’ex­pli­ca­tion de cet ef­fet de vo­la­ti­li­té est qu’un sous-ja­cent qui a connu

Du­rant la vie d’un war­rant, sa va­leur se base non seule­ment sur le prix du sous-ja­cent, mais éga­le­ment sur la pro­ba­bi­li­té avec la­quelle la va­leur du war­rant se­ra po­si­tive à l’échéance. Il y a donc deux fac­teurs im­por­tants à prendre en compte : la vo­la­ti­li­té du sous-ja­cent, et le temps res­tant jus­qu’à la ma­tu­ri­té.

de fortes évo­lu­tions dans le pas­sé a plus de pro­ba­bi­li­tés de bou­ger de fa­çon plus dy­na­mique et de re­joindre ain­si, ou dé­pas­ser, le prix d’exer­cice du­rant la vie du war­rant.

L’ef­fet du temps

Le temps res­tant jus­qu’à la ma­tu­ri­té d’un war­rant im­pacte for­te­ment la pro­ba­bi­li­té que le sous-ja­cent fi­nisse au-de­là de son prix d’exer­cice, c’est-à-dire avec un in­té­rêt im­mé­diat, ou plus exac­te­ment une va­leur in­trin­sèque. Sur­tout pour les war­rants en de­hors de la mon­naie (avec une va­leur in­trin­sèque nulle) il est évident qu’un war­rant avec une ma­tu­ri­té d’un an a plus de pro­ba­bi­li­tés de fi­nir par une va­leur po­si­tive qu’un war­rant à ma­tu­ri­té dans quelques jours. À la va­leur in­trin­sèque d’un war­rant se ra­joute donc une prime qu’on ap­pelle la « va­leur temps ». Cette va­leur temps se ré­duit pen­dant la vie du war­rant, pour fi­nir à 0 à ma­tu­ri­té. Plus la ma­tu­ri­té est longue, plus faible est cet ef­fet, mais la di­mi­nu­tion de la va­leur temps ac­cé­lère pour les war­rants qui ap­prochent de leur échéance.

Quelques stra­té­gies avec les war­rants : dy­na­mi­ser un por­te­feuille par l’ef­fet de le­vier

Les war­rants sont uti­li­sés ha­bi­tuel­le­ment par des in­ves­tis­seurs aver­tis pour des stra­té­gies à court terme. Ils fa­ci­litent un in­ves­tis­se­ment dans le cas d’un scé­na­rio haus­sier ou bais­sier sur le sous­ja­cent. L’ef­fet de le­vier qu’in­tègrent les war­rants per­met un ren­de­ment po­ten­tiel pro­por­tion­nel­le­ment su­pé­rieur au ren­de­ment de l’in­ves­tis­se­ment dans le sous-ja­cent, mais en même temps le pro­fil de risque est plus éle­vé car l’ef­fet de le­vier joue à la hausse comme à la baisse. L’in­ves­tis­se­ment dans le war­rant ne pour­ra donc re­pré­sen­ter que la par­tie du ca­pi­tal que l’on est prête à mettre en risque. Con­crè­te­ment, pour 100 eu­ros à dis­po­si­tion, si l’on est prêt à mettre en risque 5 eu­ros, c’est-à-dire à se fixer un stop-loss lors d’une baisse de 5%, la somme in­ves­tie en war­rants ne pour­ra ex­cé­der ces 5 eu­ros.

Cou­vrir votre por­te­feuille

Un por­te­feuille ac­tion peut être pro­té­gé d’une baisse du mar­ché par les war­rants put. Ceux-ci s’ap­pré­cient à la baisse de leur sous-ja­cent et in­tègrent un ef­fet de le­vier. Ils peuvent ain­si cou­vrir des éven­tuelles pertes dans un cas de baisse tout en li­mi­tant le mon­tant in­ves­ti dans cette couverture. Les war­rants donnent ac­cès à un large nombre de sous- ja­cents, il est donc pos­sible de choi­sir l’ac­tif que l’on sou­haite cou­vrir ou bien choi­sir un war­rant avec le CAC 40 comme sous-ja­cent pour cou­vrir un por­te­feuille d’ac­tions fran­çaises.

Sai­sir les op­por­tu­ni­tés sur la vo­la­ti­li­té

La vo­la­ti­li­té est une me­sure sou­mise à des va­ria­tions, qui a tou­jours ten­dance à re­tour­ner à sa moyenne après des hauts et des bas re­la­tifs. Ain­si les war­rants peuvent aus­si être uti­li­sés pour mi­ser sur une hausse de vo­la­ti­li­té quand on re­père un ni­veau de vo­la­ti­li­té bas d’un sous-ja­cent. Un war­ran­tiste peut ain­si ache­ter en même temps un war­rant call et un war­rant put lors­qu’il an­ti­cipe une hausse de vo­la­ti­li­té. Il fau­dra dans cette stra­té­gie que le scé­na­rio se réa­lise très vite pour ne pas être im­pac­té par le pas­sage du temps mul­ti­plié par deux du fait de la pré­sence de deux war­rants dans la stra­té­gie En conclu­sion, les war­rants peuvent ap­por­ter des so­lu­tions aux in­ves­tis­seurs qui sou­haitent se po­si­tion­ner ou se pro­té­ger contre les va­ria­tions des mar­chés. La pre­mière et prin­ci­pale règle d’or d’un in­ves­tis­se­ment à le­vier reste de sa­voir li­mi­ter le ca­pi­tal in­ves­ti et d’adap­ter la du­rée de son scé­na­rio. Les war­rants ac­cé­lèrent les per­for­mances et ré­duisent le temps, et sont adap­tés à des stra­té­gies de court ou moyen terme.

Gra­phique 1 - Va­leur in­trin­sèque : rem­bour­se­ment en cas d’exer­cice du War­rant Call : Prix du sous-ja­cent – Prix d’exer­cice du war­rant

Gra­phique 2 - Va­leur in­trin­sèque : rem­bour­se­ment en cas d’exer­cice du War­rant Put : (Strike – prix du sous-ja­cent)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.