Un été dé­ci­sif pour l’ave­nir

Action Future - - Edito -

Comment ne pas évo­quer le vote his­to­rique des An­glais ? Le Brexit a rem­por­té, après un scru­tin ha­le­tant, le ré­fé­ren­dum or­ga­ni­sé par Da­vid Ca­me­ron. Aus­si­tôt, les Bourses eu­ro­péennes ont plon­gé de plus de 10 %, pen­dant que, iro­nie du sort, le Foot­sie an­glais ne bais­sait « que » de 4 %. Tou­te­fois, au-de­là de la sor­tie du Royaume-Uni de l’Union eu­ro­péenne, dans la­quelle nombre de com­men­ta­teurs s’amusent à dire qu’ils n’y sont ja­mais vrai­ment en­trés, c’est avant tout l’in­cer­ti­tude qui en­toure cette si­tua­tion qui pose pro­blème aux mar­chés fi­nan­ciers. Bous­cu­lant un équi­libre dé­jà très fra­gile, les consé­quences de ce vote res­tent as­sez dif­fi­ciles à an­ti­ci­per. Il fau­dra tout d’abord un rem­pla­çant à Da­vid Ca­me­ron, au­teur d’une faute po­li­tique évi­dente (mais à quoi servent ses di­zaines de conseillers ?) : la lutte s’an­nonce achar­née. Elle amè­ne­ra son lot de ten­sions in­ternes et donc un manque de gou­ver­nance. Il fau­dra éga­le­ment ré­gler le pro­blème de l’Écosse et de l’Ir­lande du Nord, qui ne sou­haitent pas sor­tir de l’UE. Plus in­quié­tante en­core, l’in­croyable im­pro­vi­sa­tion du camp fa­vo­rable au Brexit de­puis le vote qui, si ce n’était si grave, pour­rait prê­ter à sou­rire. Ils n’étaient clai­re­ment pas prêts à ga­gner et le re­con­naissent du bout des lèvres. Contes­ter est une chose, gou­ver­ner en est une autre. En Eu­rope, l’ur­gence est d’évi­ter la conta­gion avec des mou­ve­ments eu­ros­cep­tiques qui gagnent ré­gu­liè­re­ment du ter­rain. Mais comment gar­der une cré­di­bi­li­té suf­fi­sante tout en chan­geant la voie de la construc­tion eu­ro­péenne qui, de la panne, passe à l’im­plo­sion pos­sible ? Sans ou­blier la me­nace ter­ro­riste, les échéances élec­to­rales peu fa­vo­rables à des prises de dé­ci­sions cou­ra­geuses et les tur­pi­tudes de la Fed pour don­ner un sens à sa po­li­tique mo­né­taire dans des condi­tions dan­tesques. Vous l’au­rez com­pris, la vo­la­ti­li­té ne de­vrait pas fai­blir pour ce pro­chain tri­mestre, et l’été, pé­riode sou­vent consi­dé­rée (à tort) comme calme, se­ra sans doute au contraire une phase dé­ci­sive pour les an­nées à ve­nir. Les ma­tières pre­mières ne sont pas en reste avec des ef­fets de La Ni­na at­ten­due dans les pro­chaines se­maines et des si­tua­tions mé­téo­ro­lo­giques dif­fi­ciles pour les cul­tures aux quatre coins du monde. Nous avons de­man­dé à Re­naud de Ker­pois­son, pré­sident d’ODA, de nous éclai­rer sur cer­tains en­jeux et op­por­tu­ni­tés des ma­tières pre­mières agri­coles pour les pro­chains mois. J’ai aus­si in­ter­ro­gé Da­vid Al­louche pour sa­voir si les mar­chés fi­nan­ciers étaient réel­le­ment sans foi ni loi, et si nous n’étions que des vam­pires as­soif­fés du sang des tra­vailleurs. Il ne semble pas que ce soit aus­si sim­pliste… Me voi­là ras­su­ré. Plus que ja­mais, je re­mer­cie toute l’équipe de la ré­dac­tion qui, chaque tri­mestre, nous per­met de vous pro­po­ser l’un des der­niers ma­ga­zines dé­diés aux in­ves­tis­seurs ac­tifs, à l’heure où, pour­tant, il n’a ja­mais été aus­si im­por­tant de prendre en main ses propres éco­no­mies. C’est d’ailleurs pour­quoi nous vous pro­po­sons un dos­sier com­plet sur le crowd­fun­ding, que nous avons sou­hai­té abor­der sous tous ses as­pects. Il est temps que je vous laisse dé­cou­vrir les pro­chaines pages. J’at­tends vos ques­tions, im­pres­sions et ana­lyses à l’adresse de la ré­dac­tion, re­dac@ac­tion­fu­ture.fr ou sur Twit­ter @Ac­tion_Fu­ture . Bonne lec­ture !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.