M

AD - - LES JOURNÉES AD -

ain­te­nant qu’il s’est dé­bar­ras­sé de sa mai­son en Nor­man­die, Ar­chi­bald a tout le temps de sillon­ner le monde pour être au centre de l’ac­tion – c’est-à-dire là où les der­niers sno­bismes l’ap­pellent… Entre sa se­maine à Ibi­za, sa croi­sière dans les fjords et la vil­la qu’il a louée sur le Pa­ci­fique, il s’est quand même ré­ser­vé 48 heures en Pro­vence.

Jour 1 : 10 h MEr­CEDES– BENZ

« Je suis en double file donc im­pos­sible de quit­ter ma voi­ture, mais re­trouve-moi au ni­veau de la sor­tie. Tu me re­pé­re­ras, j’ai une Mer­cedes road­ster » , c’est un mes­sage de son co­pain océa­no­graphe Di­mi­trios qui est ve­nu de Mo­na­co le cher­cher à l’aé­ro­port de Nice. En at­ten­dant ses ba­gages, Ar­chi­bald es­saie de de­vi­ner, ce doit sû­re­ment être une SL... Ban­co ! Le temps de se ra­con­ter leurs vies, ils longent la côte : Ar­chi­bald en­roule son chèche au fur et à me­sure que les km/h dé­roulent sur le comp­teur, jus­qu’à ce que Di­mi­trios éclate de rire. « Fal­lait me le dire si le vent te gê­nait ! », dit-il en ac­ti­vant le chauf­fage de nuque Airs­carf, pen­dant qu’un pare-vent élec­trique en toile s’élève der­rière leurs têtes. « Je l’ai choi­sie ex­près. Leurs sièges mul­ti­con­tours ont un sys­tème im­pres­sion­nant de ven­ti­la­teurs in­té­grés dans le rem­bour­rage et la sel­le­rie cuir n’est ja­mais trop chaude, même après des heures sous le soleil ! Ils peuvent même mas­ser… Crois-moi, quand tu te tapes Mo­na­co-Por­que­rolles toutes les se­maines comme moi pour ré­cu­pé­rer ta fille chez sa mère, ça change la vie. » Mer­cedes-Benz, mer­cedes- benz. fr

VIL­LA E – 1027

De­puis son pè­le­ri­nage au Ca­ba­non de Le Cor­bu­sier, Ar­chi­bald rô­dait sys­té­ma­ti­que­ment au­tour de cette pe­tite vil­la toute blanche en lon­gueur, la E-1027, aban­don­née au mi­lieu de la flore, rê­vant de la vi­si­ter un jour. Alors dès la ré­no­va­tion ter­mi­née, il s’est em­pres­sé de prendre ren­dez-vous au­près de Cap Mo­derne, l’as­so­cia­tion qui en a la charge. « En­trez len­te­ment » , in­time l’ins­crip­tion au mur : les deux amis la suivent à la lettre, tout émus de pé­né­trer enfin ce lieu lé­gen­daire, ima­gi­né en 1927 par Ei­leen Gray et son com­plice Jean Ba­do­vi­ci. À cô­té, ils s’amusent des fresques cor­bu­séennes sur­vi­ta­mi­nées, qui au­raient fait dire à Fer­nand Lé­ger : « Tu ne crois pas que tu y es al­lé un peu fort pour l’in­té­rieur… » Pour le reste, le mo­der­nisme de l’ami Corbu est ici at­té­nué : bien sûr, le toit-ter­rasse avec vue sur la mer tur­quoise, les pi­lo­tis, la fa­çade en baies vi­trées in­ter­mi­nables don­nant sur le jar­din, mais au­cune rai­deur ici, l’es­prit étant plu­tôt na­val avec cour­sives et bouées. Le fau­teuil Bi­ben­dum dans le sa­lon donne dé­jà en­vie à Ar­chi­bald de s’y blot­tir. « Re­garde tous ces meubles es­ca­mo­tables, c’est hy­per ma­lin, pra­tique… On se ver­rait dé­jà y ha­bi­ter ! Ima­gine, les apé­ros chez Re­bu­ta­to, juste là sur la ter­rasse de l’Étoile de mer. Le pas­tis, l’odeur de l’anis… Tiens, ça ne te di­rait pas un verre d’ailleurs ? » Vil­la E– 1027, sen­tier des Doua­niers, 06190 Ro­que­brune-Cap-Mar­tin, cap­mo­derne.com

16 h LA­CoStE

Oh non, en­core ! Pour chan­ger, Ar­chi­bald s’aper­çoit qu’il a ou­blié ses af­faires de ten­nis à Paris, alors que la voi­ture s’ap­proche du Monte-Car­lo Coun­try Club : « S’il te plaît Di­mi­trios, peut-on faire un dé­tour par La­coste pour que j’achète de quoi jouer ? » Un short et un po­lo en pe­tit pi­qué, mo­dèle re­gu­lar comme d’ha­bi­tude, 100 % blanc car on ne ba­dine pas avec les tra­di­tions : ça, c’était l’idée de dé­part. Avant de tom­ber sur la ra­quette blanche en bois, ou plu­tôt noyer, bal­sa et tilleul plus 30% de gra­phite – et une bonne dose d’élé­gance sur­an­née. « C’est la LT12. Elle est en édi­tion li­mi­tée à 650 exem­plaires tous réa­li­sés par un ar­ti­san à Al­bert­ville. Vous connais­sez sans doute la phrase de Re­né La­coste : “Jouer et ga­gner ne suf­fisent pas, en­core faut-il maî­tri­ser son style ” » , ex­plique la ven­deuse à Ar­chi­bald qui se sent dé­jà chic comme Fe­de­rer en tes­tant sa prise

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.