L’ÉCRI­TURE D’UNE ÉPOQUE

AD - - LA DÉCOUVERTE -

Dès son ar­ri­vée, il se voit confier toutes les en­quêtes so­ciales des îlots in­sa­lubres. Cette mis­sion, consi­dé­rée comme in­grate par ses confrères, lui per­met d’étu­dier les ter­rains et de se lier avec le mi­nis­tère de la Re­cons­truc­tion et du Fi­nan­ce­ment. Pa­ral­lè­le­ment à ce­la, il re­cons­truit des églises, fai­sant ap­pel à des ar­tistes, comme Max In­grand à Fou­gères. En 1950, l’ar­ri­vée d’Hen­ri Fré­ville à la mai­rie de Rennes va mar­quer pour lui un tour­nant, lui per­met­tant de concré­ti­ser ses pre­mières théo­ries ar­chi­tec­tu­rales à tra­vers le pro­jet d’îlot rue Jules-Simon. Les pré­mices du pré­fa­bri­qué et les pre­miers bal­cons ap­pa­raissent alors. Sui­vra la tour Ri­che­mont, au- des­sus de la­quelle plane l’in­fluence de Le Corbusier et ses pré­ceptes fonc­tion­na­listes.

Mais Georges Maillols veut al­ler au­de­là. Avec le maire, il rêve d’une mé­tro­pole de re­cherche, pas d’une ci­té de lo­ge­ments. L’îlot du Bourg-L’Évêque, sur l’an­cienne route ro­maine me­nant à Ca­rhaix, va de­ve­nir leur terre pro­mise. « Il faut construire l’écri­ture de l’époque avec les tech­niques de l’époque » , di­sai­til en fu­mant sa pipe, dans l’une de ses puis­santes cy­lin­drées qui fai­saient hur­ler son comp­table. Épi­cu­rien dé­bor­dant d’hu­mi­li­té, d’après ceux qui l’ont cô­toyé, il ai­mait les femmes. Avec elles, il voya­geait, de New York à To­kyo, de Los An­geles à Chi­ca­go. Dans cette der­nière, ville de Mies van der Rohe, il dé­couvre

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.