LE CLAS­SI­CISME RÉINVENTÉ

À la fin des an­nées 1920, une poi­gnée d’ar­tistes et de dé­co­ra­teurs ré­siste au mo­der­nisme am­biant en s’ins­pi­rant du clas­si­cisme pour créer des formes nou­velles. La Biennale pré­sente leurs créa­tions.

AD - - LA TENDANCE - Par Axelle Cor­ty.

Un mi­roir à par­closes en verre églo­mi­sé à mo­tif de feuillages, ca­res­sé par des mains gan­tées de noir. Cet ob­jet étrange, pré­sen­té par Jacques La­coste, évoque un pas­sé ré­vo­lu, les fastes de l’an­cien ré­gime. Pour­tant, Max In­grand l’a créé en 1947, plus d’une ving­taine d’an­nées après la nais­sance of­fi­cielle du style Art dé­co. Dès le mi­lieu des an­nées 1930, ce type d’ob­jet fait fu­reur, dans les in­té­rieurs des ac­trices, des aris­to­crates et autres grands bour­geois. Serge Roche, an­ti­quaire spé­cia­li­sé dans les cadres et les mi­roirs, se lance dans la créa­tion de meubles et ob­jets en glaces, ins­pi­rés du XVIIIe. Le car­net de com­mandes est com­plet : une che­mi­née pour la com- tesse Pas­tré, des obé­lisques pour Ma­rieB­lanche de Polignac, une console pour ma­dame Al­fred Fabre-Luce, un car­tel pour le duc de Wind­sor… Ses ta­bou­rets au piè­te­ment en X, ses vases Mé­di­cis, ses tables aux énormes pieds de lion plaisent aus­si beau­coup outre-At­lan­tique. Deux dé­co­ra­trices lui sont fi­dèles : El­sie de Wolfe à New York et, sur la côte Ouest, Sy­rie Mau­gham, co­que­luche du ToutHol­ly­wood qui par­sème les in­té­rieurs avec ses meubles mi­roi­tants. 1 des flèches de verre co­lo­ré, des luminaires aux al­lures de pla­nètes à an­neaux. Sa ga­le­rie du bou­le­vard Hauss­mann évoque un ca­bi­net de cu­rio­si­tés prin­cier ou l’antre d’un as­tro­logue. « Serge Roche s’émer­veille du monde et émer­veille le monde » , ré­sume la ga­le­riste Aline Chas­tel, qui pré­sente quel­que­sunes de ses créa­tions à la Biennale.

D’autres créa­teurs ex­plorent aus­si l’hé­ri­tage clas­sique dans leur quête de formes nou­velles. Jean-Charles Mo­reux, après avoir dé­cou­vert Pal­la­dio en 1926, re­nonce à l’ar­chi­tec­ture mo­derne qu’il exer­çait jus­qu’alors. An­dré Ar­bus, fils d’ébé­niste convain­cu que le mo­bi­lier Louis XVI re­pré­sente une per­fec­tion in­sur­pas­sable, s’en ins­pire du­rant

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.