UN STYLE AN­TIQUE EXOTIQUE

AD - - LE STYLE -

L’« inau­gu­ra­tion » of­fi­cielle eut lieu le pre­mier mai 1963. Onze ans plus tard, après s’être en­tre­temps ai­gre­ment sé­pa­ré de Ri­chard­son, fâ­ché, on l’a dit, avec Pi­cas­so ( qu’il fi­nit par trai­ter de vieillard gâ­teux), avoir été vic­time d’une agres­sion au cou­teau dans un lieu de drague, et d’un vol d’une par­tie de ses col­lec­tions (our­die par des ser­vi­teurs qu’il avait mal­trai­tés), Coo­per quit­ta Cas­tille, qu’il ven­dit à un couple gré­co-balte de Mar­seille, pour un pied-à-terre à Mon­teCar­lo, plus sûr à ses yeux. Son pen­chant pour la bois­son y ga­gna, son amer­tume aus­si. Et il se pro­po­sa de mou­rir, dans un ul­time pied de nez, un pre­mier avril ; ce qu’il fit ponc­tuel­le­ment en 1984. Une re­vue de dé­co­ra­tion de l’époque écrit mé­cham­ment que les nou­veaux pro­prié­taires du châ­teau – dé­but du troi­sième ré­cit – n’y trou­vèrent que vide em­pous­sié­ré et « quelques lu­gubres meubles pro­vin­ciaux » (ou­bliant de men­tion­ner le mur pi­cas­sien tou­jours in si­tu, au grand désar­roi de Coo­per qui avait dû l’y lais­ser)… Il fal­lait une nou­velle fois, es­ti­ma-t-on, rap­pe­ler la belle en­dor­mie à la vie. On convo­qua pour ce faire l’an­ti­quaire et dé­co­ra­teur Dick Du­mas qui se pro­po­sa de ré­chauf­fer l’at­mo­sphère par des ca­maïeux de cou­leurs chaudes, des

1 mé­langes d’im­pri­més, des ta­pis per­sans, des di­vans pro­fonds, des

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.