« Un lieu qui m’a ins­pi­ré… »

Dans chaque nu­mé­ro du ma­ga­zine, nous de­man­dons à un pho­to­graphe de nous pré­sen­ter la photo d’un lieu qui l’a tou­ché et de nous ra­con­ter pour­quoi.

AD - - LA PHOTO - Par Ma­rie Kalt.

Le sa­lon rose de la Villa Noailles, par Ber­nard Plos­su. — « C’était en 1997, la ville de Hyères m’avait com­man­dé un tra­vail en noir et blanc sur la res­tau­ra­tion de la Villa Noailles. Je suis très at­ti­ré par la pé­riode Art dé­co et c’était un vrai ca­deau de pho­to­gra­phier ce lieu à l’aban­don. Sé­duit par le rose des murs – c’est idiot à dire, mais je le trou­vais jo­li avec son cô­té désuet – j’ai dé­ci­dé de shoo­ter cette image en cou­leur. C’est l’une des rares de cette sé­rie et elle n’a ja­mais été pu­bliée ni ex­po­sée. Elle est ti­rée se­lon le pro­cé­dé Fres­son, une tech­nique de ti­rage au char­bon qui donne un ef­fet mat et gra­nu­leux et per­met d’ex­pri­mer la même chose que le noir et blanc, mais en cou­leur. Tout dans cette photo est cu­biste, sa com­po­si­tion est un hom­mage à Braque. J’aime ses lignes de force claires, le jeu des ver­ti­cales, des cercles qui se ré­pondent. J’aime aus­si qu’il soit tou­jours 4 heures ! »

Ber­nard Plos­su est né au Viet­nam en 1945. Il a voya­gé et fait des pho­tos un peu par­tout dans le monde. Cer­taines d’entre elles, prises au Mexique en 1965, sont pré­sen­tées dans l’ex­po­si­tion Beat Ge­ne­ra­tion au Centre Pom­pi­dou. Son tra­vail sur l’Ouest amé­ri­cain Wes­tern Co­lors est pré­sen­té dans le cadre des Ren­contres d’Arles jus­qu’au 25 sep­tembre 2016 et a fait l’ob­jet d’un livre édi­té par Tex­tuel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.