Les créa­teurs

Ja­nine Abra­ham et Dirk Jan Rol ai­maient le ro­tin, le mé­tal, l’épure... et ils s’ai­maient. Re­dé­cou­verte d’un couple de de­si­gners qui a sub­ti­le­ment mar­qué les an­nées  ­ et €­.

AD - - SOMMAIRE - PAR Lau­rence Mouille­fa­rine.

Dirk Jan Rol et Ja­nine Abra­ham, ma­ri et femme à la ville, étaient éga­le­ment un couple créa­tif qui, à coups de ro­tin et de lignes épu­rées, ont mar­qué le de­si­gn des an­nées 1960 et 1970.

Meu­don, ave­nue du Châ­teau. Une pers­pec­tive des­si­née par An­dré Le Nôtre. Les pro­me­neurs em­prun­tant cette ave­nue ma­gni­fique s’ar­rêtent de­vant le 34bis, in­tri­gués par une construc­tion mo­der­niste en­fouie dans la ver­dure. Là de­meurent les Rol, le père, le fils, la pe­tite-fille, trois gé­né­ra­tions d’ar­chi­tectes. Cette mai­so­na­te­lier fut construite en 1968‡1970 pour Ja­nine Abra­ham et Dirk Jan Rol.

On re­dé­cou­vrait ré­cem­ment le tra­vail de ce couple grâce à la pa­ru­tion d’une mo­no­gra­phie ac­com­pa­gnée d’une ex­po­si­tion à la ga­le­rie Pas­cal Cui­si­nier. Le mar­chand pa­ri­sien, en­thou­siaste, s’est don­né pour mis­sion de re­va­lo­ri­ser la gé­né­ra­tion des de­si­gners qui se firent re­mar­quer du­rant les Trente Glo­rieuses. « Les jeunes

loups » , comme les sur­nomme l’au­teur du livre. Ja­nine Abra­ham a dis­pa­ru. Dirk Jan Rol était au ver­nis­sage, heu­reux de cette re­con­nais­sance in­at­ten­due. Le Ba­tave, 88 ans, la taille im­pres­sion­nante et la barbe fleu­rie, a une mé­moire in­faillible et des idées plein la tête.

La ré­tros­pec­tive illus­trait leurs mo­dèles ico­niques : le fau­teuil So­leil en ro­tin, mé­daille d’or à l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle de Bruxelles en 1958, ou la ban­quette AR, mi­ni­ma­liste, qui, hop !,

se dé­ploie pour faire ap­pa­raître deux pe­tits lits. Grand suc­cès. Elle fut pro­duite en sé­rie. D’autres meubles sont res­tés pièces uniques, telle la chau euse en alu­mi­nium et ro­tin tres­sé. Sculp­tu­rale si­non confor­table.

La sou­plesse d’une fibre vé­gé­tale et la ri­gueur du mé­tal, c’est le duo Abra­ham et Rol tout cra­ché ! Ja­nine, au­ver­gnate, fille d’ins­ti­tu­teurs, vient à la ca­pi­tale pour être illus­tra­trice, sort ma­jor de l’école Ca­mon­do. Lui, né aux PaysBas dans une fa­mille de fer­miers, se des­tine à l’ébé­nis­te­rie. Ar­ri­vé à Pa­ris pour com­plé­ter son ap­pren­tis­sage, il s’ins­crit à l’école na­tio­nale des Arts Dé­co­ra­tifs. Ils se ren­contrent en 1955 à l’agence de Jacques Du­mond, se ma­rient, tra­vaillent main dans la main. Dans les an­nées 1960, Dirk Rol se lance dans l’ar­chi­tec­ture. Il rê­vait d’être pay­sa­giste, les mai­sons qu’il des­sine se fondent dans la na­ture, comme la leur à Meu­don. Des lignes ho­ri­zon­tales qui semblent se glis­ser à tra­vers les arbres. Des baies vi­trées dont les glaces sont col­lées pour évi­ter que des joints ne per­turbent la vue.

Rol uti­lise les mêmes ma­té­riaux de­hors et de­dans, as­su­rant ain­si une conti­nui­té entre in­té­rieur et ex­té­rieur. Sur les murs : du bé­ton, du cré­pi, des briques. « Ja­nine ne vou­lait pas avoir à re­faire les pein­tures tous les cinq ans ! » , confie le maître des lieux. Des bar­deaux de bois fon­cé sou­lignent les fa­çades mais aus­si les faux pla­fonds. Le sol du sa­lon est pa­vé de dalles de bé­ton gra­villon­né. En 1969, le ter­rain mi­toyen se li­bère. Ils cassent leur ti­re­lire pour l’ac­qué­rir. Rol, pen­sant à leurs vieux jours, y édi­fie­ra un im­meuble de rap­port. Pe­tite co­pro­prié­té de quatre lo­ge­ments. Là en­core la vé­gé­ta­tion est reine. Pro­fi­tant de la pente du ter­rain – sept mètres –, Dirk Jan crée des dé­cro­che­ments, des toi­tures en dé­bord, des ou­ver­tures sur le pay­sage et, à chaque ni­veau, amé­nage des ter­ras­ses­jar­dins. Re­mar­quons- le, elles sont, toutes, abri­tées des voi­sins. Comble du bien-être. 

. LE LI­VING de la mai­son de Ja­nine Abra­ham et Dirk Jan Rol à Meu­don. Bé­ton, brique et bois… ces ma­té­riaux simples ca­rac­té­risent les créa­tions des de­si­gners, dont ces cages en ro­tin.

2. LE COUPLE, le jour de leur ma­riage, en 1956. 3. LE FAU­TEUIL SO­LEIL, une de leurs créa­tions em­blé­ma­tiques, tout ro­tin, da­tant de 1958.

5 A ™š›œž: Abra­ham & Rol, de Pa­trick Fa­var­din, Édi­tions Nor­ma. . LE FAU­TEUIL CI­TRON, en ro­tin et piè­te­ment de mé­tal (1957). 2. LE BAHUT 102, des­si­né en 1953 par Ja­nine Abra­ham. 3. LA BAN­QUETTE AR, qui se dé­ploie pour se trans­for­mer en deux lits, une création qui date du dé­but des an­nées 1960. 4. LA CHAUFFEUSE SRA1, en ver­sion bois (1961). . LA MAI­SON de Meu­don, tout en ter­rasses et en ver­dure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.