Les firmes du Sud à l’as­saut des mar­chés

Les mul­ti­na­tio­nales des pays émer­gents s’im­posent dans tous les sec­teurs. Et consti­tuent de dan­ge­reux concur­rents pour les firmes oc­ci­den­tales.

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Sommaire -

Les mul­ti­na­tio­nales des pays émer­gents s’im­posent dans tous les sec­teurs.

Long­temps, les pays émer­gents ont été vus comme de vastes ate­liers où les mul­ti­na­tio­nales du Nord dé­lo­ca­li­saient ou sous-trai­taient leurs ac­ti­vi­tés à faible va­leur ajou­tée. Mais au­jourd’hui, les noms des cham­pions de ces pays, comme Ta­ta, Le­no­vo ou Emi­rates, com­mencent à ré­son­ner dans l’ima­gi­naire pu­blic. Ces en­tre­prises n’ont plus rien à en­vier à celles des pays dé­ve­lop­pés et leur font une concur­rence re­dou­table, dans des do­maines de plus en plus va­riés.

Par­ti­cu­liè­re­ment bien re­pré­sen­tés dans les res­sources na­tu­relles et l’in­dus­trie lourde, où ils se sont im­po­sés tôt, les pays émer­gents comptent main­te­nant des lea­ders dans les té­lé­coms (comme les chi­nois Hua­wei et ZTE), l’aé­ro­nau­tique (le bré­si­lien Em­braer) ou les or­di­na­teurs (le chi­nois Le­no­vo). Ces en­tre­prises tirent avan­tage d’une main-d’oeuvre bon mar­ché, mais c’est loin d’être leur seul atout. Les plus per­for­mantes aug­mentent leur pro­duc­ti­vi­té à grande vi­tesse et in­novent pour ré­pondre à la de­mande spé­ci­fique des pays en dé­ve­lop­pe­ment.

Ces firmes ne se contentent pas de leur mar­ché do­mes­tique. Elles se dé­ve­loppent souvent dans d’autres pays du Sud grâce à un sa­voir­faire ac­quis au­près de consom­ma­teurs aux be­soins si­mi­laires. Ain­si, l’Afrique est un ter­rain pri­vi­lé­gié pour les en­tre­prises chi­noises de construc­tion ou pour l’opé­ra­teur in­dien de té­lé­coms Bhar­ti. Elles s’aven­turent aus­si dans les pays du Nord, pour y vendre leurs pro­duits, mais éga­le­ment pour ou­vrir des centres de re­cherche (comme l’équi­pe­men­tier chi­nois de té­lé­coms Hua­wei) ou ra­che­ter des en­tre­prises pour leur sa­voir-faire et leurs bre­vets (le construc­teur au­to­mo­bile chi­nois Gee­ly a re­pris le sué­dois Vol­vo en 2010). Pour les groupes des pays dé­ve­lop­pés, elles sont aus­si des clients, des four­nis­seurs et éga­le­ment des par­te­naires au sein de nom­breuses co­en­tre­prises (*).

De­puis quelques an­nées, l’am­bi­tion mon­diale des groupes des pays émer­gents s’est af­fir­mée. Ils s’im­posent dé­sor­mais comme des géants, au même titre que les mul­ti­na­tio­nales des pays riches. GA­BRIEL HAS­SAN

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.