Moins de mi­sère, mais plus d’in­éga­li­tés

L’ex­trême dé­nue­ment a beau­coup re­cu­lé dans le monde, no­tam­ment dans les pays émer­gents. Mais ce pro­grès ne sau­rait mas­quer un creu­se­ment des in­éga­li­tés.

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Sommaire - GA­BRIEL HAS­SAN

Le fort re­cul de l’ex­trême dé­nue­ment ne sau­rait mas­quer un creu­se­ment des in­éga­li­tés.

Ré­duire de moi­tié l’ex­trême pau­vre­té entre 1990 et 2015 : c’était le pre­mier des Ob­jec­tifs du mil­lé­naire pour le dé­ve­lop­pe­ment adop­tés en 2000 par les Na­tions unies. Il au­ra été at­teint avant l’échéance. Entre 1990 et 2010, la pro­por­tion de per­sonnes vi­vant avec moins de 1,25 dol­lar par jour (le seuil de ré­fé­rence de la Banque mon­diale) dans les ré­gions en dé­ve­lop­pe­ment est en ef­fet pas­sée de 43 % à 21 %. Mieux, leur nombre ab­so­lu est tom­bé de 1,9 mil­liard en 1990 à 1,2 mil­liard en 2010, mal­gré la hausse de la po­pu­la­tion mon­diale.

Ce ré­sul­tat glo­bal doit tou­te­fois beau­coup à la chute spec­ta­cu­laire de l’ex­trême pau­vre­té en Chine, pas­sée de 60 % à 12 % de la po­pu­la­tion. La très forte crois­sance de ce pays a per­mis à 500 000 per­sonnes de fran­chir le seuil de 1,25 dol­lar dis­po­nible par jour. Ailleurs, le nombre de ceux qui vivent en des­sous a bais­sé net­te­ment moins vite, voire a pu aug­men­ter cer­taines an­nées, comme en Afrique.

Au­jourd’hui, les trois quarts de ces pauvres ex­trêmes vivent dans des pays à re­ve­nus moyens où le taux de pau­vre­té est moins éle­vé que dans les pays les plus pauvres, mais où la po­pu­la­tion est très nom­breuse : Inde, Chine, In­do­né­sie… A la dif­fé­rence des pays à bas re­ve­nus (*), où la so­li­da­ri­té in­ter­na­tio­nale reste cru­ciale pour faire re­cu­ler la mi­sère, les pays émer­gents (*) dis­posent de res­sources im­por­tantes, mais les po­li­tiques de re­dis­tri­bu­tion de la ri­chesse na­tio­nale y res­tent li­mi­tées. Ré­sul­tat : à de rares ex­cep­tions près, comme au Bré­sil, les in­éga­li­tés se sont am­pli­fiées de­puis vingt ans.

En avril 2013, la Banque mon­diale a pro­po­sé un nouvel ob­jec­tif : en fi­nir avec l’ex­trême pau­vre­té à l’ho­ri­zon 2030, en ra­me­nant à moins de 3 % la pro­por­tion de per­sonnes vi­vant en des­sous de 1,25 dol­lar par jour. Mais l’ins­ti­tu­tion a pré­ve­nu : pour y par­ve­nir, il fau­dra qu’une plus grande part des fruits de la crois­sance re­vienne aux plus pauvres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.