La tran­si­tion éner­gé­tique dans l’im­passe

EN­VI­RON­NE­MENT La France tarde à en­ta­mer une pro­fonde tran­si­tion éner­gé­tique afin de ré­duire sa dé­pen­dance vis-à-vis du nu­cléaire et des hy­dro­car­bures.

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Sommaire - MA­NUEL DO­MERGUE

La France ter­gi­verse pour ré­duire sa dé­pen­dance vis-à-vis du nu­cléaire et des hy­dro­car­bures.

L’heure des choix a son­né. Après une an­née de dé­bat na­tio­nal, le gou­ver­ne­ment doit mettre en oeuvre sa stra­té­gie pour pla­cer la France sur les rails d’une vé­ri­table tran­si­tion éner­gé­tique. A cet ef­fet, un pro­jet de loi doit être dé­bat­tu au Par­le­ment au prin­temps 2014. La dis­cus­sion pro­met de se fo­ca­li­ser sur l’ob­jec­tif pré­si­den­tiel de di­mi­nuer la part du nu­cléaire de 75 % de la pro­duc­tion élec­trique à 50 % d’ici à 2025. Mais si le nu­cléaire gé­nère 75 % de l’élec­tri­ci­té fran­çaise, il ne faut pas oublier que l’élec­tri­ci­té elle-même ne re­pré­sente que 24 % de l’éner­gie fi­nale con­som­mée en France. Les Fran­çais dé­pendent avant tout du pétrole (42 %) – pour se dé­pla­cer – et dans une moindre me­sure de gaz (20,8 %) – pour se chauf­fer. Deux com­bus­tibles fos­siles qui portent une lourde res­pon­sa­bi­li­té dans le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. Reste que les émis­sions de gaz à ef­fet de serre fran­çaises sont plu­tôt moins éle­vées que celles de nos voi­sins, « grâce » au nu­cléaire. Mieux, elles ont même ten­dance à bais­ser. Il n’y a ce­pen­dant pas de quoi en être fier, car ce­la s’ex­plique avant tout par la crise éco­no­mique et les dé­lo­ca­li­sa­tions.

De ce point de vue, ex­ploi­ter les quelques gi­se­ments de gaz de schiste fran­çais se­rait un re­mède pire que le mal, dans la me­sure où ce­la do­pe­rait nos émis­sions de car­bone. L’en­jeu est ailleurs : il s’agit d’éco­no­mi­ser l’éner­gie. Le chan­tier est vaste, puis­qu’il im­plique de li­mi­ter l’éta­le­ment ur­bain, de ré­no­ver 30 mil­lions de lo­ge­ments, de dé­ve­lop­per les tran­sports en com­mun ou en­core de re­lo­ca­li­ser la pro­duc­tion d’éner­gie.

Ce n’est que dans une France sobre en éner­gie que les re­nou­ve­lables pour­ront re­pré­sen­ter une source d’ap­pro­vi­sion­ne­ment im­por­tante. Dans ce do­maine, après avoir été en pointe grâce à l’hy­drau­lique, la France a pris un re­tard alar­mant. Les bonnes in­ten­tions du Gre­nelle en 2007 ont vite été ou­bliées. Et les ater­moie­ments sur l’éolien ou le pho­to­vol­taïque du pré­cé­dent gou­ver­ne­ment ont contri­bué à dé­pri­mer ces fi­lières nais­santes. Alors que d’autres pays, en taxant da­van­tage l’éner­gie et en in­ves­tis­sant dans les re­nou­ve­lables, ont une éco­no­mie moins éner­gi­vore que la nôtre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.