Edu­ca­tion : un in­ves­tis­se­ment qui stagne

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Sommaire - JUS­TIN DE­LÉ­PINE

Dé­penses de la mis­sion « En­sei­gne­ment sco­laire » du bud­get de l’Etat rap­por­tées au PIB, en %

Qu’il s’agisse de crois­sance, d’in­no­va­tion ou de vivre-en­semble, tous les dis­cours donnent une

place cen­trale à l’édu­ca­tion. Mal­gré ce­la les moyens al­loués à l’édu­ca­tion conti­nuent de stag­ner de­puis plu­sieurs an­nées. La part du mi­nis­tère de l’Edu­ca­tion na­tio­nale et de l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur dans le bud­get de l’Etat di­mi­nue même lé­gè­re­ment.

Plus glo­ba­le­ment, les dé­penses ne pro­gressent plus de­puis 2009, après trois dé­cen­nies d’aug­men­ta­tion ré­gu­lière. Le pri­maire fait ce­pen­dant ex­cep­tion : la dé­pense moyenne par élève du pre­mier de­gré est pas­sée de 5 750 eu­ros en 2009 à 6 190 eu­ros. Une évo­lu­tion co­hé­rente avec la prio­ri­té af­fi­chée par le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment.

Com­pa­rée aux autres pays de l’OCDE, la France est dans la moyenne. Elle dé­pense plus que l’Ita­lie, l’Al­le­magne ou le Ja­pon, mais moins que le Royau­meU­ni, les Pays- Bas ou en­core la Suède. Der­rière cette moyenne, la France se dis­tingue par un sou­sin­ves­tis­se­ment criant dans le pri­maire et un su­rin­ves­tis­se­ment dans le se­con­daire. Or, la plu­part des dif­fi­cul­tés sco­laires se jouent dès le plus jeune âge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.