Ces Fran­çais qui vivent seuls

De plus en plus de per­sonnes vivent seules, de fa­çon su­bie ou choi­sie. La vie en so­lo n’est pas né­ces­sai­re­ment sy­no­nyme de so­li­tude.

Alternatives Economiques - Hors-Série - - Sommaire - LOUIS MAU­RIN

Près de dix mil­lions de per­sonnes vivent seules en France, se­lon les don­nées 2014 de l’In­see. La part de per­sonnes seules dans l’en­semble de la po­pu­la­tion n’a ces­sé de croître de­puis les an­nées 1960. A l’époque, 6 % de la po­pu­la­tion était concer­née, contre 16 % au­jourd’hui. Pour les plus jeunes, la pé­riode entre le dé­part du do­mi­cile pa­ren­tal et la for­ma­tion d’un couple s’est al­lon­gée sous l’ef­fet no­tam­ment de la pro­lon­ga­tion des sco­la­ri­tés, mais aus­si des dif­fi­cul­tés d’in­ser­tion sur le mar­ché du tra­vail. Chez les adultes, le couple est de­ve­nu plus sou­vent choi­si et les sé­pa­ra­tions plus fré­quentes. En­fin, à un âge éle­vé, le vieillis­se­ment, as­so­cié à un écart de six ans d’es­pé­rance de vie entre femmes et hommes, a en­traî­né une aug­men­ta­tion de la part des femmes seules.

Cette évo­lu­tion est pour par­tie choi­sie, comme le fait de vivre seul avant de for­mer un couple ou de mettre fin à ce couple, et pour par­tie su­bie, pour ce­lui qui ne choi­sit pas de rompre ou dans le cas du décès d’un des deux conjoints, par exemple. La pro­gres­sion de la part de per­sonnes vi­vant seules à un mo­ment don­né ne si­gni­fie pas que la vie en so­lo soit un mode de vie de plus en plus re­cher­ché : la vie en couple de­meure le mo­dèle très do­mi­nant. A 35 ans, la part de per­sonnes n’ayant ja­mais vé­cu en couple (13 %) est la même pour la gé­né­ra­tion 1968-1977 que pour celle née vingt ans plus tôt.

La part de per­sonnes seules qui res­sentent un sen­ti­ment d’iso­le­ment est plus forte que dans la po­pu­la­tion to­tale, mais le lien entre les deux n’a rien de mé­ca­nique. On peut tout à fait vivre seul et avoir un ré­seau social très dé­ve­lop­pé ou au contraire vivre en couple ou en fa­mille et res­sen­tir une forme d’iso­le­ment, même en­tou­ré de proches. Les rai­sons qui ex­pliquent le sen­ti­ment de so­li­tude sont nom­breuses : elles vont de l’ab­sence d’écoute à une rup­ture ou un éloi­gne­ment des per­sonnes proches.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.