Edi­to­rial

Si l’on parle des anges, beau­coup, c’est peut-être parce que Dieu tend à dis­pa­raître de la vie des hommes...

Anges & Archanges - - Editorial -

C'est vrai, en par­tie, car nos fausses cer­ti­tudes à com­prendre le monde meurent de jour en jour... Mais il nous faut tout de même des mé­dia­teurs, des conso­la­teurs entre nous et ce monde que nous ne com­pre­nons pas. Alors, on a les anges ! Tout comme les spi­rites ont les âmes. Les anges ne sont pas de nou­velles bé­quilles pour sou­te­nir notre ab­sence face à la vie. Les anges apla­nissent le che­min dans notre ren­contre avec ce qu'il y a de plus mys­té­rieux dans le cos­mos, et qui dé­passe oh com­bien ! l'hu­main et sa pré­ten­tion bien com­pré­hen­sible et com­bien in­fan­tile de tout do­mi­ner. Cer­tains l'ap­pel­le­ront Dieu. Et Dieu, c'est, avant tout, ce qui nous choque, nous se­coue les tripes ce qui nous oblige à sor­tir de notre confort et de nos ha­bi­tudes, ce­lui qui nous pousse dans la rue. Ce­lui qui souffre sous nos yeux, crie, crie en­core, et crie tou­jours... Ce­lui qui nous oblige à sor­tir de ce que nous nom­mons "nous"... Car ce monde "spi­ri­tuel" au­quel de nom­breuses per­sonnes as­pirent, c'est l'Autre, le monde qui nous en­toure, nous en­vi­ronne, nous en­ve­loppe, nous em­pri­sonne, nous pé­nètre, nous ré­vèle par­fois à nous-mêmes...Dieu, c'est le monde dans son éter­nel ap­pel à l'amour... Ce n'est pas seule­ment un père glo­rieux qui nous at­tend après notre mort. C'est ce­lui qui souffre et crie à nos cô­tés, et au coeur même de nos chairs. Les anges sont nos frères, nos mi­roirs...

Comments

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.