La Charte d’athènes

Apollo Magazine - - Architecture -

En 1933 se tient à Athènes le 4e Congrès in­ter­na­tio­nal d’ar­chi­tec­ture mo­derne (CIAM) sur le thème de la « ville fonc­tion­nelle ». L’ob­jec­tif était de re­pen­ser l’ur­ba­nisme. En 1941, Le Cor­bu­sier re­prend ses notes, et écrit La Charte d’athènes. Le texte est pu­blié deux ans plus tard, si­gné Ciam­france. L’ar­chi­tecte, bé­né­fi­ciant dé­jà d’une re­nom­mée in­ter­na­tio­nale, ne sou­haite pas que son nom ait une in­fluence sur l’avis des lec­teurs. Le re­cueil fait alors le buzz dans la pro­fes­sion. Ce n’est qu’en 1957 que Le Cor­bu­sier re­con­naît qu’il en est l’au­teur.

Dans La Charte d’athènes, Le Cor­bu­sier énonce sa ma­nière de pen­ser l’ur­ba­nisme, en 95 points, « le so­leil, la ver­dure, l’es­pace sont les trois pre­miers ma­té­riaux de l’ur­ba­nisme ».

Pour Le Cor­bu­sier, il existe quatre fonc­tions clés de l’ur­ba­nisme : ha­bi­ter, tra­vailler, re­créer et cir­cu­ler. Elles sont in­ter­dé­pen­dantes mais ne doivent pas in­ter­fé­rer.

Il sou­haite aug­men­ter la hau­teur des bâ­ti­ments, pour ha­bi­ter de ma­nière ver­ti­cale, et ain­si li­bé­rer des es­paces verts. Ses uni­tés d’ha­bi­ta­tion, pen­sées pour l’homme dans leurs moindres dé­tails, doivent aus­si bé­né­fi­cier d’un en­so­leille­ment maxi­mum.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.