Ro­ma­no Ric­ci, un par­fu­meur ins­pi­ré

Apollo Magazine - - New Faces -

PAS­SION­NÉ D’ASTRONOMIE, RO­MA­NO RIC­CI DÉ­VOILE AVEC IN­TO THE VOID SON Cô­té LU­NAIRE. JU­LIETTE HAS A GUN A DIX ANS, UN JO­LI MIL­LÉ­SIME... In­to The Void, qu’est-ce en syn­thèse ?

Je me suis ins­pi­ré de l’as­tro­phy­sique, une pas­sion que j’ai de­puis long­temps. J’es­saie de com­prendre le monde dans le­quel on vit, notre place dans l’uni­vers, comment tout a été créé… Je suis donc par­ti du mystère du trou noir, de son pou­voir gra­vi­ta­tion­nel dé­vas­ta­teur. L’idée, c’est le pou­voir d’at­trac­tion. Quelles sont les notes qui com­posent ce par­fum ?

C’est un jus as­sez sombre, un cock­tail ul­tra boi­sé. L’in­fu­sion de ré­glisse et la fève ton­ka viennent illu­mi­ner le tout. C’est une fra­grance uni­sexe et puis­sante. Quelles sont les dif­fé­rentes étapes de l’éla­bo­ra­tion d’un par­fum ? Je suis très im­pli­qué au ni­veau de la for­mu­la­tion. Je suis dé­sor­mais qua­si­ment au­to­nome et je tra­vaille en gé­né­ral avec une soixan­taine de ma­tières qui gran­dissent et que je twiste. Je suis com­plé­te­ment au­to­di­dacte, ce qui me per­met d’avoir une li­ber­té au ni­veau de la créa­tion, pro­ba­ble­ment aus­si quelques ir­ré­vé­rences sur les pré­ceptes de base de la par­fu­me­rie. Jus­te­ment, comment choi­sis­sez-vous vos in­gré­dients ?

Je vais jus­qu’au bout d’une ob­ses­sion et puis une fois que j’ai fait ce que j’avais en­vie, je peux pas­ser à autre chose. Mes ma­tières de pré­di­lec­tion évo­luent avec le temps. Au dé­part, j’ai­mais tout ce qui était chy­pré, ani­mal, puis j’ai eu une pé­riode très mus­quée et trans­pa­rente avec Not a Per­fume no­tam­ment. Der­niè­re­ment, je suis un peu plus sur les fleurs blanches, la fleur d’oran­ger, les tu­bé­reuses… En même temps qu’in­to The Void, vous dé­voi­lez un autre par­fum, dites-nous en plus...

MMMM… est un gé­mis­se­ment, une ono­ma­to­pée, un re­flex de plai­sir. Le par­fum est gour­mand même si ce n’est pas du tout mon do­maine de pré­di­lec­tion. Je vou­lais tra­vailler sur la pâte à mo­de­ler et le cha­mal­low, mais de ma­nière élé­gante et pas trop frui­tée. Cette fra­grance a donc un co­té ré­gres­sif même si le bois de san­tal et le pat­chou­li l’équi­librent. Comment voyez-vous « Ju­liette » évo­luer ?

Je l’ai tou­jours vue plus mûre que ce que les gens pensent. Je l’ac­com­pagne donc dans ce sens là. Je la fais évo­luer en même temps que moi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.