Un ex­ten­sion du lac

Entre 0° et 35°, le lac équi­libre les va­ria­tions de tem­pé­ra­ture

Architecture Durable - - Sommaire - Fé­lix Mo­li­tor Pho­tos : Die­go El­gue­ta

Le dan­ger prin­ci­pal de l’en­droit se si­tue dans les va­ria­tions des tem­pé­ra­tures : Pen­dant l’hi­ver, la tem­pé­ra­ture la plus froide est de 0° et pen­dant l’été, le ther­mo­mètre peut mon­ter jus­qu’à 35°. Le lac équi­libre les va­ria­tions de tem­pé­ra­ture. L’ob­jec­tif de la concep­tion de la mai­son de 138 m2 était donc de sa­voir comment ré­pondre à cette si­tua­tion. Le ter­rain est consi­dé­ré comme une « ex­ten­sion du lac » en rai­son de sa proxi­mi­té et de la faible dif­fé­rence de ni­veau. Pour cette rai­son, la ré­ponse ar­chi­tec­tu­rale a conduit à la no­tion de dock, qui se trouve sur l’eau trans­ver­sa­le­ment mais uni­que­ment aux points né­ces­saires. Cette idée simple de po­ser sub­ti­le­ment et d’al­ler re­cher­cher le lac comme ré­fé­rent gé­nère la stra­té­gie du pro­jet.

L’idée de PAR Ar­qui­tec­tos, San­tia­go (Chi­li), ré­side en la ren­contre per­pen­di­cu­laire de deux vo­lumes : une lon­gueur lon­gi­tu­di­nale au lac qui pro­fite de la lar­geur maxi­male, com­po­sée par les mo­dules des en­ceintes pri­vées, et une autre trans­ver­sale, qui part à l’ex­ten­sion, comme un hangar de 3,10 mètres de hau­teur de pla­fond. Les es­paces pu­blics sont consti­tués par la buan­de­rie, le sa­lon, la cui­sine, la salle à man­ger et une ter­rasse avec bar­be­cue. Al­va­ro Cortes Li­ra, ar­chi­tecte : « Nous avons pro­po­sé une confi­gu­ra­tion de sque­lette struc­tu­rel ex­po­sé et mo­du­lé se­lon les di­men­sions du bois trou­vé dans le com­merce, du pin im­pré­gné en l’es­pèce. Grâce à di­verses pos­si­bi­li­tés et com­bi­nai­sons d’en­ceintes, la struc­ture per­met de mettre en place de nou­velles uni­tés de pro­gramme in­té­rieures et ex­té­rieures, gé­né­rant ain­si une com­po­si­tion uni­taire de so­lides et de vides dans ce cadre.

Le croi­se­ment et la réunion du sys­tème po­teaux-poutres est uti­li­sé comme l’ou­til prin­ci­pal pour l’ex­pres­sion et l’image du pro­jet, qui est tra­vaillé à tra­vers le dé­tail des as­sem­blages don­nant une image de trame dé­com­po­sée où la struc­ture est dé­ta­chée de la peau des vo­lumes. La lu­carne de l’axe lon­gi­tu­di­nal ap­pa­raît comme un élé­ment ma­ni­feste qui, d’une part, donne une au­ra de lu­mière na­tu­relle à l’ex­ten­sion du cou­loir et, d’autre part, tra­verse l’es­pace de la nef cen­trale comme un fais­ceau qui montre le pas­sage à ni­veau et le che­vau­che­ment des dif­fé­rentes hau­teurs. L’uti­li­sa­tion du bois comme ma­té­riau unique a été fa­vo­ri­sée à la fois pour l’éco­no­mie et pour la fa­ci­li­té de ma­ni­pu­la­tion par la main-d’oeuvre lo­cale. La struc­ture et les vo­lets sont en pin im­pré­gné, le re­vê­te­ment extérieur est un pan­neau de bois trai­té avec un ver­nis étanche. Les plan­chers sont vi­tri­fiés avec un vi­tri­fi­ca­teur in­co­lore et pour la ter­rasse, nous avons uti­li­sé du pin im­pré­gné. Au pla­fond, un pan­neau de contre­pla­qué laisse les poutres ap­pa­rentes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.