4 lec­teurs testent 3 ca­ra­bines li­néaires

Brow­ning Ma­ral, Blaser R8, Mer­kel RX-He­lix : le match

Armes de Chasse - - Sommaire - Texte et pho­tos Do­mi­nique Czer­mann

Ma­ral, R8, RX-He­lix : le match

Quatre lec­teurs ont ré­pon­du à notre in­vi­ta­tion pour tes­ter et com­pa­rer à la Blaser R8 les deux der­nières-nées de la fa­mille des ca­ra­bines li­néaires : les Mer­kel RX-He­lix et Brow­ning Ma­ral. Voi­ci leurs im­pres­sions.

Même si le ver­rouillage li­néaire des armes rayées est vieux de plus d’un siècle – son­gez à la Mann­li­cher 1895 –, c’est Blaser qui, en 1993, lui re­don­na un coup de jeune. De­puis cette date, la marque règne qua­si­ment sans par­tage sur ce sec­teur en vogue, de­ve­nu une ca­té­go­rie de ca­ra­bines à part en­tière. Blaser dut dans un pre­mier temps faire face à l’ar­ri­vée de la Mau­ser 96 (rem­pla­cée de­puis par la Roess­ler Titan 16) et de la Heym SR30 (tou­jours fa­bri- quée), deux ca­ra­bines aux­quelles nous l’avions com­pa­rée dans Connais­sance de la Chasse, puis de la Brow­ning Ace­ra, dis­pa­rue au­jourd’hui. Le mo­ment nous sem­blait ve­nu de ré­ité­rer un tel com­pa­ra­tif en confron­tant la nouvelle Blaser, la R8, à ses deux nou­velles concur­rentes à le­vier et ré­ar­me­ment li­néaire nées res­pec­ti­ve­ment en 2011 et 2013, les Mer­kel RX- He­lix et Brow­ning Ma­ral. Pour ce match, nous avons sou­hai­té faire par­ti­ci­per quatre d’en- tre vous, quatre lec­teurs d’Armes de Chasse, re­cru­tés dans la ré­gion de Mar­seille, à proxi­mi­té du stand qui al­lait ac­cueillir nos es­sais.

La ren­contre s’or­ga­nise

Le test va se dé­rou­ler sur deux ma­ti­nées. Sont mis à notre dis­po­si­tion l’ins­tal­la­tion de san­glier cou­rant et le pas de tir sur cibles fixes de Tir Club Cio­ta­den (La Cio­tat). Ni­co­las

Bon­niel, gé­rant de l’ar­mu­re­rie Ga­ti­mel à Mar­seille, as­sure la lo­gis­tique en cibles, mu­ni­tions et vi­seurs. Il ne mé­na­ge­ra pas son temps et n’hé­si­te­ra pas à jon­gler entre sa cas­quette d’or­ga­ni­sa­teur et celle d’ex­pert du mar­ché des armes de chasse, nous fai­sant pro­fi­ter de sa vision pro­fes­sion­nelle des pro­duits, as­sise de sur­croît sur l’ex­pé­rience d’un chas­seur et ti­reur d’ex­cellent ni­veau. Ses im­pres­sions com­plè­te­ront op­por­tu­né­ment celles de notre ju­ry de lec­teurs. Nous re­te­nons pour la vi­sée trois points rouges du lea­der de cette tech­no­lo­gie, le sué­dois Aim­point : un Mi­cro H-1, un H-34 et un 9000 SC. Ce choix fut ar­rê­té en fonc­tion de deux cri­tères : d’une part, sim­pli­fi­ca­tion lo­gis­tique et éga­li­té des chances obligent, les trois ca­ra­bines de­vaient être équi­pées d’une op­tique équi­va­lente ; d’autre part, il nous fal­lait des vi­seurs bien adap­tés au tir de bat­tue, ayant fait la preuve de leur ef­fi­ca­ci­té dans cet art dif­fi­cile. Les armes sont ré­glées à une dis­tance de 100 m pour que le point d’im­pact se si­tue à 4 cm au-des­sus du point vi­sé. Des tirs de vé­ri­fi­ca­tion nous montrent que les trois ca­ra­bines groupent 5 balles dans moins de 6 cm à cette dis­tance, ce qui cor­res­pond à la zone cou­verte par le cercle des vi­seurs. La pré­ci­sion in­trin­sèque des armes ne pour­ra être re­mise en cause. Les mu­ni­tions re­te­nues sont des Geco en .30-06 et des Re­ming­ton en .308 Win­ches­ter. Les cibles sont celles

em­ployées par la Si­dam pour l’Open de France de san­glier cou­rant, dont la fi­nale vient de se dé­rou­ler à Cham­bord mi-juin. Elles re­pré­sentent un san­glier de moins de 30 kg. Le tir s’ef­fec­tue entre 27 et 30 m. Les trois armes sont ju­gées plu­tôt jo­lies par nos lec­teurs, avec un in­té­rêt par­ti­cu­lier pour la ver­sion Clas­sic Spor­ter de la R8, qui étonne et séduit. Le clas­sique ne faillit dé­ci­dé­ment pas à sa mis­sion, il reste in­dé­mo­dable. Ce­la étant, il convient de ne pas sur­éva­luer le cri­tère es­thé­tique. C’est un re­gistre sub­jec­tif par na­ture, et nous sa­vions en outre que la Mer­kel RX-He­lix dans sa ver­sion crosse « plas­tique » se­rait pé­na­li­sée d’en­trée de jeu. Avant le tir, les tes­teurs se prêtent à quelques ma­ni­pu­la­tions à vide, his­toire d’ap­pré­cier la prise en main et la ma­nia­bi­li­té des armes. Ma­ral et R8 ob­tiennent cha­cune deux voix pour la pre­mière place, et les quatre ti­reurs classent se­conde la RX-He­lix. Mais at­ten­tion, ici aus­si, ne don­nons pas à ces ju­ge­ments une im­por­tance ex­ces­sive, la mor­pho­lo­gie et les ha­bi­tudes de cha­cun in­tro­duisent for­cé­ment une part de sub­jec­ti­vi­té. « La Ma­ral me sur­prend agréa­ble­ment, même si je la trouve un peu lourde vers l’avant, constate Phi - lippe. Sa poi­gnée per­met une bonne te­nue. La Blaser me plaît par sa lon­gueur ré­duite, c’est la plus ma­niable. Je chasse dans le “sale”, j’aime les armes courtes. La Mer­kel est un bon com­pro­mis, je pense qu’avec un ca­non plus court, c’est celle qui me convien­drait le mieux. » Thi­baut, qui découvre les trois ca­ra­bines pour la pre­mière fois, ap­pré­cie par­ti­cu­liè­re­ment la Ma­ral : « Elle monte bien, la poi­gnée per­met un bon contrôle, la ca­ra­bine semble lé­gère, on l’a bien en main. Dif­fi­cile de dé­par­ta­ger Mer­kel et Blaser, je les mets à éga­li­té. » Do­mi­nique, qui est gau­cher et uti­lise une Bar en bat­tue, est en terrain connu avec la Ma­ral : « Hor­mis son le­vier d’ar­me­ment si­tué du mau­vais cô­té me con­cer­nant, elle me rap­pelle ma Brow­ning. Je me sens chez moi. Bien que j’uti­lise une Blaser pour l’ap­proche, la R8 en droi­tier et la RX-He­lix me semblent dif­fi­ciles à dé­par­ta­ger. Je trouve un petit plus à la RX dans cette confi­gu­ra­tion, plus lé­gère mal­gré la bre­telle et le H-34. »

Es­thé­tique et prise en main

Mon­tée à l’épaule

L’éva­lua­tion de la mon­tée à l’épaule re­cueille le même clas­se­ment que ce­lui de la prise en main. Là en­core, la Mer­kel est pla­cée en se­conde po­si­tion par tous tan­dis que Blaser et Brow­ning se par­tagent la pre­mière place à éga­li­té des voix. Ce que l’on re­tient sur­tout con­cer­nant ces deux concur­rentes est la dif­fi­cul­té des tes­teurs à les dé­par­ta­ger. « La R8 Clas­sic Spor­ter me convient par­fai­te­ment, constate Pierre. On la di­rait mise à confor­ma­tion pour moi. Il est vrai que j’aime les crosses clas­siques. La Mer­kel est pas mal non plus et la Ma­ral me sur­prend agréa­ble­ment. Ces deux-là sont dif­fi­ciles à dé­par­ta­ger. » « Pour le gau­cher que je suis, conti­nue Do­mi­nique, la crosse droite de la Mer­kel est plus pra­tique que celles à joue de la R8 ou de la Ma­ral. L’He­lix monte bien et reste vive mal­gré la bre­telle que je n’ai pas ôtée, je la pla­ce­rais en pre­mière place dans cette confi­gu­ra­tion. »

Les char­geurs

amo­vibles

Les char­geurs amo­vibles sé­duisent de nom­breux ama­teurs de bat­tue qui rêvent de « puis­sance de feu et de re­char­ge­ment ra­pide ». Sur ce cri­tère, c’est la Ma­ral qui l’em­porte avec trois suf­frages, seul Pierre lui pré­fère la R8. Un clas­se­ment lo­gique, les char­geurs de nos trois ca­ra­bines sont à simple co­lonne pour la Mer­kel et à double pile im­bri­quée pour la Blaser et la Brow­ning. « Les char­geurs à double co­lonne sont plus fa­ciles à ôter, gar­nir et re­pla­cer, confirme Do­mi­nique. Ce­lui de la Ma­ral existe en ver­sion à 9 coups contre 3, 4 ou 5 pour les deux autres armes – même si l’uti­li­té de cette grande ca­pa­ci­té est à confir­mer. Et puis sa plan­chette vert fluo ajoute un petit plus en termes de sé­cu­ri­té. Il est as­su­ré­ment le plus fa­cile à ap­pro­vi­sion­ner. Une fois ôté de l’arme, on le tient bien, il se charge fa­ci­le­ment, même avec des gants. Et si on le perd, ça fe­ra moins mal au por­te­feuille que ce­lui de la R8. » « Le char­geur simple co­lonne de la Mer­kel He­lix est désa­van­ta­gé, ren­ché­rit Phi­lippe. Son gar­nis­sage de­mande plus d’at­ten­tion. Le pré­ten­du avan­tage de la pré­sen­ta­tion de la

car­touche en po­si­tion cen­trale ? C’est du vent ! Le seul avan­tage est un boî­tier plus étroit. Ce­la dit, si faire fonc­tion­ner ces char­geurs de fa­çon fiable avec cinq car­touches ou plus est tou­jours dé­li­cat, re­con­nais­sons que ce­lui de la RX-He­lix as­sure bien son ser­vice. » Si le char­geur de la R8, in­clus dans son bloc dé­tente, laisse nos tes­teurs un peu du­bi­ta­tifs, Phi­lippe, qui n’est pour­tant pas adepte du plas­tique pour les char­geurs, note qu’une fois ôté ce­lui-ci s’avère « super fa­cile à gar­nir. J’aime bien la fa­çon dont les car­touches se pré­sentent, un peu comme sur un sys­tème Mann­li­cher. Mais les lèvres souples en plas­tique tien­nen­telles dans le temps ? » Oui, les quatre ans de re­cul de­puis le lan­ce­ment de l’arme en at­testent, au­cune panne n’a été diag­nos­ti­quée. Pour Thi­baut, prag­ma­tique, « mieux vaut ne pas ou­blier le char­geur de la R8 chez soi ou le faire tom­ber dans la boue, si­non on n’a même pas une ca­ra­bine à un coup ! » Pierre ap­pré­cie en re­vanche le cô­té mise en sé­cu­ri­té de la ca­ra­bine quand le char­geur est ôté. « C’est bien pour le sto­ckage et le trans­port. La ca­ra­bine est in­opé­rante si on re­tire le char­geur. Bien sûr, il faut juste pen­ser à l’em­por­ter quand on part chas­ser, mais j’aime bien le sys­tème. »

Ar­meur

Les quatre hommes prennent connais­sance des prin­cipes de l’ar­me­ment-désar­me­ment sé­pa­ré et testent les dé­tentes à sec, ce qui nous per­met de re­le­ver leurs im­pres­sions avant-tir. Im­pres­sions que nous ver­rons en par­tie évo­luer avec le pas­sage en cible. « L’ar­meur de la Ma­ral est éton­nant de fa­ci­li­té, de sou­plesse, à l’ar­me­ment comme au désar­me­ment, je n’en re­viens pas » , lance Thi­baut. Un en­thou­siasme que Pierre s’em­presse de mo­dé­rer : « Un peu trop peut-être, je pré­fère le sys­tème de la R8, mais c’est vrai que je suis un peu de par­ti pris. » Phi­lippe vote pour l’ar­meur de l’He­lix : « Il convient mieux à ma main, à ma fa­çon de te­nir l’arme. Si le bou­ton du désar­me­ment était moins dur, ce se­rait le top du top ! » Do­mi­nique, ha­bi­tué à l’ar­meur des R93 et R8 est en terrain connu : « Je les trouve tous bons, fa­ciles à em­ployer, il suf­fit de s’y ha­bi­tuer. »

Dé­tente, vi­sée fixe et dé­mon­tage

A la fa­mi­lia­ri­té ma­ni­fes­tée par nos ti­reurs à l’égard des ar­meurs suc­cède la sur­prise au mo­ment de dé­cou­vrir la dé­tente. « Ex­tra, on di­rait presque celle de ma Dor­léac ! s’ex­clame Thi­baut en ma­ni­pu­lant la dé­tente de la R8 Clas­sic Spor­ter. Lé­gère, sans course ni grat­tage, une dé­tente de ca­ra­bine de tir ! » Phi­lippe, Do­mi­nique et Pierre sont éga­le­ment conquis : « Re­dou­table, la meilleure. » Nous rap­pe­lons alors à notre ju­ry que les armes sont tes­tées dans une op­tique bat­tue et non tir sur cible ou longue dis­tance. Un temps de si­lence, puis les quatre hommes nuancent leurs com­men­taires : « Pour la bat­tue, c’est en ef­fet une autre his­toire. C’est trop lé­ger, sur­tout l’hiver avec la main gan­tée ou les doigts gourds. Et il s’agit de ne pas ac­cro­cher un bran­chage ou une pièce d’équi­pe­ment ! » « Je rap­pelle qu’on en­clenche l’ar­meur à la mon­tée à l’épaule, en­fin en théo­rie », nuance Thi­baut avec un sou­rire. « Avec 250 g en plus et le même fee­ling, cette dé­tente se­rait par­faite, conclut Phi­lippe. Je tire beau­coup, j’ai l’ha­bi­tude des dé­parts lé­gers, mais il y a une li­mite de sé­cu­ri­té à ne pas fran­chir, a for­tio­ri quand on sait com­bien sont peu nom­breux les chas­seurs à prendre le temps né­ces­saire pour dé­cou­vrir leur ca­ra­bine. » Une fois les dé­tentes de nos ca­ra­bines ré­exa­mi­nées en fonc­tion des condi­tions de bat­tue, le ju­ry place fi­na­le­ment la Mer­kel en tête, la Ma­ral sur ses ta­lons. En termes de vi­sée fixe et de dé­mon­tage, tous les suf­frages sont don­nés à l’He­lix, à l’ex­cep­tion de ce­lui de Pierre qui pré­fère la bande de bat­tue de la Ma­ral.

Trois armes face aux cibles

Il est temps de pas­ser à la par­tie ac­tive de ce test. Nos es­sayeurs étant tous de bons ti­reurs s’en­traî­nant ré­gu­liè­re­ment, nous lais­sons de cô­té le tir sur cibles fixes pour pas­ser di­rec­te­ment au san­glier cou­rant, avec la Blaser R8. Pierre ouvre le bal : « Je suis sur­pris par la ra­pi­di­té du ré­ar­me­ment, ça va moins vite que mon Ar­go mais, sans avoir ja­mais chas­sé avec une Blaser, je place deux coups sur un pas­sage. Je suis ha­bi­tué à la lu­nette, mais le point rouge me sur­prend agréa­ble­ment. » Phi­lippe prend le re­lais : « Je tire moins vite qu’avec mes Mar­lin ou ma SLB, mais le sys­tème est ef­fi­cace. Comme j’aime les armes courtes, la R8 a un petit avan­tage sur ce plan par rap­port aux deux autres. » Thi­baut, to­ta­le­ment no­vice en li - néaire et point rouge mais fa­mi­lier des dé­tentes ul­tra­lé­gères, réa­lise d’ex­cel­lents grou­pe­ments : « Je suis éton­né, je tire mieux qu’avec ma Ru­ger à la­quelle je suis pour­tant très ha­bi­tué, je double fa­ci­le­ment. La dé­tente me convient bien fi­na­le­ment. L’en­semble arme-vi­seur est ef­fi­cace, je suis agréa­ble­ment sur­pris. » Pas d’éton­ne­ment en re­vanche du cô­té de Do­mi­nique, ha­bi­tué de la R8 : « Bien que ma Blaser ne me serve pas trop en bat­tue, je connais cette arme. Pour un gau­cher, ti­rer avec une arme de droi­tier an­nule la ra­pi­di­té du sys­tème li­néaire, mais la tâche n’est pas im­pos­sible. » C’est au tour de la Mer­kel RX-He­lix d’en­trer en lice. Phi­lippe se lance le pre­mier : « La course de la cu­lasse est très courte, le mou­ve­ment par-

fai­te­ment rec­ti­ligne, j’aime bien. La dé­tente est idéale pour ce type de tir. La cu­lasse conte­nue dans le boî­tier me plaît beau­coup, ce­la me rap­pelle ma se­mi-au­to­ma­tique. Je tire plus vite qu’avec la R8, je suis plus dé­con­trac­té. Avec un ca­non sans vi­sée fixe, cette ca­ra­bine m’irait par­fai­te­ment. Bon, de toute fa­çon, là où je chasse, on n’ar­rive par­fois pas à dou­bler avec une se­mi-au­to ou un ex­press… Pour moi, la ra­pi­di­té, c’est le pre­mier coup bien pla­cé. » « Cette Mer­kel me sur­prend, ren­ché­rit Pierre. La dé­tente me semble bien adap­tée pour la bat­tue, elle pa­raît meilleure en ac­tion qu’en tir à sec. La course de ré­ar­me­ment est très cour te. Plu­tôt adepte de Blaser, j’ap­pré­cie ce­pen­dant le boî­tier fer­mé. La cu­lasse ne per­turbe pas la prise de vi­sée quand on double vite. Eton­nant. » « J’ap­pré­cie la cu­lasse conte­nue dans le boî­tier, confirme Thi­baut. Le ré­ar­me­ment est très ra­pide, c’est la plus courte des ac­tions li­néaires. La dé­tente est bonne, pré­cise. In­té­res­sant. » Do­mi­nique conclut l’es­sai : « Si elle exis­tait en gau­cher in­té­gral, je pour­rais l’ache­ter pour la bat­tue. Mais en ver­sion droi­tière, ces armes perdent leur avan­tage de ra­pi­di­té pour un gau­cher. A moins de brû­ler de la car­touche et de s’en­traî­ner dur. » Thi­baut teste le pre­mier la Ma­ral. Il en a en­ten­du par­ler et veut jau­ger sa ra­pi­di­té. Il en­chaîne trois pas­sages de quatre car­touches pour se faire une idée. Ver­dict : « Elle est sur­pre­nante, son le­vier d’ar­me­ment est moche, un peu souple, mais ça fonc­tionne bien. Je ne la trouve pas plus ra­pide que la Mer­kel ou la Blaser mal­gré le ren­voi au­to­ma­tique de la cu­lasse, car la course est longue. J’aime bien le boî­tier fer­mé, la cu­las- se ne gêne pas ma vi­sée. J’ar­rive à ti­rer plus ra­pi­de­ment qu’avec ma Ru­ger et son ver­rou clas­sique, je groupe bien. Je ne sais pas si ce­la est dû à l’arme ou au point rouge. Les deux, cer­tai­ne­ment, comme pour l’He­lix et la Blaser d’ailleurs. »

Fin du test et ou­ver­ture du ju­ry

Pierre exé­cute deux pas­sages, nous l’in­ci­tons à dou­bler tous ses tirs. « Pas mal du tout, ra­pide, pas plus que les autres ou que mon Ar­go, mais confor­table, pré­cise, agréable à l’épau le, lance- t- il avec en­thou­si - asme. Par contre le le­vier est moche et un peu mou, même si on le ma­noeuvre ai­sé­ment. Brow­ning pour­rait amé­lio­rer cet as­pect. » Phi­lippe en­chaîne les pas­sages, ar­mant à la mon­tée : « Je suis sur­pris. Même si je tire plus vite avec mes ca­ra­bines à le­vier de sous-garde, cet hy­bride per­met de dou­bler ra­pi­de­ment. J’ai même pu tri­pler deux fois. Le ca­libre très doux aide cer­tai­ne­ment. En .300 Win­ches­ter ma­gnum, ça doit être une autre chan­son, ma .444 sur­vi­ta­mi­née au­rait sû­re­ment le des­sus. Comme pour l’He­lix, j’aime bien la cu­lasse conte­nue dans le boî­tier. Et comme pour la Mer­kel, un ca­non sans or­ganes de vi­sée me convien­drait par­fai­te­ment. » Nous pro­fi­tons de la pré­sence d’autres chas­seurs, dont un gau­cher, qui s’en­traînent ce jour-là, pour ou­vrir les rangs de notre ju­ry. La plu­part

d’entre eux ne connaissent pas les armes. Tous sont agréa­ble­ment sur­pris par leur sim­pli­ci­té gé­né­rale de fonc­tion­ne­ment et leur ra­pi­di­té de tir, su­pé­rieure à un ver­rou clas­sique. Les pré­fé­rences se par­tagent entre les trois concur­rentes. Nos in­ter­lo­cu­teurs ajoutent un cri­tère sup­plé­men­taire aux nôtres, ce­lui du prix. Ce qui, si l’on fait abs­trac­tion du be­soin de mo­du­la­ri­té et qu’on se li­mite à une seule mu­ni­tion, place la Ma­ral en tête des suf­frages. Ce test n’avait tou­te­fois pas pour but de dé­ter­mi­ner un vain­queur. Trop de don­nées sont sub­jec­tives, dé­pendent des ha­bi­tudes du chas­seur, de son ex­pé­rience, de ses goûts es­thé­tiques, de son pou­voir d’achat. Que les ca­ra­bines tes­tées n’aient pas for­cé­ment été vues comme une pa­na­cée pour la bat­tue est sans nul doute le trait le plus sur­pre­nant des ap­pré­cia­tions des ti­reurs. Par­mi eux, beau­coup ont dit pré­fé­rer pour la bat­tue leur arme à celles tes­tées, même s’ils re­con­nais­saient à ces der­nières des qua­li­tés à part en­tière. Peut-être au­rait-il fal­lu choi­sir des chas­seurs en quête d’une arme à ver­rouillage li­néaire, ou bien évo­luant dans des ter­ri­toires plus ou­verts où il est plus simple de dou­bler son gi­bier. Reste que nos quatre lec­teurs ont pris plai­sir à dé­cou­vrir et à tes­ter ces ca­ra­bines. Leur re gard, neuf, spon­ta­né, pra­tique, ap­porte un éclai­rage in­édit sur ces mo­dèles à ver­rouillage li­néaire au mo­ment où, par­mi vous, bon nombre s’in­ter­rogent sur l’in­té­rêt d’un tel in­ves­tis­se­ment.

Nos quatre tes­teurs po­sant avec les armes de ce match.

La Brow­ning Ma­ral : long le­vier d’ar­me­ment cou­dé, boî­tier de cu­lasse fer­mé et bois fa­çon Bar Ze­nith Wood.

La Mer­kel RX-He­lix : le­vier d’ar­me­ment fin et à course ré­duite, rail Pi­ca­tin­ny

et boî­tier de cu­lasse fer­mé.

La Blaser R8, en ver­sion Clas­sic Spor­ter : le­vier d’ar­me­ment boule et cu­lasse mo­bile

coif­fant un boî­tier ou­vert.

Pour Phi­lippe, s’il de­vait y avoir achat, son choix

se por­te­rait sur une Mer­kel RX-He­lix puis une Brow­ning Ma­ral et en­fin une Blaser R8.

Les balles Geco qui, avec des car­touches Re­ming­ton, ont été ti­rées tout au long de

notre match.

Pour Pierre, la plus ten­tante

est la Blaser. En­suite, il a du mal à dé­par­ta­ger la Mer­kel et la Brow­ning.

Chaque arme a été tes­tée lon­gue­ment au san­glier cou­rant par nos quatre ti­reurs.

Thibault choi­si­rait la Ma­ral pour la bat­tue, mais ne se ré­sout pas à dé­par­ta­ger

la R8 et la RX-He­lix pour la deuxième

place.

Do­mi­nique, le gau­cher de notre ju­ry. Pos­ses­seur d’une R8 qu’il uti­lise à l’ap­proche,

il op­te­rait tou­te­fois pour une Ma­ral si une ver­sion gau­cher de­vait voir le jour.

Les ca­ra­bines de notre es­sai. Iné­vi­ta­ble­ment, la crosse plas­tique de la Mer­kel a un peu faus­sé les ap­pré­cia­tions.

Pour l’ar­mu­rier Ni­co­las Bon­niel, cher­cher à dé­par­ta­ger les trois armes

n’est pas per­ti­nent, elles obéissent à trois phi­lo­so­phies dif­fé­rentes.

Thibault at­ten­dait avec im­pa­tience de tes­ter la Ma­ral. Son ver­dict : « Fonc­tion­ne­ment par­fait et tirs ra­pides ! »

Phi­lippe a ap­pré­cié la course ré­duite de la cu­lasse de la Mer­kel ain­si que sa dé­tente.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.