Pointe plas­tique sur­di­men­sion­née

Armes de Chasse - - Des Lecteurs Courrier -

Dans votre nu­mé­ro 62, vous par­lez des balles avec pointe plas­tique plus large que la nor­male [p.114, NDLR]. Ef­fec­ti­ve­ment, la nou­velle Win­ches­ter Ex­treme Point fait par­tie de ces balles à pointe plus large. Mais le pré­cur­seur de ce type de balles n’est-il pas Lutz Möl­ler ? Je suis bien d’ac­cord quand vous dites que la pé­né­tra­tion doit être suf­fi­sante, mais pas sur la sor­tie obli­ga­toire. Je tire des Sier­ra HPBT 2140 de 168 grains en .300 WM et elles ne res­sortent ja­mais. A l’im­pact, c’est fou­droyant. Cerf, san­glier, che­vreuil, cha­mois, mou­flon ont fait les frais de cette balle que je tire de­puis dix ans. Par contre, la ve­nai­son aime moins, mais mieux vaut pré­le­ver pro­pre­ment sans souf­france ou le mi­ni­mum pour le gi­bier que de pré­ser­ver l’épaule.

LRe­né Maz­zier­li

a pointe plas­tique des balles mo­dernes est des­ti­née à plu­sieurs choses. Tout d’abord, pro­té­ger cette même pointe des dé­for­ma­tions in­hé­rentes au char­ge­ment et au dé­char­ge­ment comme peuvent en su­bir des pointes plomb avec au pas­sage la perte d’un peu de leur pré­ci­sion. En­suite, of­frir une coiffe aé­ro­dy­na­mique qui va per­mettre au pro­jec­tile d’avoir la tra­jec­toire la plus ten­due pos­sible. En­fin, as­su­rer une pré-ex­pan­sion au mo­ment de l’im­pact. Avec une pointe plas­tique d’un dia­mètre élar­gi, l’ex­pan­sion est par­ti­cu­liè­re­ment vio­lente puisque, une fois le plas­tique dis­pa­ru, la ca­vi­té de la balle est large et ne de­mande qu’à se dé­for­mer vers l’ex­té­rieur. De fait, les dé­gâts à la ve­nai­son sont par­fois im­por­tants et la balle ne res­sort pas tou­jours. Ce qui est re­gret­table, y com­pris pour la prise en compte de la souf­france du gi­bier, puis­qu’une balle qui tra­verse gé­nère une hé­mor­ra­gie fa­ci­li­tant la re­cherche au sang.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.