Quel ca­libre pour votre kip­plauf ?

Le bon me­nu pour votre ca­ra­bine bas­cu­lante mo­no-coup

Armes de Chasse - - Sommaire - Do­mi­nique Czer­mann

Le bon me­nu pour votre ca­ra­bine bas­cu­lante mo­no-coup

Pour qui en­vi­sage l’achat d’une kip­plauf, le choix du ca­libre doit être ré­flé­chi. Il faut dé­ter­mi­ner l’em­ploi en­vi­sa­gé, les gi­biers chas­sés, les bio­topes ren­con­trés et connaître ses propres li­mites en termes de ges­tion du re­cul. La mu­ni­tion se­ra adap­tée au poids de la ca­ra­bine, une arme trop lé­gère et un ca­libre sur­puis­sant fai­sant ra­re­ment bon mé­nage.

Le choix des ca­libres pour les armes bas­cu­lantes est consi­dé­rable, quelle que soit la na­tio­na­li­té du fa­bri­cant. Tou­te­fois, cer­tains types de mu­ni­tions sont plus adap­tés à ce type d’arme que d’autres. Voyons les­quels. Même si les kip­plaufs modernes em­ploient bon nombre de car­touches à gorge, pour d’évi­dentes rai­sons de fia­bi­li­té et de so­li­di­té de construc­tion du sys­tème d’ex­trac­tion ou d’éjec­tion, le chas­seur avi­sé se tour­ne­ra vers les car­touches à bour­re­let, à moins de vou­loir à tout prix uti­li­ser les avan­tages théo­riques d’une mu­ni­tion ma­gnum. Le bour­re­let, qui peut sem­bler dé­mo­dé, voire pas­séiste aux te­nants des short et ul­tra­ma­gnum ou autres mer­veilles ba­lis­ti­co-com­mer­ciales de ce siècle, per­met une ex­trac­tion ou une éjec­tion fiable dans toutes les condi­tions, sur­tout les pires. C’est bon à sa­voir, même si une kip­plauf n’est pas, en gé­né­ral, des­ti­née à la bat­tue ou à la chasse du grand gi­bier dan­ge­reux.

Sous la barre des 6 mm

La gamme de puis­sance des mu­ni­tions à bour­re­let pour ca­ra­bines bas­cu­lantes va du .22 Hor­net pour les re­nards, lièvres ou autres ra­gon­dins, voire grands té­tras, au 9,3 x74R, qui per­met de chasser pra­ti­que­ment tous les gi­biers hor­mis les pa­chy­dermes, en pas­sant par les va­leurs sûres que sont le 6,5 x 57 R et le 7 x 65 R ou le puis­sant et mo­derne .30 R Bla­ser ou l’anec­do­tique ca­libre suisse des chas­seurs du can­ton des Gri­sons, le 10,3x 60 R. Si votre por­te­feuille est as­sez épais, un ar­ti­san pour­ra tout aus­si bien réa­li­ser votre kip­plauf en .375 H& H voire .450-400N. L’amateur de che­vreuil à la pirsch peut très bien se conten­ter du 5,6 x 50R pour peu qu’il li­mite sa dis­tance de tir et se soit bien en­traî­né au préa­lable. Cette car­touche, un peu plus puis­sante que le .222 Re­ming­ton dont elle dé­rive, per­met aus­si le tir des grands oi­seaux bran­chés ( à la scan­di­nave), des re­nards et des nui­sibles. Sa balle de 4,1 g offre des per­for­mances ter­mi­nales plus qu’hon­nêtes lorsque bien cof­frée. Autre choix plus clas­sique pour votre ca­ra­bine ar­ti­sa­nale ou in­dus­trielle : le 5,6 x 52 R alias .22 HP Sa­vage. Cette car­touche dé­ve­lop­pée il y a plus de cent ans reste très ef­fi­cace sur le plus pe­tit de nos grands gi­biers. Sa balle de ca­libre .228 pe­sant 4,5 g (71 grains) dé­livre en­core 1000 joules à 170/180 m et une tra­jec­toire plu­tôt ten­due pour une an­cêtre. Mal­gré un choix de char­ge­ments li­mi­té (RWS, Nor­ma, Sel­lier & Bel­lot), on la trouve fa­ci­le­ment. Je l’ai uti­li­sée dans une an­cienne Br­no bas­cu­lante avec plai­sir et ef­fi­ca­ci­té. Comme le 5,6 x50R, on évi­te­ra de l’uti­li­ser sur le gi­bier de mon­tagne. Bla­ser, par exemple, offre ses K95 et K95 Stra­di­va­ri dans ces deux pe­tits ca­libres. Pour un usage plus po­ly­va­lent, on re­com­man­de­ra le 6x62R Frères, qui a le dé­faut d’être as­sez rare. No­tez qu’en Al­le­magne, Suède, Au­triche, au Da­ne­mark et dans d’autres pays en­core, les mu­ni­tions d’un ca­libre in­fé­rieur à 6,5 mm uti­li­sant des balles de moins de 9 g et dé­li­vrant moins de 2 000 J à 100 m sont in­ter­dites sauf pour le che­vreuil ou li­mi­tées à des gi­biers de moins de 805 kg (Au­triche).

La large fa­mille des 6,5 mm

Dans la fa­mille des 6,5 mm, je vou­drais… la grand-mère. La 6,5 x57R est tou­jours très ap­pré­ciée des chas­seurs al­le­mands et au­tri­chiens pour le tir du cha­mois. At­ten­tion tou­te­fois à ne pas tom­ber, avec elle ou sa soeur 7 x 57 R, dans le piège des ca­nons trop courts. Comme tous les « pe­tits ca­libres », la perte de vi­tesse entre un tube de 51 cm et un autre de 61 est consé­quente. Elle grève les per­for­mances ter­mi­nales et la tra­jec­toire pas­sé les deux cents mètres. Ceux qui re­chargent et l’em­ploient dans une ca­ra­bine mo­derne à ver­rou Jä­ger, Kers­ten ou Gree­ner pour­ront « grat­ter » deux ou trois di­zaines de mètres par se­conde en pous­sant les pres­sions au ni­veau de celles des 6,5 ou 7x57 à gorge. Je le fais sans pro­blèmes de­puis des an­nées avec la K1 stut­zen de ma fille, ce qui com­pense un peu la perte de vi­tesse due au tube de 51 cm. La trop rare 6,5x65R marche sur les ta­lons de la .270 Win­ches­ter avec un ex­cellent com­por­te­ment ba­lis­tique. Tou­jours dans la fa­mille des 6,5 mm, on re­tien­dra la nou­velle 6,5 x 52 R K& S pro­po­sée par Mer­kel dans sa K3 Ex­trem. Dé­ve­lop­pée à l’ori­gine comme une car­touche pour tubes ré­duc­teurs de mixtes et drillings, cette pe­tite mu­ni­tion, qui de­vrait res­ter anec­do­tique chez nous, est conçue pour of­frir une meilleure ef­fi­ca­ci­té ter­mi­nale que les ca­libres .22 lorsque la loi im­pose le sans-plomb, comme c’est le cas en Al­le­magne dans cer­tains Län­der. Sa pres­sion ré­duite (3250 bars) per­met de l’uti­li­ser dans les tubes ré­duc­teurs et les kip­plaufs lé­gères. Son éner­gie ré­si­duelle in­fé­rieure à 2000 J et ses balles de moins de 9 g la can­tonnent aux che­vreuils, re­nards, blai­reaux et aux oi­seaux dans toute l’Eu­rope du Nord. Elle est pré­sen­tée comme une nou­veau­té, mais il existe de­puis très long­temps aux Etats-Unis une car­touche équi­va­lente : la 6,5 mm Bull­ber­ry Imp cham­brée dans des mo­no­coups bas­cu­lantes de type Con­ten­der ou En­core. Elle donne d’ex­cel­lents ré­sul­tats sur les cerfs à queue blanche ou noire et autres an­ti­lopes pron­ghorn. Les pres­sions et per­for­mances sont très proches. Mal­gré des vi­tesses qui semblent ri­di­cules, les deux char­ge­ments K& S à balles Hor­na­dy SST de 8,4 g et Barnes TTSX de 6,48 g offrent une DRO de 172 à 177 m. Dans un tube ré­duc­teur, ce ca­libre est su­pé­rieur au 6 x 70 Krie­ghoff au­jourd’hui ou­blié. Si vous avez tout et que vous dé­si­rez autre chose pour-

quoi vous en pri­ver ? Pré­fé­rez tou­te­fois le char­ge­ment en SST, qui offre les meilleures per­for­mances et ga­ran­tit une ex­pan­sion plus ré­gu­lière.

Le 7x65R et les ca­libres de bat­tue

Le chas­seur qui veut tout chasser en Eu­rope avec sa kip­plauf se­ra tou­jours par­fai­te­ment ser­vi par le vieux 7 x 65 R Bren­neke. En­core plus per­for­mant qu’au­tre­fois grâce aux nou­velles balles (Evo Green, Eco Strike), il n’est pas loin, à ca­non d’égale lon­gueur, du 7 RM dans le monde réel, pour des tirs à moins de 350 m. J’ai pos­sé­dé deux kip­plaufs dans ce ca­libre, une K1 et une Za­nar­di­ni, et ti­ré du re­nard à l’élan en pas­sant par cer­vi­dés et san­gliers, son ef­fi­ca­ci­té est re­mar­quable. J’uti­li­sais, au gré de mes hu­meurs et des si­tua­tions de chasse, des Oryx de 11 g ou des Par­ti­tion de 160 grains (re­char­gées par mes soins), par­fois des Bal­lis­tic Tip. Trois coups sur cible, quelques clics et j’étais pa­ré. La K1 te­nait bon an mal an trois quarts de MOA sur trois coups. Ce­lui qui veut se don­ner une marge de ma­noeuvre plus im­por­tante trou­ve­ra chaus­sure à son pied avec le .30 R Bla­ser, que je consi­dère plus adap té aux kip­plaufs qu’aux ex - press. Proche de l’ho­no­rable .300 H& H Flan­ged Mag, dis­po­sant d’un choix suf­fi­sant de balles, de 8,8 g (Evo Green) jus­qu’à 13 g (KS), en pas­sant par les mo­no­mé­tal­liques ( CDC et Hit), il se­ra à l’aise par­tout, y com­pris sur les grandes an­ti­lopes d’Afrique, les ma­rals, wa­pi­tis, ain­si que les grands mou­flons et gi­biers de mon­tagne à la vi­ta­li­té dé­con­cer­tante. Pour l’avoir quel­que­fois uti­li­sé dans des Mer­kel K1/K3, j’ai pu en consta­ter la puis­sance et la pré­ci­sion. Bien que ce­la puisse étonner le pro­fane, il existe des mo­no-coups bas­cu­lantes cham­brées en 8 x 57 JRS et 9,3 x 74 R. Ce ne sont pas des choix ri­di­cules et ils peuvent se jus­ti­fier, sur­tout avec les nou­veaux char­ge­ments, en par­ti­cu­lier les RWS Evo Green et les nou­velles Eco Strike Nor­ma, qui leur ap­portent une al­longe consé­quente et une vul­né­ra­bi­li­té éton­nante. Ceux qui pos­sèdent une bonne ex­pé­rience du re­char­ge­ment pour­ront fa­ci­le­ment amé­lio­rer les per­for­mances de ces deux vieilles dames, avec des balles plus clas­siques, pour ar­ri­ver au ni­veau de la 8x57IS ou de la 9,3 x62 sans risque au­cun, à condi­tion d’uti­li­ser des ca­ra­bines modernes, Bla­ser, Mer­kel, Krie­ghoff, Heym ain­si que toutes les armes de ce type équi­pées du ver­rouillage Jä­ger.

Les mu­ni­tions à gorge

Après les car­touches à bour­re­let, c’est au tour de celles à gorge de pe­tit ca­libre de connaître un cer­tain suc­cès dans les kip­plaufs. On les re­trouve d’ailleurs très sou­vent en France entre les mains d’adeptes de la mon­tagne. Le .222 Re­ming­ton, le .243 Win­ches­ter, le .270 Win­ches­ter, ain­si que le .308 Win­ches­ter ont aus­si leurs dé­fen­seurs. Tout comme le .30-06 de­puis sa mise en li­ber­té. Tou­te­fois, mais c’est mon avis, ils n’ap­portent rien dans ces ca­ra­bines par rap­port aux 6,5 x57/65R et 7x65R. Le .270 Win­ches­ter no­tam­ment pos­sède son

lot de fi­dèles dans les armes bas­cu­lantes. Il est sans ( mau­vaise) sur­prise). De­puis 1925, date de son in­tro­duc­tion, il a presque tout tué et s’est taillé une ré­pu­ta­tion sans faille sur l’en­semble des gi­biers de mon­tagne. C’est une mu­ni­tion qui se­ra par­fai­te­ment adap­tée aux kip­plaufs les plus fines et les plus lé­gères et aux chas­seurs qui n’ap­pré­cient pas le re­cul. La balle de 130 grains à plus de 950 m/ s reste une va­leur sûre in­con­tes­table.

Nos choix ra­tion­nels

Tou­te­fois si, dans cer­tains char­ge­ments, le .270 Win­ches­ter pa­raît plus ten­du et ra­pide que le 7x65R et plus puis­sant que le 6,5 x 65 R, les dif­fé­rences sont mi­ni­males dans le monde réel. A ce pe­tit avan­tage ba­lis­tique théo­rique, je choi­sis tou­jours la fia­bi­li­té d’ex­trac­tion of­ferte par les mu­ni­tions à bour­re­let. J’ai vu plu­sieurs fois le pe­tit er­got d’ex­trac­tion de mo­no-coups cham­brées pour des car­touches à gorge se grip­per, voire cas­ser (en gé­né­ral suite à un en­tre­tien dou­teux). Etant un adepte convain­cu de la loi de Mur­phy, je pré­fère li­mi­ter les risques. Leur prin­ci­pal avan­tage est d’exis­ter dans des armes bas­cu­lantes peu oné­reuses, fiables et pré­cises – les Baï­kal ou des ca­ra­bines type Con­ten­der – et d’être moins coû­teuses à ti­rer en rai­son du choix im­por­tant de mu­ni­tions dis­po­nibles. Je lais­se­rai de cô­té les mu­ni­tions très spé­cia­li­sées qui peuvent être utilisées dans des ca­ra­bines mo­no-coups, ceux qui les choi­sissent sont en gé­né­ral plus ex­pé­ri­men­tés que moi dans ce do­maine. Mais je si­gna­le­rai tou­te­fois deux choix ex­cel­lents pour ce­lui qui veut tra­quer avec une arme de ce type. Dif­fi­ciles à trou­ver au­jourd’hui, j’ai pu consta­ter que les bas­cu­lantes Har­ring­ton & Ri­chard­son en .35 Whe­len et .45-70 sont par­fai­te­ment adap­tées à la traque et au tir d’achè­ve­ment d’un grand gi­bier bles­sé ou au ferme. Vous l’au­rez com­pris, j’aime les ca­ra­bines kip­plauf, toutes ori­gines et tous ca­libres confon­dus. Ce­pen­dant, il est bon de re­te­nir deux choix qui vous don­ne­ront tou­jours sa­tis­fac­tion lors de vos chasses pour un usage po­ly­va­lent et une fia­bi­li­té op­ti­male : le vieux 7x65R et le mo­derne et puis­sant .30R Bla­ser. Ils vous per- met­tront de ti­rer avec une ef­fi­ca­ci­té cer­taine tous nos grands gi­biers conti­nen­taux ain­si que les plain’s game afri­cains pour peu que vous ayez choi­si la balle adap­tée. Si vous op­tez pour un ca­libre ma­gnum, le 7 mm Re­ming­ton Mag est ce­lui qui com­bi­ne­ra au mieux les dif­fé­rents cri­tères à prendre en compte, ten­sion de tra­jec­toire, ef­fi­ca­ci­té, re­cul, pré­ci­sion, coût. En char­ge­ment d’usine, il ap­porte un peu d’al­longe sup­plé­men­taire par rap­port au 7 x 65 R ou au .270 Win­ches­ter au- de­là de 300 m, soit une DRO amé­lio­rée de 5 à 7 m en moyenne, voire moins à ca­non de lon­gueur égale. Si vous re­cher­chez le re­cul mi­ni­mal et que vous vous can­ton­nez aux che­vreuils, isards et cha­mois, le 6,5 x 57R reste une va­leur sûre. Les ama­teurs de car­touches à gorge de­vraient pou­voir trou­ver chaus­sure à leur pied avec les .270 et .308 Win­ches­ter. At­ten­tion tou­te­fois aux dis­po­ni­bi­li­tés chez les im­por­ta­teurs. Quant à moi, je reste fi­dèle au presque cen­te­naire 7 x 65 R Bren­neke. Le jour n’est pas ve­nu où on me fe­ra chan­ger une équipe qui gagne !

Les femmes, par­fois sen­sibles au re­cul, sau­ront ti­rer le meilleur par­ti d’une pe­tite kip­plauf cham­brée pour le 6,5 x 57 R par exemple.

Les fa­bri­cants al­le­mands et au­tri­chiens nous pro­posent ré­gu­liè­re­ment des ca­libres uniques sur leurs armes, comme ce 8,5 x 68 Fan­zoj sur son arme épo­nyme. Cette Azur Le­gend de l’Ate­lier Ver­ney-Car­ron est cham­brée pour le très per­for­mant 6 x 62 R Frères. Une car­touche éton­nante mais dé­sor­mais bien dif­fi­cile à trou­ver.

Le 7 x 65 R, qui équi­pait nombre d’express et de kip­plaufs dans les an­nées 70 et 80, est tout sauf désuet ou inutile.

Une lu­nette as­sez lourde leste la ca­ra­bine et au­to­rise un choix de ca­libre plus puis­sant sans rendre le re­cul in­sup­por­table.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.