Comment se fa­brique une balle à noyau sou­dé

Armes de Chasse - - Carnet De Balles -

Au­jourd’hui en­core, mal­gré l’au­to­ma­ti­sa­tion de la fa­bri­ca­tion et la nu­mé­ri­sa­tion d’une par­tie des contrôles de la pro­duc­tion, la fa­bri­ca­tion des balles à noyau sou­dé reste oné­reuse et com­plexe quand on re­cherche une qua­li­té sans com­pro­mis. Chez Nor­ma, une fois les che­mises réa­li­sées de fa­çon par­fai­te­ment concen­trique, presque du ni­veau d’une balle de match, l’in­té­rieur est en­duit du pro­duit qui va créer la ré­ac­tion chi­mique entre plomb et al­liage de cuivre, le noyau est in­tro­duit, puis le plomb por­té à fu­sion. Sous l’ac­tion de la cha­leur et du liant chi­mique, che­mise et noyau se soudent, puis les pas­sages suc­ces­sifs dans quatre ou cinq ma­trices forment la balle. En­suite viennent les contrôles de concen­tri­ci­té, du poids et de la pointe, avant de pas­ser au char­ge­ment. Soit 10 à 12 opé­ra­tions suc­ces­sives pour fa­bri­quer une balle Oryx, on en com­prend mieux le coût.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.