Le cas par­ti­cu­lier des Fe­de­ral Fu­sion

Armes de Chasse - - Carnet De Balles -

J’ai lais­sé de cô­té pour cet ar­ticle les Fu­sion de Fe­de­ral, un type de balle que cer­tains consi­dèrent comme des bon­ded­core (« noyau sou­dé »), ce qu’elles ne sont pas, bien qu’elles fonc­tionnent de fa­çon qua­si sem­blable. Les Fu­sion sont une évo­lu­tion d’une tech­nique uti­li­sée à l’ori­gine par Speer pour cer­taines balles de re­vol­ver, comme les an­ciennes TMJ et les pre­mières Deep Curl. Le noyau de plomb dur­ci, ma­tri­cé avec pré­ci­sion, re­çoit une couche d’al­liage cui­vreux par un pro­ces­sus élec­tro­chi­mique – mo­lé­cules par mo­lé­cules, disent Fe­de­ral et Speer. Cette tech­nique so­li­da­rise les deux mé­taux qui de­viennent in­sé­pa­rables. En jouant sur le temps de dé­po­si­tion, Speer peut pro­po­ser des épais­seurs va­riées et va­riables en fonc­tion des plages de vi­tesses, des types de balles et de leurs usages. Pour avoir uti­li­sé les pre­mières balles TMJ – je sais, c’est in­ter­dit, mais ce­la re­monte à des an­nées, il y a pres­crip­tion ! – de ca­libre .44, char­gées mai­son, dans une pe­tite se­mi-au­to Ru­ger et mul­ti­pliant par X l’ef­fi­ca­ci­té de la ca­ra­bine sur les san­gliers, je suis de­ve­nu un fan des balles de ce type dans mes .338 Fe­de­ral et Win­ches­ter où elles jouent le rôle des Oryx, dont la gamme de poids en .338 est très li­mi­tée. In­des­truc­tibles lors d’un im­pact à vi­tesse éle­vé ou à une dis­tance rap­pro­chée, les Fu­sion pos­sèdent un pou­voir d’ex­pan­sion im­por­tant, contrô­lé et consé­quent lorsque la vi­tesse tombe. Leur pré­ci­sion reste très bonne aux dis­tances de tir ha­bi­tuelles à la chasse, même si ce ne sont pas des balles de match. Leur concep­tion les rend peu sen­sibles aux va­ria­tions de pas de rayures car leur lon­gueur reste lar­ge­ment dans la norme. Là en­core, l’avan­tage prin­ci­pal de ces balles se re­trouve à l’im­pact et après ce­lui-ci.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.