6,5 Creed­moor

Dans quelques an­nées, le 6,5 Creed­moor se­ra peut-être un ca­libre star, la car­touche par­faite pour l’ap­proche et l’af­fût, plé­bis­ci­tée par des cen­taines de mil­liers d’uti­li­sa­teurs de par le monde. Soyons avant-gar­distes et exa­mi­nons de près cette nou­velle p

Armes de Chasse - - Sommaire - Do­mi­nique Czer­mann

La nais­sance d’une car­touche ga­gnante

L’idée de la 6,5 Creed­moor est née en 2007 de la vo­lon­té des in­gé­nieurs et des ti­reurs de Hor­na­dy. A cette époque, aux Etats-Unis, les com­pé­ti­tions High Po­wer sont do­mi­nées par le 6XC de Da­vid Tubb nor­ma­li­sé par Nor­ma sous le nom de 6XC Nor­ma. Le 6,5-284 Nor­ma a dé­mon­tré aux ti­reurs amé­ri­cains la va­leur des pro­jec­tiles de 6,5 mm à longue dis­tance, mais l’ar­ri­vée du 6,5 x 47 La­pua, conçu pour le tir à 300 m, prouve le re­mar­quable ren­de­ment des balles de ce ca­libre même à vi­tesse « nor­male », sur­tout lorsque le vent s’en mêle. Qua­li­té que les Scan­di­naves ont in­té­grée de­puis long­temps avec le 6,5 x 55.

Nais­sance du Creed­moor

Avec le .30 TC, Hor­na­dy pos­sède un étui in­té­res­sant dé­ri­vé de ce­lui du .308 Win­ches­ter. Plus court que ce der­nier de quelque 2,5 mm (2,43 exac­te­ment) et plus long que ce­lui du 6,5 x 47 La­pua de 1,77 mm, il pos­sède un angle d’épau­le­ment de 30 de­grés fa­vo­rable à la com­bus­tion de la poudre. Dave Ema­ry, le chef ba­lis­ti­cien de Hor­na­dy, et Den­nis DeMille, di­rec­teur gé­né­ral de Creed­moor Sports, vont ré­duire le ca­libre de .308 à .264 tout en conser­vant la lon­gueur to­tale de l’étui et l’angle de 30 de­grés. Com­pa­ré à la .260 Re­ming­ton très uti­li­sée en com­pé­ti­tion type « tac­ti­cal » et cham­brée par de nom­breux pré­pa­ra­teurs, la nou­velle car­touche Hor­na­dy, qui de­vien­dra la 6,5 Creed­moor, uti­lise un étui plus court de 2,9 mm et au col­let plus long de 0,67 mm. La ca­pa­ci­té in­terne de la .260 Re­ming­ton avan­tage théo­ri­que­ment cette der­nière, mais comme la lon­gueur hors tout est la même (71 mm), les longues balles à coef­fi­cient ba­lis­tique éle­vé de 6,5 mm em­piètent moins dans la chambre à poudre de la nou­velle car­touche, ce qui met les deux concur­rentes sur un pied d’éga­li­té. D’autre part, Ema­ry des­sine une chambre dont l’angle de prise de rayure est op­ti­mi­sé pour la pré­ci­sion et pour ré­duire l’éro­sion de cette zone sen­sible. Conçue dès le dé­part pour des boî­tiers courts, la mu­ni­tion de Hor­na­dy offre l’avan­tage de pou­voir jouer sur la lon­gueur maxi­male de la car­touche pour adap­ter l’en­fon­ce­ment des balles en fonc­tion des chambres et des prises de rayures, va­riables sui­vant les pré­pa­ra­teurs.

En 2008, la 6,5 Creed­moor est of­fi­ciel­le­ment pré­sen­tée au Shot Show et in­tègre le ca­ta­logue Hor­na­dy. La firme an­nonce même fiè­re­ment dans son ma­nuel de rechargement qu’elle est « cer­tai­ne­ment la car­touche la plus équi­li­brée de­puis tou­jours à prendre place dans [ce] ma­nuel » . Vou­lue pour être la car­touche ul­time pour les com­pé­ti­tions de tir amé­ri­caines ( « ul­ti­mate ac­cross the course

car­tridge » ) et pour dé­trô­ner la 6XC Nor­ma, la 6,5 Creed­moor est tout d’abord dis­po­nible en deux char­ge­ments de tir à balle A-Max de 120 et 140 grains. En 2010, deux ans après son in­tro­duc­tion en tant que car­touche de tir, la car­touche est pré­sen­tée avec des char­ge­ments à balles de chasse. Elle vise un pu­blic sus­cep­tible d’ache­ter une arme en .243, .308 et .270 Win­ches­ter mais aus­si .25-06, .260 et 7-08 Re­ming­ton, des mu­ni­tions avant tout uti­li­sées par les chas­seurs amé­ri­cains pour le tir des whi­te­tails, mule deers, pron­ghorns

mais aus­si ours noirs, coyotes et autres pré­da­teurs. Bien que ce ne soit pas son ob­jec­tif pre­mier, la car­touche doit pou­voir conve­nir pour les cerfs (wa­pi­ti). L’Amé­ri­cain chas­sant ra­re­ment en bat­tue, elle est es­sen­tiel­le­ment orien­tée ap­proche, bille­baude et af­fût. En 2010 donc, Hor­na­dy équipe sa car­touche de deux balles re­la­ti­ve­ment lé­gères, une 120 grains GMX en al­liage cui­vreux et une 129 grains SST, par­fai­te­ment adap­tées aux gi­biers vi­sés. Les vi­tesses res­sortent à 890 m/s pour la GMX et 850 m/s pour la SST lors­qu’elles sont ti­rées dans un ca­non de 60 cm. Ces char­ge­ments sont les seuls dis­po­nibles pour la chasse. Dès leur sor­tie, ils vont « faire le buzz » sur les fo­rums où les dis­cus­sions vont bon train, mais res­tent le plus sou­vent sté­riles étant don­né que les in­ter­lo­cu­teurs les plus ba­vards n’ont ja­mais eu en main les pro­duits dont ils dé­battent. Hor­na­dy va pré­sen­ter des vi­déos et de nom­breux tests réa­li­sés par mes confrères amé­ri­cains. Le 6,5 Creed­moor tarde à dé­col­ler, avant de de­ve­nir un best-sel­ler en quelques sai­sons. Au­jourd’hui,

Hor­na­dy pro­pose six char­ge­ments pour la chasse, trois pour le tir et un mixte nui­sibles/ tir. Les balles les plus lourdes sont les 140, 143 et 147 grains ELD/ELD-X. Huit ans après la pré­sen­ta­tion des ver­sions chasse, la 6,5 Creed­moor est char­gée par presque tous les grands et moins grands fa­bri­cants du monde. Brow­ning, Ber­ger, La­pua, Fede- ral, Nor­ma, Re­ming­ton, Barnes, Win­ches­ter, Swift, Sauer, Elite, Sel­lier & Bel­lot ain­si que nombre de pe­tits fa­bri­cants amé­ri­cains pro­po­sent­posent une ou plu­sieurs ver­sions du Creed­moor. Cre En te­nant compte de ce choix plé­tho­rique quelle mu­ni­tion mu mo­derne peut af­fi­cher un tel suc­cès ?

Ce pe­tit plus

Si dd’aven­ture un ar­mu­rier vous an­nan­nonce qu’il ne veut pas et ne ven­vend pas de cette mu­ni­tion en rai­rai­son de l’in­cer­ti­tude de sa du­rée­du de vie, ques­tion­nez-vous sur sa ccom­pé­tence et l’in­té­rêt qu’il porte à son mé­tier. En char­ge­ments d’usine, la 6,5 Creed­moor fait mieux que les .260 Re­ming­ton, 6,5 x 55 et 6,5 x 57 dans tous les do­maines ou presque. L’offre éten­due de balles di­verses lui donne l’avan­tage tant en termes de ba­lis­tique de vol que de ba­lis­tique ter­mi­nale. De plus, dé­ve­lop­pée pour la com­pé­ti­tion, elle est in­trin­sè­que­ment plus pré­cise que les autres lorsque tous les pa­ra­mètres sont égaux. Où elle est un peu à la traîne face à la 6,5 x 55 des Scan­di­naves, avec ses balles de 156 grains (10,4 g), c’est pour le tir des ani­maux lourds comme l’élan ou les grands cerfs. L’ef­fi­ca­ci­té des trois car­touches de ré­fé­rence n’est au­cu­ne­ment à re­mettre en doute, mais la 6,5 Creed­moor pos­sède un pe­tit plus grâce à ses balles mo­dernes, comme les ELD-X, et la pos­si­bi­li­té de pou­voir la ti­rer dans un boî­tier court. Si Re­ming­ton avait por­té plus d’at­ten­tion à sa .260 et si RWS avait su faire évo­luer ses 6,5 x 57 et 57 R, ces der nières se por­te­raient mieux. Le cas de la 6,5 x 55 est dif­fé­rent. Elle offre un choix im­por­tant de balles, mais sa pres­sion con­te­nue, en rai­son des armes an­ciennes qui la chambre, li­mite ses per­for­mances face au Creed­moor. Pour don­ner une idée de l’ef­fi­ca­ci­té de la pe­tite Hor­na­dy, ef­fec­tuons une com­pa­rai­son à la li­mite de l’ab-

surde. Pre­nons une 6,5x68 RWS à balle KS de 126 grains et une 6,5 Creed­moor à balle SST de 129 grains. La pre­mière a fait fan­tas­mer les chas­seurs de cha­mois et autres gi­biers de mon­tagne, la se­conde fait par­ler ceux qui ne la connaisse pas. Avec ses 939 m/ s an­non­cés, la 6,5 x 68 chute de 263 cm à 600 m, dé­rive de 54 cm pour un vent la­té­ral de 10 km/ h et conserve 958 J d’éner­gie. La pe­tite Creed­moor lan­cée à 850 m/ s chute de 274 cm, soit à peine 9 cm de plus, mais dé­rive seule­ment de 42 cm et conserve une éner­gie de 1148 J. Les lois qui ré­gissent la ré­sis­tance à l’avan­ce­ment ( ou à la pé­né­tra­tion dans l’air) et un meilleur coef- fi­cient ba­lis­tique avan­tagent la Creed­moor. Et en­core, le ré­sul­tat est faus­sé puisque la mu­ni­tion RWS est ti­rée dans un tube de 65 cm, contre 61 pour l’amé­ri­caine. Si on prend une 6,5 x 57 pour com­pa­rai­son, les dif­fé­rences sont en­core plus mar­quées : éner­gie ré­si­duelle de 745 J, chute de 333 cm et dé­rive de 63 cm… Qu’ajou­ter de plus ?

La meilleure des 6,5 mm ?

Bien que la 6,5 Creed­moor soit théo­ri­que­ment moins po­ly­va­lente que la .308 ou la vénérable .270 Win­ches­ter et qu’elle soit peut-être dé­fa­vo­ri­sée pour la bat­tue face à la 6,5 x 55 et ses balles de 156 grains, elle ap­pa­raît au­jourd’hui comme la meilleure des 6,5 mm stan­dard et une des mu­ni­tions les plus équi­li­brées ja­mais pro­duites. Ses di­men­sions op­ti­mi­sées dès l’ori­gine pour les boî­tiers courts et sa pré­ci­sion na­tu­relle sont des ar­gu­ments de poids si on re­cherche une mu­ni­tion souple et agréable à l’épaule l’épau pour le tir d’af­fût, d’ap­proche ou de bille­baude de tous les grands gi­biers d’Eu­rope de l’Ouest lorsque le chas­seur adapte ses balles. Qui plus est, elle n’est pas ri­di­cule pour ce­lui qui veut s’es­sayer au tir à longue dis­tance (600 m et plus) dès lors qu’il pos­sède une ca­ra­bine à ca­non de type var­mint ou se­mi­lourd. Peut-être pas le choix idéal pour ce­lui qui veut pos­sé­der une seule ca­ra­bine, la 6,5 Creed­moor est une va­leur sûre pour le chas­seur qui op­ti­mise son ma­té­riel pour cha­cune de ses chasses. Ceux qui évo­luent en zones ven­teuses, tirent loin et cra­pa­hutent beau­coup trou­ve­ront une al­liée de choix. Sur­tout s’ils n’ap­pré­cient pas de se faire ta­bas­ser par les ma­gnum. Pas mal pour une car­touche qui a juste dix ans d’exis­tence et se me­sure à des va­leurs

éprou­vées.

C’est à Hor­na­dy que l’on doit la créa­tion du ca­libre 6,5 Creed­moor, en 2008. Une car­touche mé­trique « made in USA ».

© B. Ber­bes­sou

Barnes, à l’ins­tar de nom­breux fa­bri­cants de mu­ni­tions amé­ri­cains, pro­pose de nou­velles charges en 6,5 mm Creed­moor.

Cette Trophy Grade est l’un des six char­ge­ments Nos­ler en 6,5 Creed­moor. En des­sous, la nou­veau­té Fe­de­ral 2018 en­core en 6,5 Creed­moor.

Hor­na­dy conti­nue de tra­vailler sur les pe­tits ca­libres. Té­moin, cette boîte de 6 mm Creed­moor, le pe­tit frère du 6,5.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.