La honte

Shame

Art Press - - ÉDITO -

Le Monde, 19 oc­tobre 2013. Le dos­sier noir du Qa­tar. Pho­to : sur la cor­niche de Do­ha, une mo­nu­men­tale sculp­ture que des hommes vê­tus de com­bi­nai­sons bleues as­tiquent. Le Coup de tête de Zi­dane, cette mons­truo­si­té sta­li­no-bré­ké­rienne dres­sée un temps sur le par­vis du Centre Pom­pi­dou. Au­teur : Adel Ab­des­se­med. Mais pour lé­gende : « Le riche émi­rat se re­trouve face au plus grand scan­dale de sa courte his­toire : le sa­cri­fice de mil­liers d’ou­vriers au nom du dieu Football ». Titre de l’en­quête : les Dam­nés de Do­ha. Sous-titre : « Sur les chan­tiers du Qa­tar, des ou­vriers in­diens et né­pa­lais meurent par cen­taines. » Pré­vi­sions : pour le Mon­dial de 2022, 4 000 im­mi­grés paie­ront de leur vie. Qu’un État, même dé­mo­cra­tique, un club de foot, des hommes d’af­faires, des ga­le­ristes, des com­mis­saires d’ex­po­si­tions, des res­pon­sables de mu­sées, des in­dus­triels, voire des mu­ni­ci­pa­li­tés de ban­lieue, fassent af­faire avec une mo­nar­chie pé­tro­lière dans l’en­fer de la­quelle 1,5 mil­lion de tra­vailleurs vont bien­tôt plon­ger, c’est la­men­table mais hé­las dans la lo­gique d’un li­bé­ra­lisme éco­no­mique à tout vent (y com­pris ceux du dé­sert qui brûlent les corps tra­vaillant sous 50°). Mais des ar­tistes ! Et des in­tel­lec­tuels, des phi­lo­sophes, des uni­ver­si­taires… ! Le Monde, 28 oc­tobre. Ar­ticle, de Phi­lippe Da­gen. « Do­ha s’offre les bal­lons d’or de l’art contem­po­rain », illus­tré à nou­veau par une « oeuvre » du même Ab­des­se­med ex­po­sée au Arab Mu­seum of Mo­dern Art. Un « bou­quet de sabres, ha­choirs et ma­chettes » (utiles à l’oc­ca­sion pour les gardes-chiourmes sur­veillant les chan­tiers, à moins que cette bim­be­lo­te­rie guer­rière ne s’ajoute aux stocks d’armes plus so­phis­ti­quées li­vrées par le Qa­tar aux ter­ro­ristes is­la­mistes ?). Autres pro­jets de « grande am­pleur » pour ce musée : le Mu­seum of Crying Wo­man, de Fran­ces­co Vez­zo­li – non, et Da­gen a rai­son de le sou­li­gner, les larmes en ques­tion ne sont pas celles des femmes qa­ta­ries voi­lées, mais celles de Gre­ta Gar­bo et So­phia Lo­ren (? !) ; une ré­tros­pec­tive Da­mien Hirst, l’Âge d’or (de quoi faire rê­ver les tra­vailleurs im­mi­grés avant qu’ils ne se des­sèchent à mort sous le so­leil du golfe Per­sique). Conclu­sion de l’ar­ticle : « La fille de l’émir Ha­mad Ben Kha­lil­fa Al– Tha­ni est l’ini­tia­trice de la très vo­lon­ta­riste – et as­sez pa­ra­doxale – po­li­tique cultu­relle du Qa­tar d’au­jourd’hui. » Tout ce beau monde de l’art – comme l’a rap­pe­lé, et s’en est in­di­gné, Del­feil de Ton dans le Nouvel Ob­ser­va­teur – n’a pas eu l’air au­tre­ment gê­né d’ap­prendre que c’est aus­si au nom de cette « po­li­tique cultu­relle vo­lon­ta­riste et pa­ra­doxale », qu’un poète, Mo­ha­med al-Aj­mi, à cause d’un de ses poèmes que l’émir avait trou­vé « mau­vais » (le pa­pa de l’ini­tia­trice de la po­li­tique cultu­relle du Qa­tar ?), a été condam­né à la pri­son à per­pé­tui­té, peine ra­me­née à quinze ans suite à des pro­tes­ta­tions dans le monde. Dans le monde, mais en France ? Muets, les fa­mi­liers de la ligne Rois­sy-Do­ha, tous les « afi­cio­na­dos de l’art ac­tuel », comme les appelle l’un d’eux. Et les « grandes voix » in­tel­lec­tuelles ? In­au­dibles, elles aus­si. Vous pen­sez : un poète in­con­nu, des ou­vriers ano­nymes… Une bonne nou­velle tout de même : le mar­ché de l’art est eu­pho­rique, les prix flambent : les tran­sac­tions de la so­cié­té de M. Pinault, an­nonce le Monde, pour sa pre­mière ces­sion en Chine ont at­teint 25 mil­lions de dol­lars, un gros tou­tou de Jeff Koons vient d’être ven­du 55mil­lions de dol­lars, ( com­bien le « Coup de boule » ache­té par l’Émi­rat ?). Pour leur con­so­la­tion, dé­pê­chons-nous d’an­non­cer ces mi­ri­fiques ex­ploits fi­nan­ciers au poète qa­tar dans sa geôle, aux In­diens et aux Né­pa­lais des chan­tiers de Do­ha.

Jacques Hen­ric Le Monde, Oc­to­ber 19, 2013. Dark rea­li­ties in Qa­tar. Pho­to: on the sea­front at Do­ha, men in blue ove­ralls are po­li­shing a mo­nu­men­tal sculp­ture: Adel Ab­des­se­med’s so­cia­list rea­list/Ar­no Bre­ker mash-up sho­wing Zi­ne­dine Zi­dane head­but­ting an Ita­lian foot­bal­ler in the 2006 World Cup fi­nal. A mons­tro­si­ty that re­cent­ly (dis)gra­ced the fo­re­court of the Pom­pi­dou Cen­ter. The cap­tion says: “The rich emi­rate is fa­cing the big­gest scan­dal of its short his­to­ry: thou­sands of wor­kers sa­cri­fi­ced to the god Football.” The head­line: “The Dam­ned of Do­ha.” Sub­title: “On the construc­tion sites of Qa­tar, In­dian and Ne­pa­lese wor­kers are dying in their hun­dreds.” A forecast: 4,000 im­mi­grants will per­ish in pre­pa­ra­tions for the 2022 World Cup. That a state (even a de­mo­crac­tic one), a soc­cer club, bu­si­ness­men, gal­le­ries, art cu­ra­tors, mu­seum di­rec­tors, in­dus­tria­lists and even su­bur­ban ci­ty halls should do bu­si­ness with a pe­tro-mo­nar­chy whose hell—think scor­ching de­sert winds at 50° Cel­sius— is set to swal­low 1.5 mil­lion wor­kers is la­men­table but in line with the lo­gic of eco­no­mic li­be­ra­lism. But what about the ar­tists, in­tel­lec­tuals, philosophers and aca­de­mics? Le Monde, again, Oc­to­ber 28. Phi­lippe Da­gen writes: “Do­ha treats it­self to the bal­lons d’or of contem­po­ra­ry art,” il­lus­tra­ted this time by Ab­des­se­med’s “bou­quet of sa­bers, axes and ma­chetes” on show at the Arab Mu­seum of Mo­dern Art (you ne­ver know, they could come in han­dy for the slave drivers out­doors, or be bund­led in with the more so­phis­ti­ca­ted wea­pons that Qa­tar sup­plies to Is­la­mist ter­ro­rists). Other “ma­jor” pro­jects for the mu­seum in­clude The Mu­seum of Crying Wo­men, by Fran­ces­co Vez­zo­li (and the tears in ques­tion are shed not by Qa­tar’s vei­led wo­men but by Gre­ta Gar­bo and So­phia Lo­ren), plus a Da­mien Hirst re­tros­pec­tive, The Gol­den Age (con­so­la­tion for those im­mi­grant wor­kers be­fore they de­sic­cate and die on the Per­sian Gulf). The conclu­sion: “The daugh­ter of the emir Ha­mad Ben Kha­lil­fa Al–Tha­ni is the ini­tia­tor of the ve­ry pro-ac­tive—and ra­ther pa­ra­doxi­cal—cul­tu­ral po­li­cy of today’s Qa­tar.” As Del­feil de Ton in­di­gnant­ly poin­ted out in the Nouvel Ob­ser­va­teur, this art­world elite doesn’t seem un­du­ly dis­tur­bed to know that in the name of this same cul­tu­ral po­li­cy, a poet, Mo­ha­med al-Aj­mi, whose work hap­pe­ned to dis­please the emir (Ha­mad’s dad?) was gi­ven a life sen­tence—la­ter re­du­ced to fif­teen years af­ter pro­tests around the world. But in France? Si­lence from the Pa­ris-Do­ha com­mu­ting com­mu­ni­ty, the “afi­cio­na­dos” of contem­po­ra­ry art, as one of them likes to say. And the in­tel­lec­tual “voices”? In­au­dible. Well, yes, the poet is obs­cure, the wor­kers fa­ce­less. Still, to end on a hap­py note, the art mar­ket is boo­ming, prices are soa­ring, Mon­sieur Pinault made $25 mil­lion on his first sale in Chi­na and a big Jeff Koons dog fet­ched $55 mil­lion (and how much for that Ab­des­se­med head-butt?). Such news, I am sure, is bound to lift the spi­rits of the lan­gui­shing poet and soothe those sla­ving wor­kers.

Jacques Hen­ric Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.