Iratxe Jaio et Klaas van Gor­kum

Art Press - - EXPOSITIONS - Di­dier Ar­nau­det

Frac Aqui­taine / 4 oc­tobre - 21 dé­cembre 2013

À par­tir des moules confec­tion­nés par Iratxe Jaio et Klaas van Gor­kum, des femmes im­mi­grées, em­ployées en sous-trai­tance par l’usine de ca­ou­tchouc si­tuée à Lea Ar­ti­bai, ré­gion d’ori­gine d’Iratxe, dans le Pays Basque sud, fi­nissent à la main des pièces pro­duites en ré­fé­rence au « La­bo­ra­toire ex­pé­ri­men­tal des craies » de Jorge Otei­za. Avec le tour à bois du grand-père de Klaas van Gor­kum, les deux ar­tistes fa­briquent les pieds de la plate-forme sur la­quelle sont pré­sen­tés les ob­jets réa­li­sés par cet an­cien ou­vrier d’une usine de construc­tion d’hé­lices aux Pays-Bas. Dans cette ex­po­si­tion or­ga­ni­sée par Alexan­dra Bau­rès où co­ha­bitent vi­déos do­cu­men­taires et ins­tal­la­tions d’ob­jets et de sculp­tures, la ques­tion du travail est trai­tée par des ap­proches dif­fé­rentes. L’une se ré­duit à une perte de sens, à un en­fer­me­ment dans une pure rou­tine, et donc à des formes de do­mi­na­tion, d’ex­ploi­ta­tion et de sou­mis­sion. L’autre s’ins­crit dans une ac­ti­vi­té de trans­for­ma­tion de la ma­tière et va­lo­rise un sa­voir, des dis­po­si­tions et des com­pé­tences. Par de sub­tils croi­se­ments entre leur his­toire fa­mi­liale et les condi­tions so­ciales di­ver­gentes au nord et au sud de l’Eu­rope, Iratxe Jaio et Klaas van Gor­kum, consti­tués en col­lec­tif de­puis 2001, in­tro­duisent, dans le travail in­dus­triel et le travail ma­nuel, l’ac­tion, l’in­ven­tion et l’en­ga­ge­ment de la sub­jec­ti­vi­té. Ils sug­gèrent ain­si de mo­bi­li­ser « l’in­tel­li­gence des mains et des corps », et de se ré­ap­pro­prier le travail pour « li­bé­rer des dé­si­rs » et « désen­tra­ver des ima­gi­na­tions », comme le dé­ve­loppe no­tam­ment An­dré Gorz dans son livre Mi­sères du pré­sent, ri­chesse du pos­sible (Ga­li­lée, 1997). Using molds made by Iratxe Jaio and Klaas van Gor­kum, im­mi­grant wo­men hi­red from a sub­con­trac­tor by the rub­ber fac­to­ry at Lea Ar­ti­bai in the sou­thern Basque Coun­try hand-fi­nish pieces pro­du­ced in re­fe­rence to Jorge Otei­za’s “Ex­pe­ri­men­tal chalk la­bo­ra­to­ry.” Using the woo­den wheel that be­lon­ged to Van Gor­kum’s grand­fa­ther, the two ar­tists fa­shio­ned the legs of the plat­form on which they present the ob­jects made by the for­mer wor­ker in a pro­pel­ler fac­to­ry in the Ne­ther­lands. In this ex­hi­bi­tion or­ga­ni­zed by Alexan­dra Bau­rès and com­bi­ning do­cu­men­ta­ry vi­deos and ins­tal­la­tions of ob­jects and sculp­tures, the ques­tion of work is ap­proa­ched in two kinds of ways. One leads to the loss of mea­ning, to confi­ne­ment in pure rou­tine, and the­re­fore to forms of do­mi­na­tion, ex­ploi­ta­tion and sub­mis­sion. The other fits in­to an ac­ti­vi­ty of trans­for­ming ma­te­rial and va­lo­rizes know­ledge, dis­po­si­tions and skills. By subt­ly in­ter­wea­ving their fa­mi­ly his­to­ry and the dif­ferent so­cial condi­tions in nor­thern and sou­thern Eu­rope, Iratxe Jaio and Klaas van Gor­kum, who for­med a col­lec­tive in 2001, in­tro­duce ac­tion, in­ven­tion and the en­ga­ge­ment of sub­jec­ti­vi­ty in­to in­dus­trial and ma­nual work. They argue for a reap­pro­pria­tion of work by mo­bi­li­zing “the in­tel­li­gence of hands and bo­dies” in or­der to “free de­sires” and “un­sha­ckle ima­gi­na­tions,” to quote from the case put by An­dré Gorz in his book Mi­sères du pré­sent, ri­chesse du pos­sible (Ga­li­lée, 1997).

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.