Na­ta­cha Ni­sic

Art Press - - EXPOSITIONS - Do­mi­nique Ba­qué

Jeu de Paume / 15 oc­tobre 2013 - 26 jan­vier 2014

Du pre­mier Ca­ta­logue de gestes (1995- ), qui pro­pose un ré­per­toire des gestes du quo­ti­dien, à la catastrophe nu­cléaire de Fu­ku­shi­ma – f (2013) –, via une vi­déo sur la conver­sion d’une jeune Ba­va­roise au cha­ma­nisme ( An­drea en conver­sa­tion, 2013), à tra­vers des­sins, pho­to­gra­phies, vi­déos et pièces so­nores, Na­ta­cha Ni­sic ex­plore les dif­fé­rentes fa­cettes de l’exis­tence, ain­si que les mys­té­rieuses re­la­tions entre images et mots, sym­boles et ri­tuels. Mais il s’agit aus­si d’une ré­flexion me­née sur les dif­fé­rences cultu­relles, sur la mé­moire qu’il convient de pré­ser­ver contre le risque tou­jours me­na­çant de sa perte, de son ef­fa­ce­ment. Qui, bien­tôt, se sou­vien­dra de Fu­ku­shi­ma ? Dé­jà la course au nu­cléaire a re­pris, en dé­pit du risque mor­tel en­cou­ru par les po­pu­la­tions voi­sines des sites. En ce sens, si l’on peut res­ter in­sen­sible à l’oeuvre en neuf cha­pitres qui re­late la conver­sion d’An­drea Kalff, une jeune Al­le­mande, au cha­ma­nisme co­réen – ce fut mon cas : vague in­té­rêt an­thro­po­lo­gique, tout au plus, mal­gré une scé­no­gra­phie fort per­ti­nente –, les vi­déos e et f re­vêtent au contraire un ca­rac­tère d’ur­gence que l’on ne peut igno­rer : e (2009) – qui si­gni­fie, et ce n’est pas ano­din, « image » en ja­po­nais – filme un voyage ef­fec­tué par l’ar­tiste dans le nord du Ja­pon, au plus près de Fu­ku­shi­ma, là où eut lieu le séisme de juin 2008. Ni­sic donne la parole à ces êtres qui ont, un temps, bou­le­ver­sé le monde à tra­vers le grand show mé­dia­tique, mais qui, dé­sor­mais, sont li­vrés à eux-mêmes, à leurs sou­ve­nirs trau­ma­tiques et à une sur­vie à in­ven­ter. Pour­sui­vant la même in­ter­ro­ga­tion cri­tique, f (2013) a été tour­né deux ans après le tsu­na­mi, sur le site conta­mi­né de Fu­ku­shi­ma. De nou­veau, la catastrophe et l’après : à tra­vers champ et contre­champ, un dis­po­si­tif vi­déo as­sez com­plexe donne à voir le pay­sage de l’hor­reur et le monde où il faut bien conti­nuer à (sur)vivre : « L’image porte en elle sa propre contra­dic­tion » (Ni­sic). Pa­ral­lè­le­ment, réa­li­sée à par­tir de pho­to­gra­phies dif­fu­sées dans les mé­dias de­puis le 11 mars 2011, une frise de des­sins qui dia­lec­tise ten­sion et dou­ceur fait écho à l’oeuvre f, mais cette fois sans qu’au­cune parole ne puisse com­men­ter le dé­sastre. Pour au­tant, si e et f re­vêtent un ca­rac­tère tes­ti­mo­nial qu’il convient de sa­luer, tant au plan mé­mo­riel que plas­tique, on peut in fine pré­fé­rer la pu­re­té, la « nudité » du pre­mier « opus », le film en su­per-8 Ca­ta­logue de gestes : sur l’obs­cu­ri­té d’un fond opaque se dé­tachent des­mains, jeunes, âgées, tendres, cal­leuses, ri­dées, qui toutes ef­fec­tuent, avec sim­pli­ci­té et no­blesse, une tâche du quo­ti­dien : ef­feuiller, éplu­cher un mar­ron, creu­ser un trou, pe­ler une orange, ar­ra­cher les feuilles d’un lau­rier… Rien de tra­gique, ici, mais une fa­çon à la fois mi­ni­ma­liste et spi­ri­tuelle de re­cen­ser les né­ces­si­tés du quo­ti­dien : une ex­pé­rience ou­verte, qui se pour­suit, et em­prunte tant au mi­ni­ma­lisme qu’aux clairs-obs­curs de la pein­ture. Le monde tel qu’il peut être, aus­si, sans l’em­prise de la catastrophe ni les ri­tuels os­ten­ta­toires et pour nous in­dé­chif­frables d’un cha­ma­nisme que me­nace à tout ins­tant le risque de l’exo­tisme. From the first Ca­ta­logues de gestes (1995- ), which at­tempt to de­ve­lop a ca­ta­logue of eve­ry­day ges­tures, to the nu­clear di­sas­ter at Fu­ku­shi­ma— e (2009) and f (2013)—, via a vi­deo on the conver­sion of a young Ba­va­rian wo­man to sha­ma­nism ( An­drea en conver­sa­tion, 2013), and ta­king in dra­wings, pho­to­graphs, vi­deos and sound pieces, Na­ta­cha Ni­sic ex­plores va­ried fa- cets of exis­tence and, more par­ti­cu­lar­ly, the mys­te­rious re­la­tions bet­ween images and words, sym­bols and ri­tuals. Her work al­so of­fers a me­dia­tion on cul­tu­ral dif­fe­rences, on the ne­ces­sa­ry struggle to shore up me­mo­ry against for­get­ting. Who, in a few years’ time, will re­mem­ber Fu­ku­shi­ma? We have al­rea­dy gone back to the nu­clear race, in spite of the mor­tal dan­ger han­ging over po­pu­la­tions li­ving near the reac­tors. Not eve­ryone will be tou­ched by the nine-chap­ter work about the conver­sion of An­drea Kalff, a young Ger­man wo­man, to Ko­rean sha­ma­nism (per­so­nal­ly, I ne­ver got beyond a vague an­thro­po­lo­gi­cal in­te­rest, even though the dis­play was well done), but the vi­deos e and f have an ur­gen­cy that can­not be igno­red. e si­gni­fies “image” in Ja­pa­nese, and the film shows the artist’s jour­ney to nor­thern Ja­pan, ve­ry close to Fu­ku­shi­ma, site of the seism. Ni­sic lis­tens to people who were mo­men­ta­ri­ly in the glo­bal me­dia spot­light, ob­jects of com­pas­sion, but have now been left to their own de­vices, to the struggle for sur­vi­val. Fol­lo­wing the same cri­ti­cal line, f was shot two years af­ter the tsu­na­mi, on the conta­mi­na­ted Fu­ku­shi­ma site. Once again, we have the di­sas­ter and its af­ter­math: using shot and re­verse shot, a com­plex vi­deo ap­pa­ra­tus shows the land­scape of hor­ror and the world where people must conti­nue to live (sur­vive): “The image car­ries wi­thin it­self its own contra­dic­tion” (Ni­sic). In pa­ral­lel, a frieze of dra­wings made af­ter pho­tos shown in the me­dia since March 11, 2011 set up a dia­lec­tic bet­ween ten­sion and gent­le­ness, echoing f but this time wi­thout any ver­bal com­men­ta­ry on the di­sas­ter. While the me­mo­rial and vi­sual qua­li­ties of e and f and their qua­li­ty as tes­ti­mo­ny de­serve praise, one could al­so pre­fer the pu­ri­ty and “nu­di­ty” of the first piece, the su­per-8 film Ca­ta­logue de gestes. Against a dark black screen we see hands, old, soft, cal­lou­sed, wrink­led hands, all sim­ply and no­bly per­for­ming an eve­ry­day task: shu­cking, pee­ling a chest­nut, dig­ging a hole, pee­ling an orange, pi­cking bay leaves, etc. There is no­thing tra­gic here, but a mi­ni­ma­list yet spi­ri­tual way of log­ging eve­ry­day ne­ces­si­ties in an open, con­ti­nuing ex­pe­riment which draws both on mi­ni­ma­lism and the chia­ros­cu­ro of pain­ting. The world as it can be, per­haps, wi­thout the pall of di­sas­ter or the constant risk of exo­ti­cism that be­sets the—for us—opaque ri­tuals of sha­ma­nism.

Trans­la­tion, C. Pen­war­den

Ci-des­sus / above: « Ca­ta­logue de gestes (ex­traits) ». 1995 Films su­per-8 nu­mé­ri­sés, cou­leur. 1 min à 2 min 30 s cha­cun. (Centre Pom­pi­dou, Pa­ris / Mnam/CCI. Don de l’ar­tiste © N. Ni­sic) “Ca­ta­logue of ac­tions” Ci-des­sous / be­low: « e ». 2009. Ins­tal­la­tion, 3 pro­jec­tions vi­déo HD, cou­leur, son 5.1. 19 min cha­cune. (Coll. Frac Bre­tagne)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.